Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Personnes âgées, ORPAC > Le devenir de l’ORPAC

Le devenir de l’ORPAC

Ecrit le 2 décembre 2015

 Le devenir de l’ORPAC  

L’ORPAC   c’est l’Office des Retraités pour une animation du Castelbriantais. Association loi 1901 ou satellite de la Mairie ? Neuf membres du Conseil d’Administration s’inquiètent dans un communiqué :

« Ce que nous redoutions depuis un an se précise. Rappelons l’annonce faite lors du conseil d’administration du 4 novembre 2014 par un membre de droit (adjoint au maire) d’un contrôle renforcé par la Mairie du fonctionnement de l’ORPAC  , particulièrement des finances. On nous disait que nous avions un « trésor de guerre » et que ce n’était pas normal. Et que, de toute façon l’ORPAC   disparaîtrait au 31 décembre 2014. A l’époque le Conseil d’Administration s’était rebellé.

Maintenant notre prétendu « trésor de guerre » est devenu au fil des mois « un matelas » puis « un coussin », et nous ne savons pas ce qu’il en est actuellement. Nous ne savons pas non plus ce que va devenir l’ORPAC  .

La situation du personnel s’aggrave,

  • - la comptable, en contrat CDD, est partie le 31 mars 2015 (elle n’a appris le non-renouvellement de son contrat que le dernier jour). Elle assurait aussi l’accueil.
  • - une personne a été licenciée suite à des problèmes de santé dus à du harcèlement moral contrairement à la rumeur de faute professionnelle.
  • - une autre personne est en arrêt maladie depuis le début du mois d’octobre, pour problème important de santé, jusqu’à quand ?
  • - Que va devenir la 3e personne (actuellement en arrêt de travail) qui assurait seule le fonctionnement de l’association ?

Des décisions, concernant l’ORPAC  , sont prises sans avis du conseil d’administration. Par exemple c’est par voie de presse que nous avons appris le versement d’une subvention municipale exceptionnelle de 35 000€ (pour licenciement). Nous nous demandons le pourquoi de cette subvention alors que la subvention normale de l’ORPAC   (65 000€) a été versée au CCAS   et que celui-ci n’a attribué que 15 000€ à l’ORPAC  . Où sont donc les 50 000 € de différence ?(*)

Nous nous demandons ce que va devenir l’ORPAC   : association loi 1901 maître de son budget et de ses activités. Ou satellite de la mairie ? Ou disparition pure et simple ? »
Le 28 novembre 2015
Signé : neuf membres du Conseil d’Administration

André Bizeul, Michel Demé, Suzanne Farineau, Albert Guitton, Marie-Annick Hersant, Rolande Lizé, Eliane Pareige, Monique Peslerbe, Claudine Thomy


Ecrit le 13 janvier 2016

 C’est pas écrit, c’est donc faux

 Interrogé par Ouest-France sur les problèmes à l’Orpac  , notre bon maire, la gueule enfarinée, répond en substance : Puisque la médecine du travail n’a pas fait état de harcèlement moral dans le motif du licenciement, il n’y a donc pas de harcèlement … Sauf que un médecin ne doit pas utiliser le terme de « harcèlement moral » car il s’agit d’un terme juridique. C’est aux prud’hommes, s’ils sont saisis, de déterminer la situation de harcèlement. Et perfidement il ajoute : « Une autre personne est effectivement en arrêt-maladie depuis quelques semaines mais certains ayant eu l’occasion de la croiser récemment, faisant ses courses, tout laisse à penser qu’elle devrait reprendre prochainement. ». D’un air de dire « quand on est vraiment malade on ne sort pas … » Monsieur ne sait sans doute pas que les salariés en arrêt de maladie ont des heures de sortie ? Mais à part ça, Mme la Marquise, tout va très bien … 

A Châteaubriant on a connu des entreprises où le harcèlement était érigé en méthode de gestion. Des salariés en étaient malades moralement et physiquement. Mais ce sont d’abord les employeurs pervers qu’il aurait fallu soigner !


Ecrit le 13janvier 2016

 Histoire de subventions

Le groupe d’opposition ’’Châteaubriant au cœur’’, voyant la persistance des tensions autour de l’ORPAC   (Office des Retraités pour une Animation du Castelbriantais), communique :

Plus de transparence pour nos associations

« Nous ne reviendrons pas sur le fond du dossier de l’ORPAC  . Chacun sent bien que la municipalité souhaite contrôler plus étroitement cette association. Ce n’est pas la première polémique de ce type dans notre commune. Nous avons déjà souligné en Conseil Municipal une sensation de chape de plomb. Or une association 1901 doit pouvoir prétendre à la liberté dans son fonctionnement.

L’évidente solution pour remédier à ces tensions à répétitions passe par plus de transparence. Nous avons expliqué en Conseil Municipal que l’absence de critères objectifs lors de l’attribution de subventions conduit à une opacité. Actuellement le système est le suivant : une association fournit un dossier avec sa demande et la majorité municipale décide sans critère mais « en son âme et conscience ». Nous ne remettons pas en cause sa bonne foi, mais de fait ce système conduit à de pénibles polémiques. C’est perdant/perdant. C’est la porte ouverte à tous les soupçons, toutes les rumeurs.

La transparence et l’objectivité permettraient à chacun de comprendre pourquoi telle association mérite telle somme, telle autre plus, ou moins. Il faut aller dans le sens de l’apaisement et éviter les excès de langage qui peuvent blesser inutilement les uns ou les autres. »

Maxime Lelière, Valérie Hamon, Catherine Gallais
Site internet :de groupe

(*) Voir Conseil Municipal du 3 novembre 2015