Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Législatives > Yves Daniel et la crise agricole

Yves Daniel et la crise agricole

Ecrit le 7 octobre 2015

Yves Daniel parle de la crise agricole

Un débat a eu lieu au Parlement sur la situation et l’avenir de l’agriculture, compte tenu des difficultés qu’elle traverse. Le matin même, 29 septembre 2015, le député Yves Daniel était interrogé par la chaîne parlementaire (LCP) pour donner son point de vue sur les raisons de cette crise, notamment porcine, et les moyens de la résoudre.

« Depuis cet été, dit-il, le gouvernement multiplie les mesures pour soutenir la profession : plan de soutien exceptionnel pour l’élevage, négociations au niveau européen, nouvelles contractualisations dans la filière porcine… L’objectif est de mieux garantir les revenus des agriculteurs pour assurer un prix rémunérateur de leurs productions ».

« Ces décisions vont dans le bon sens, mais elles ne pourront déployer pleine-ment leurs effets qu’à la condition que les charges pesant sur les exploitants et les éleveurs soient adaptées au système de production choisi. Pour ce faire, un dispositif de déduction fiscale pour emploi (DPE) pourrait être envisagé, à l’image de la déduction fiscale pour aléas ou pour investissement. En outre, cette DPE faciliterait la création d’emplois dans le secteur ».

« C’est une position que je défendrai à l’occasion du projet de loi de finances pour 2016. Je continuerai en parallèle à m’investir sur la question des prix agricoles, puisque j’ai été nommé membre de la mission d’information mise en place sur ce sujet précis » dit-il.


Écrit le 23 mars 2016

Yves Daniel interroge Le Foll

Yves DANIEL a interrogé le ministre Stéphane Le Foll sur les mesures prises lors du Conseil européen agriculture du 14 mars. Le ministre a rappelé les accords obtenus. « Je les salue même s’ils ne sont qu’une partie de la solution puisqu’ils traitent les conséquences et non les causes profondes : dérogation ponctuelle au droit de la concurrence pour limiter temporairement la production, doublement des plafonds d’intervention pour la poudre de lait et le beurre, mesures de stockage privé pour le porc, création d’un observatoire sur les viandes bovines et porcines, accord de principe délivré à la France pour expérimenter l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés ».

« Ces interventions témoignent de ma mobilisation pleine et entière en vue de remporter des avancées concrètes sur des questions qui me tiennent particulièrement à cœur. J’aurai l’occasion d’en témoigner encore dans les prochaines semaines, puisqu’un rapport sur l’après-quotas laitiers vient justement de m’être confié » dit Yves Daniel dans un communiqué.

Yves Daniel : journée des aidants