Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > Une nouvelle jeunesse aux Fontenelles

Une nouvelle jeunesse aux Fontenelles

Écrit le 21 octobre 2015

Deux ans après son ouverture, le Conseil d’Administration et la Direction de la Maison des Fontenelles à St Vincent des Landes a procédé à son inauguration en y associant tous ceux qui ont participé, à cette belle réalisation. Le Président Jean-Luc Colin explique : Cette résidence nous l’avons conçue pour le « « bien-être » », pour le ’’bien-vieillir’’, pour le ’’vivre mieux’’ dans le respect de l’intimité des personnes, mais aussi pour leur citoyenneté volontaire et un bonheur partagé.

« C’est dans l’année agitée de 1968 que nous avons créé l’Association, dite des Fontenelles, entre des élus Vincentais et des communes voisines et divers acteurs locaux désirant promouvoir des logements collectifs spécialement conçus pour les personnes âgées mais qui ne soient pas des hospices, voire des mouroirs. À cette époque de transition sociétale nous pratiquions, avant l’heure, mais concrètement l’intercommunalité de projet et d’équipement territorial. »

« La première unité a été ouverte en 1970 avec 56 lits construite par la société HLM Loire Atlantique Habitation, à qui notre association gestionnaire payait un loyer. Des agrandissements et améliorations multiples ont été réalisés directement par l’association à partir de 1999 quand nous avons racheté les bâtiments existants. Les années s’écoulant, les bâtiments anciens, juxtaposés et disparates sont devenus irrationnels, vétustes, inadaptables aux nouveautés et optimisations environnementales et leur réhabilitation y compris sécuritaire devenait urgente mais impossible. Après deux années de réflexion, l’association a décidé une construction nouvelle avant démolition partielle de l’existante. Les nuisances de réhabilitation furent donc évitées aux Résidents et au personnel ». L’une des parties récentes, accessible de plain-pied, a été conservée pour devenir la nouvelle Maison Médicale Associative, mise à disposition sous forme de loyer, aux médecins, inrmières, kinés et tous prestataires médicaux intéressés.

 Aucune subvention

« En 2010, nous avons sollicité les organismes partenaires et financiers des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et espéré augmenter notre capacité d’ accueil. Notre projet de construction de 100 lits s’ avérait plus rationnel en fonctionnement et permettait de mieux répondre aux nombreuses demandes que nous ne pouvons pas satisfaire. Devant le refus, notre projet fut réduit à 84 lits sans espoir d’aucune subvention. C’était déjà la ’’rigueur’’ en 2010. Sans perdre de temps nous avons enclenché toutes les démarches nécessaires.

Le ruban coupé par une résidente de 104 ans

Après l’obtention du permis de construire en août 2011, la consultation et le choix des bureaux d’études et entre-prises, l’acceptation d’un prêt bancaire sur 30 ans et sans caution, d’un montant de 7 700 000 €, à caractéristique locatif social (donnant droit à l’Aide Personnalisée au Logement à nos résidents selon leurs revenus), les travaux de construction s’étalèrent sur 18 mois, pour ouverture le 4 septembre 2013, offrant à nos résidents un accueil agrémenté du mur d’eau, confort, attention, soins, restauration, sécurité et animations, pour un prix de journée concurrentiel de 58.82 €, talon modérateur compris, avec en supplément, un environnement paysagé agréable ».

 Très moderne

♥ Le bâtiment est ’’basse consommation’’ par son isolation extérieure et une production de chaleur avec climatisation personnalisée par chambre, provenant d’un captage par géothermie horizontale. « Nous avons récupéré l’une des anciennes chaudières fuel pour complément éventuel de chauffage ».
♥ L’eau chaude sanitaire est produite par des capteurs solaires implantés en terrasse.
♥ L’eau d’arrosage des espaces verts provient d’un puits existant conservé.
♥ Les deux patios intérieurs avec façades à ossature bois sont sécurisés et aménagés pour les Résidents les plus dépendants ou désorientés.
♥ Les cinq unités de l’établissement avec équipements pour malentendants et malvoyants, possèdent chacune un salon de détente et réception accessible à un large balcon au sud, où les familles peuvent se rencontrer.
♥ Les baignoires de balnéothérapie sont particulièrement appréciées et adoucissent douleurs et vieillissement.
♥ La salle spacieuse du restaurant avec son cloisonnement en troncs de châtaigniers écorcés « que nous sommes allés nous-mêmes sélectionner et transporter, au bois voisin de Chahun à Saint Aubin des Châteaux », restitue l’atmosphère campagnarde de la Résidence.
♥ Le Résident est servi individuellement à l’assiette par un personnel hôtelier attentionné et tous les repas sont confectionnés sur place avec le professionnalisme réputé du chef.
♥ Tout proche du salon de coiffure et de la boutique, la salle d’animation équipée d’installations modernes et adaptées, fédère toutes les activités culturelles, sportives, de détente et de jeux, partagées dans la bonne humeur, y compris pour l’élaboration et le contenu de l’actualité de la Résidence exprimée dans le périodique collaboratif maison, intitulé ’’Le petit rapporteur des Fontenelles’’.
♥ Un lieu de culte multiconfessionnel est à disposition d’une équipe de bénévoles qui demeure à l’écoute personnalisée des Résidents.
♥ Les petits animaux de compagnie sont acceptés pour les Résidents, « nous venons d’y ajouter dans l’espace de verdure et sous les chênes centenaires quelques moutons d’Ouessant qui animent le paysage ».

Jean Luc Colin a aussi évoqué la résidence seniors d’à côté, créée voici 13 ans, là aussi sous gestion et propriété associative et sans aucune subvention. Ces 16 habitations individuelles mais groupées permettent une étape intermédiaire facilitant l’adaptation à un éventuel hébergement en maison de retraite.
« Nous ne devons pas nous enliser dans l’auto-satisfaction et nous endormir dans Ie succès. Continuons à anticiper les aspects nouveaux de vie en société et besoins à satisfaire. Poursuivons les mutualisations indispensables pour maîtriser les coûts, promouvoir les formations, l’émulation et |’implication des personnels.
Rapprochons et confortons les acteurs du développement local en lien avec les collectivités pour un meilleur service de nos concitoyens
 ».

[C’est ce qui est fait avec la commune de St Vincent des Landes et avec la Résidence de la Suzaie de Trans sur Erdre. Par son développeur économique, la Com’Com’   de Derval a permis d’acquérir un véhicule utilitaire commun aux deux établissements, avec une participation financière de 50 % attribuée par la Région des Pays de Loire, dans le cadre de ses 500 projets pour le territoire].

« Construire, bâtir, c’est nécessaire, mais l’avenir serein de notre Résidence repose sur notre personnel, de la Direction, jusqu’aux équipes pluridisciplinaires (48 salariés pour 38 équivalents temps plein). Un personnel majoritairement féminin avec des horaires de travail contraints. Nous procédons actuellement à la réhabilitation d’une propriété contiguë pour réaliser quatre logements locatifs. Ainsi, les difficultés et dépenses de déplacement domicile-travail seront réduites pour certaines familles. La planète ne s’en portera que mieux » a dit encore Jean-Luc Colin avant d’offrir un de ses poèmes, écrit au siècle dernier, dans son jeune temps ...

Ne vieillis pas Grand’Mère
Ne vieillis pas Grand-Père,

Pour devenir un homme
J’ai besoin de repères,
De calme, de sagesse
De silence complice.
Vos clins d’œil me sont chers
Vos sourires me suffisent.

Passés soixante-dix ans
Et encore bien portants
Continuez votre route.
Bien que par ma jeunesse
Parfois je vous déroute
Ne me regardez plus
Dans le rétroviseur.
Vous pourrez être sûrs
Que je n’aurai plus peur.

Vivez ce jour très bien
Sans vous préoccuper
Du lendemain qui vient,
À vous de l’accepter.
C’est l’Amitié qui compte
Et l’Amour qu’on partage
Quel que soit son grand âge
Avec ceux qu’on rencontre,
Qu’on appelle ’’Les Sages’’
Ne vieillis pas Grand’Mère
Ne vieillis pas Grand-Père…

Un des patios

Le maire de St Vincent des Landes, Alain Rabu, s’est réjoui : « Vous avez eu cette ambition, le temps vous donnera raison. Vous teniez régulièrement la mairie au courant de l’avancement du chantier et je vous remercie de nous avoir permis de passer une canalisation eaux usées le long du bâtiment, pour nous permettre à terme de viabiliser la partie sud de l’agglomération ». Alain Rabu rappelle qu’il est normal pour une collectivité d’aider les initiatives privées qui pourvoient au développement et à l’image de la commune. La maison d’accueil des Fontenelles a une place importante à St Vincent des Landes tant dans son architecture que dans le volet social. Le cabinet médical est loué actuellement par un médecin et des infirmières et des places sont encore disponibles.

Après avoir construit une nouvelle école il y a trois ans, la nouvelle station d’assainissement sera bientôt livrée, un bureau d’études travaille sur l’aména-gement d’un lotissement de 8000 m2, les projets de construction d’une bibliothèque et d’une halte-garderie portés par la Com’Com’   vont être planifiés, de même que la construction d’un bâtiment pour le périscolaire. Tout ça pour une petite commune de 1500 habitants.

Le directeur, Marc Lesault, a rappelé que le déménagement des 84 Résidents, de l’ancienne vers la nouvelle maison, s’est fait en 5 heures. Une belle performance ! Il s’est par ailleurs étonné de n’avoir bénéficié d’aucune subvention pour cette nouvelle maison, « mais nous avons prouvé que nous pouvions quand même aller de l’avant. Les ’’Politiques’’ feraient bien d’y réfléchir » a-t-il dit.

La journée d’inauguration s’est poursuivie par une porte ouverte avec, en décor, un vieux tracteur, des motos, motocyclettes et voitures anciennes et même une carriole tractée fièrement par une jument.