Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Banque, assurances > Les marchés et les traders, Kerviel et les filles

Les marchés et les traders, Kerviel et les filles

Un nouveau jeu de société : le bank run

 Le trader fou

Trader

Lire le document ci-contre

Le monde des traders : effrayant : http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/02/02/les-traders-pur-sang-des-marches_1006679_3234.html#ens_id=628862

 Jérôme Kerviel : un héros de notre temps

Un jeune homme qui travaillait plus pour gagner plus .

Voir l’article du Monde :
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/02/01/un-heros-de-notre-temps-par-christian-salmon_1006348_3232.html

Les trainous qui tradent ; : chronique en gallo

Kerviel condamné


Ecrit le 23 avril 2008

 Traders : mettez les filles sur les marchés

Le journal Financial Times, dans son édition du 15 avril 2008, n’est pas particulièrement optimiste. Il craint les répercussions indirectes de la crise du crédit et estime qu’il faut encadrer le secteur financier, celui-ci étant incapable - de son propre aveu - de s’auto-réguler. Mais comment faire ? C’est simple : embaucher des filles ! En effet, selon une étude récente de l’université de Cambridge, l’analyse des risques par les traders (= commerçants boursiers) serait perturbée par leur production de testostérone.

Les chercheurs ont étudié 17 traders masculins au travail et ont découvert que, pour chaque individu, les niveaux de testostérone sont liés aux résultats boursiers : trop de testostérone transforme la prise de risque en imprudence. Pourtant en apparence, les traders manifestent un calme glacial, mais hélas, le jugement raisonnable est suspendu néanmoins !

Le journal, dans son éditorial, suggère l’embauche de femmes dans les salles de marchés boursiers, pour calmer les marchés, sachant que les femmes sont très peu affectées par la testostérone (hormone mâle) et que la bonne influence des filles sur les garçons, dans les écoles, est bien connue.

A défaut de pouvoir embaucher suffisamment de femmes, le journal propose des musiques douces (musique d’ascenseur !), des aquariums sur les bureaux, et des exercices corporels comme le tai chi, outils essentiels pour réduire le stress.

Une autre solution, plus radicale, est envisagée : la castration des traders. Mais, dit le journal, « cela pourrait limiter le choix de nouvelles recrues ».

Source : http://www.ft.com/cms/s/0/df6bf06c-0a78-11dd-b5b1-0000779fd2ac.html

Les hedge funds vont bien