Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Elections > Régionales > Régionales 2015 > Choisir nos Régions

Régionales 2015

Choisir nos Régions

Ecrit le 25 novembre 2015

La liste « Choisir nos Régions »

La liste « Choisir nos Régions » a tenu une réunion publique à Châteaubriant le 21 novembre. « Nous sommes la liste du Premier Tour, la seule liste qui ne se satisfait pas des Régions actuelles » dit Gilles Denigot, militant ’’un pied dans les luttes, un pied dans les institutions’’

Jonathan Guillaume explique sa participation à cette liste : « la seule à demander aux citoyens ce qu’ils veulent. La non-réunification de la Bretagne impacte notre territoire, par exemple le Tram-train à Châteaubriant ne donne pas la correspondance avec le train Châteaubriant-Rennes ».

Pour Gilles Denigot, la réforme des Régions, telle qu’elle s’est faite, est ’’une réforme territoriale ratée, un scandale démocratique’’. « Il fallait faire des territoires cohérents, d’un point de vue politique, économique, culturel. Ce fut le cas du rapprochement des deux régions de Normandie. Ici il aurait fallu demander aux départements des Pays de Loire quel était leur choix : La Loire-Atlantique rejoignant la Bretagne, la Sarthe pouvant souhaiter se rapprocher du Mans et d’Angers, la Vendée pouvant être attirée par le Poitou-Charentes. Pourquoi les citoyens n’ont-ils pas été appelés à se prononcer ? »

« Nous sommes la seule liste à réclamer une réelle autonomie des Régions, comme c’est le cas pour les Lander allemands, alors qu’actuellement les Régions n’ont que l’autonomie que le pouvoir central veut bien leur donner ». « Les autres listes veulent gérer les Régions actuelles, nous, nous voulons les remettre en cause ».

A ce sujet Gilles Denigot rappelle que la situation n’est pas bloquée. Il y a encore un ’’droit d’option’’ une petite fenêtre de choix. Mais il nous faut des élus pour ça.

La liste « Choisir nos Régions » est la seule liste permettant de :

  • - choisir nos régions (avec consultation de la population),
  • - choisir la démocratie (interdiction du cumul des mandats, choisir et décider sur place),
  • - choisir notre économie : autonomie financière, vivre décider et travailler au pays,
  • - choisir les transitions écologiques : développer les énergies renouvelables, décider en région des besoins en infra-structures et remettre à plat le dossier Notre-Dame des Landes, reconvertir les pratiques agricoles productivistes, préserver et améliorer la qualité de l’environnement et la biodiversité,
  • - choisir les solidarités : mutualiser les services sociaux départementaux et régionaux, établir une société plus juste et solidaire.

Philippe Renaud, adjoint à Treffieux rappelle que cette élection régionale a des impacts locaux.

Pour le second tour, la liste ne donnera pas de consigne de vote. « Nous ne sommes pas à vendre ».

Alors que d’autres listes vont dépenser 500 000 €, voire le double, pour leur campagne électorale, la liste « Choisir nos Régions » se limite à 40 000 € et 100-15 personnes ont déjà apporté 20 000 €.

Site internet de la liste


Ecrit le 30 novembre 2015

Pourquoi je voterai Gilles Denigot le 6 décembre prochain

Peut-être le savez-vous, mais le premier tour des élections régionales aura lieu dimanche 6 décembre, c’est à dire dans quelques jours.

Pour ces élections je suis candidat sur la liste « Choisir nos régions » menée par Gilles Denigot et Anne-Claire Quiviger. Je n’ai pas longtemps hésité à répondre favorablement à la proposition qui m’était faite, en effet.

La seule liste véritablement pour la démocratie.

La Liste « choisir nos régions » est la seule qui propose aux habitants de choisir, choisir ce qu’ils veulent faire de leur région, plutôt que de se conformer à une décision qui leur est imposée d’en haut. Dans un aucun autre Etat d’Europe il aurait été possible de procéder à une réorganisation des territoires, et donc de la vie publique et la démocratie, avec aussi peu de sérieux et de concertation. Même s’ils ont pu la dénoncer initialement, maintenant que le temps des élections est là, l’ensemble des autres candidats s’accommodent bien d’une réforme territoriale anti-démocratique. Pour eux, l’objectif est avant tout d’être élu. Nous, ce que nous défendons, c’est un projet collectif dans l’intérêt de toutes et tous et sans ambitions personnelles.

L’antidote au FN  , le candidat du peuple

Je soutiens Gilles Denigot parce qu’avant d’être un ex-conseiller général, c’est un travailleur. Contrairement aux candidats des autres listes, du PCF à l’UMP, en passant par le PS et EELV, il ne fait pas de politique pour sa « carrière ». Docker pendant près de 35 ans avant de partir en retraite, les poumons contaminés par l’amiante, il s’est levé tous les jours à 5h du matin pour aller travailler sur les chantiers du port de St-Nazaire, a défendu l’emploi et les droits de ses collègues en tant que syndicaliste, s’est engagé (sans porte-feuille ou poste de permanent) dans les luttes collectives toute sa vie, et jusqu’à faire un grève de la faim pour défendre les habitants de Notre-dame-des-Landes menacés d’expulsion. C’est un homme du peuple, un homme de conviction.
En ce sens, dans la région, il représente l’alternative au FN  . Le FN   surfe sur le mécontentement populaire face aux institutions politiques, mais à part la haine de l’autre et l’amour du drapeau, il ne propose rien qui réponde réellement à nos besoins.
Gilles Denigot est celui qui fera voter ceux qui comme moi, par dépit, ne se seraient sûrement pas déplacer s’il n’avait pas été candidat.

Un espoir qui renversera les privilèges et le jeu politiques

Contrairement aux partis politiques traditionnels nous ne dilapiderons par l’argent publique en dépensant des budget faramineux. Notre budget de campagne est autofinancé par les dons des citoyens, à auteur de 40 000 euros, quand ceux des partis traditionnelles se comptent en centaines de milliers d’euros, finançant les emplois fictifs des permanents politiques avec l’argent public. Malgré cela et, disons le, une certaine censure des médias nantais et nationaux, les sondages nous annoncent à près de 10 % en Loire-Atlantique. Juste derrière les trois formations PS/FN  /UMP. Nous devons nous mobiliser et faire voter pour notre liste si atypique dans le paysage politique conventionnel. Plus notre score sera haut plus nous pourrons perturber le jeu de celles et ceux qui s’accommodent de la situation actuelle.

Le dimanche 6 décembre, je vote pour Gilles Denigot.
Le dimanche 6 décembre nous votons pour choisir nos régions !