Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2014-2015 > Trois entreprises sur l’Oseraye

Trois entreprises sur l’Oseraye

Écrit le 07 octobre 2015

25 septembre : portes ouvertes dans la zone d’activités de l’Oseraye à Puceul. Impossible de tout visiter, souhaitons une activité analogue l’an prochain …

 AB Val Composite

AB : comme Annie Briand. Après avoir créé l’entreprise BPO qu’elle a cédé, la dynamique plasturgiste Annie Briand a créé AB Val Composite, à Puceul, depuis ce mois de septembre, pour recycler les matériaux plastiques composites. Une simple blouse jetable, par exemple, est composée de plusieurs sortes de plastiques et ne peut être recyclée par les procédés traditionnels. C’est là qu’intervient Annie Briand qui a déposé des brevets sur les procédés qu’elle emploie (mais pas sur les machines, ce qui fait qu’elle n’a pas souhaité nous les faire voir). Toutes les machines ont été achetées en France, sauf les robots qui, eux, sont allemands. Le personnel comprend des ingénieurs de haut niveau, et des personnes en insertion auxquelles Annie Briand donne leur chance. « En 20 ans, ces personnes en insertion m’ont toujours donné satisfaction, sauf une qui, malheureusement, a terminé sa courte carrière au cimetière ». Actuellement l’entreprise compte 6 salariés travaillant en 2x8. Des embauches sont prévues.

Annie Briand« Nous travaillons avec des récupérateurs, dit-elle, gobelets, vêtements jetables, déchets industriels. Les chutes de production de composites représentent à elles seules 30 000 tonnes par an en France. On en trouve partout : bateaux de plaisance, aéronautique, cabines de dou-che, automobile, et même dans les éoliennes… et jusqu’à maintenant il n’y avait pas de filière de recyclage ». Annie Briand a conçu un produit 100 % recyclé, 100 % recyclable, qui peut faire des appuis de fenêtres, des soubassements de clôture et bien d’autres choses (cales, bordures de trottoirs, revêtement de sol par exemple). Gris clair, vert foncé, rose-saumon, il se travaille comme du bois. Les tests de vieillissement montrent qu’il ne fissure pas, qu’il résiste au gel et n’attire pas la mousse.

« Notre solution est 15% plus chère que le béton de base mais, en raison de la légèreté du matériau, ce surcoût est largement compensé par les économies réalisées pour le transport et pour la main d’œuvre chargée de l’installation ».
Actuellement, avec une seule ligne de production, l’entreprise traite 1000 tonnes de composites et espère atteindre 4 lignes de production et 30 000 tonnes. « Mais 200 000 tonnes sont mises en décharge par an » dit Annie Briand. « Mon concurrent direct : le centre d’enfouissement technique ». Il y a une certaine paresse des entreprises qui se refusent à trier de façon poussée. « Notre objectif : que le prix de revient ne soit pas plus élevé que l’enfouissement des déchets." dit Annie Briand tandis que l’ADEME commente : ’’Le projet AB VAL COMPOSITES est considéré comme majeur pour l’avenir de la filière des composites, et il est activement soutenu à ce titre par le pôle de compétitivité EMC2. Le projet est de nature à donner à l’industrie française des composites une avance substantielle dans la compétition mondiale, en démontrant d’une façon pratique et pragmatique la recyclabilité de ces matériaux’’. voir la vidéo

 Condi-Atlantique

« Accompagner pour protéger » : n’est-ce pas un beau slogan ? On peut protéger les personnes ou les objets. Condi-Atlantique s’est spécialisé dans la conception et la fabrication d’emballages techniques. Condi … conditionnement.

Un grand poisson en plastique vole au-dessus de nos têtes : c’est le bureau d’études de l’entreprise que dirige Jacques Villez. Le bureau d’études prépare les plans de découpe de toutes les mousses dont peut avoir besoin une entreprise pour ranger ses produits : mousses roses (on en mangerait !), mousses blanches ou noires, avec façade plus dense ou pas. Il s’agit de faire un coffret pour présenter des bouteilles, emballer un jouet ou une machine ou ranger des outils (comme ces ’’servantes’’ des ouvriers intervenant dans les avions et qui ne doivent rien laisser à traîner).

Dans l’atelier, il y a toutes sortes de machines : un robot-fraiseur, une presse à découper, des machines pour réaliser des profilés de toutes les formes. L’entreprise propose aussi des emballages en caisses carton ou bois ou en valise plastique ou métal. Et bien sûr toutes ces mousses aux formes variées, à cellules fermées ou à cellules ouvertes, mousses adhésives, antistatiques, isolantes, acoustiques pour capitonnage, calage, amortissement, emballage … Le personnel de l’atelier est masculin ou féminin, selon les postes.

Toutes sortes de profilésLa mousse arrive en larges plaques de différentes épaisseurs, de différentes densités. Les machines percent, découpent, fraisent … Les chutes de plastique sont ensuite passées dans une machine qui les broie et les compacte en boudins destinés à être retournés au fournisseur et réutilisés.
Site de condi

 Clean attitude

Clean, le mot anglais (encore un !) qui veut dire : propre. L’entreprise Clean Attitude comporte deux parties : la première concerne les entreprises, la seconde les particuliers (’’At Home’’ comme ils disent). Nettoyage de sols ou de voiture, nettoyage des panneaux solaires ou des vérandas ou des hautes vitrines d’un magasin, nettoyage de fin de chantier, nettoyage haute pression des murs, des bardages, traitement anti-mousse, etc.

L’entreprise emploie 30-35 salariés et dispose de diverses machines (cireuse, autolaveuse, perches permettant de laver à 6 mètres de haut, etc). Même une machine pour débarrasser l’eau de son calcaire et faire en sorte que le lavage des vitres ne laisse pas de trace au séchage. « Chez nous, vous ne verrez pas de balais-brosse ou de serpillière : il ne faut pas casser le dos des personnes qui font du nettoyage 6-7 heures par jour. Nos formations apprennent à utiliser les machines, à connaître les produits et à économiser le corps des salariés. Dans ce métier, on y vient par hasard, on y reste par intérêt »
L’entreprise prend régulièrement des stagiaires.
Site de cleanattitude

 Marchés publics

Le service Développement économique de la CCRN   (Com’Com’   de la Région de Nozay) s’associe au service Marchés Publics pour proposer aux entreprises du territoire une réunion d’informations sur les marchés publics.

Objectif : donner les clés pour mieux appréhender les marchés publics et pouvoir y répondre simplement. Intervenante : Katell Goguer, responsable du service Commande Publique et Foncier à la CCRN  . Contact : 02 40 79 51 51

Eric Kuhn - psychothérapeute à Saffré