Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-Disances du 11 novembre 2015

Mée-Disances du 11 novembre 2015

Écrit le 11 novembre 2015

 100 patrons égalent 50 millions de foyers

 
l’Humanité.fr du 28/10 : Au total, le bas de laine des 100 patrons américains jouissant des plus importants fonds de retraites s’élève « à 4,9 milliards de dollars, assez pour recevoir près de 280.000 dollars par mois jusqu’à la fin de leur vie », ont calculé le Center for Effective Government et l’Institute for Policy Studies. Ce montant équivaut aux sommes épargnées pour leur retraite par les 116 millions d’Américains les plus pauvres, estiment ces deux centres de réflexion progressistes.
 
« Ces bas de laine ne sont pas le résultat de PDG travaillant plus dur ou investissant avec plus de sagesse. Ils viennent de règles conçues délibérément pour récompenser ceux déjà en haut de l’échelle », affirme le rapport, qui y voit un nouveau signe des inégalités aux États-Unis. Les jeunes salariés rencontrent ainsi les plus grandes difficultés à épargner pour leur retraite, en raison du manque d’emplois solides et du poids « ahurissant » des dettes contractées pour leurs études.
 
Les grands patrons américains ont vu leur retraite gonfler à la faveur d’une disposition spéciale qui leur permet de ne pas payer d’impôts sur les sommes épargnées pour leurs vieux jours. Aucun plafond ne leur est imposé alors que les salariés lambda âgés de plus 50 ans sont limités à 24.000 dollars par an. L’étude pointe particulièrement du doigt David Novak, PDG puis président exécutif de YUM Brands (Pizza Hut, KFC, Taco Bell...) qui décroche la palme avec une pension cumulée de plus de 234 millions de dollars alors que des centaines de ses employés ne bénéficient « d’aucune retraite ».

 Stupéfiant

 
Le Monde.fr du 30/10 : Le prince saoudien Abdel Mohsen ben Walid ben Abdelaziz et ses compagnons de voyage ont manqué de discrétion. Ce sont deux tonnes de pilules de Captagon qu’ils s’apprêtaient à glisser dans leur jet privé en partance pour l’Arabie Saoudite depuis l’aéroport de Beyrouth. Lundi 26 octobre, ce descendant du fondateur de la dynastie des Saoud et ses quatre accompagnateurs saoudiens ont été interpellés par les forces de sécurité. Une saisie record depuis que le Liban est devenu une plaque tournante du trafic de Captagon, un puissant stimulant à base d’amphétamines. […]
 
Beyrouth bruisse de rumeurs : l’émir de 29 ans serait si assommé par ses excès de drogue que l’interrogatoire aurait été retardé, des pressions seraient exercées par les amis de Riyad – le Courant du futur, à dominante sunnite, dirigé par Saad Hariri, l’ancien président du conseil des ministres en tête pour faire relâcher le prince, affirment les uns. Cette arrestation n’a peut-être rien d’étonnant, vu les quantités de Captagon saisies, mais elle serait avant tout un message politique, avancent d’autres – les services de sécurité de l’aéroport sont réputés proches du Hezbollah, et Hassan Nasrallah, le secrétaire général du parti armé, a multiplié les attaques contre le royaume wahhabite. […]
 
L’enquête devrait se conclure dans les prochains jours. Mais bien peu s’attendent à voir le vrai démêlé du faux, croyant plutôt que l’affaire se soldera, si l’implication du prince est établie, par un arrangement politique le ramenant à la liberté.
 
Ndlr : et même pas de coups de fouet ?

 Fraude fiscale aggravée

 
Le Monde.fr du 04/11 : L’ex-leader d’extrême droite Jean-Marie Le Pen est visé depuis le 24 septembre par une plainte du fisc français. Le manoir de Montretout, à Saint-Cloud, où Jean-Marie Le Pen a ses bureaux, a été perquisitionné le 4 novembre dans le cadre d’une enquête portant sur des faits présumés de blanchiment de fraude fiscale, de déclaration mensongère de patrimoine, mais aussi de fraude fiscale aggravée depuis la plainte déposée par la direction des finances publiques des Hauts-de-Seine.
 
L’enquête avait été ouverte à la suite des signalements de la cellule anti blanchiment de Bercy, Tracfin, sur un compte bancaire caché à l’étranger, et de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) évoquant un trust géré à Genève, dont l’ayant droit serait l’assistant personnel de Jean-Marie Le Pen, Gérald Gérin, et qui serait crédité de 2,2 millions d’euros, dont 1,7 million sous forme de lingots et de pièces d’or. A l’instar du couple Le Pen, Gérald Gérin est la cible d’une plainte du fisc pour fraude fiscale aggravée. […]
 
Jean-Marie Le Pen avait reconnu en avril 2013 avoir détenu un compte en Suisse, ouvert à l’UBS en 1981. Depuis la fin de 2013, une enquête judiciaire s’intéresse au patrimoine de M. Le Pen, qui se serait accru de 1,1 million d’euros entre 2004 et 2009.

Une autre enquête vise le financement du FN   et de ses campagnes électorales depuis l’accession de Marine Le Pen à la présidence du parti. Mis en cause pour recel d’abus de biens sociaux et complicité d’escroquerie, le FN   est soupçonné d’avoir bénéficié d’un système de surfacturation des frais de campagne électorale, remboursés par l’État. Il a été mis en examen en tant que personne morale au début de septembre. Jean-Marie Le Pen, dénonce une « violence judiciaire injustifiée ».

 Travailleurs détachés

 
LeFigaro.fr 05/11 : le chantier du Bourget, futur site de la rencontre internationale de la COP21, actuellement en voie de finalisation, emploierait des travailleurs détachés et globalement assez peu d’habitants du département de la Seine-Saint-Denis, où se trouve la commune du Bourget. Une pratique qui n’a certes rien d’illégal en soit, mais qui va à l’encontre des promesses faites par les organisateurs du sommet.
 
’’Nous allons veiller en tant qu’État à ce que, dans les clauses des cahiers des charges des appels d’offre que nous allons lancer, on fasse appel aux entreprises locales’’ promettait Pierre-Henri Guignard, le secrétaire général de la COP21, chargé de la mise en place du chantier du site d’accueil. Un communiqué de presse au lancement des travaux assurait même que ’’les emplois (…) autour de 3000 vont bénéficier de façon prioritaire aux personnes habitant le territoire’’ […]
 
Malgré ces promesses, les choses sont bien différentes sur le terrain. Le Conseil Général du département reconnaît ’’qu’il y aura 200 personnes de Seine-Saint-Denis qui seront sur ces emplois-là’’. Soit 6,7% des postes disponibles… Le Medef local confirme également que malgré les nombreuses rencontres   avec les autorités, les entreprises du département n’ont décroché que ’’les miettes’’. Sur les 38 entreprises prestataires sur l’événement, seules 4 PME viennent du 93.
 
Ce qui n’empêche pas les organisateurs de la COP21, ou plutôt leurs sous-traitants, d’aller chercher parfois loin les salariés qui se retrouvent sur le chantier, y compris pour des métiers classiques du bâtiment. Sans qu’il soit d’ailleurs possible d’obtenir un chiffre officiel précis du nombre de travailleurs en provenance de Roumanie, de République tchèque, de Slovaquie ou de Slovénie. Les journalistes estiment leur présence à environ 200 soit le même nombre d’employés que les résidents de Seine-Saint-Denis. Mauvaise image pour un projet qui se voyait comme un moteur du développement du tissu économique et de l’emploi local.

 Chats errants

 
NouvelObs.com du 03/11 : Que faire des chats errants qui se promènent dans les rues en Israël ? Le ministre de l’Agriculture Uri Ariel (du parti conservateur et religieux Foyer juif) suggère d’arrêter de les castrer, et de les transférer plutôt à l’étranger car la loi juive interdit la castration d’animaux, assimilée à de la cruauté envers les bêtes. Une loi votée en 1994 interdit la torture, l’empoisonnement et l’abandon de bêtes en Israël.
« Si la proposition n’était pas écrite noire sur blanc sur un document officiel portant l’insigne de l’État d’Israël, on aurait pu croire à une blague ».