Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Handicap > ADAPEI, une boîte à écoute

ADAPEI, une boîte à écoute

Ecrit le 9 décembre 2015

 Entreprendre Pour Apprendre

EPA c’est « Entreprendre Pour Apprendre », fédération de vingt associations loi 1901 à but non lucratif dont le but est de favoriser l’esprit d’entreprendre des jeunes et de développer leurs compéten-ces entrepreneuriales. Dans toute la France, le réseau accompagne les élèves de 8 à 25 ans (CM1 au post-Bac) avec des professionnels de l’entreprise et du corps enseignant. Cette fédération a pris contact avec la Maison de l’Emploi de Châteaubriant et une première journée Innov’-EPA a eu lieu le 30 novembre à Châteaubriant dans le cadre des 60 ans de l’ADAPEI (Association des Amis et Parents de l’Enfance Inadaptée). Répartis sur 9 tables, des travailleurs de l’ESAT   (Centre d’Aide par le Travail), et des jeunes des lycées Guy Môquet et St Joseph, et des administrateurs ADAPEI, se sont retrouvés pour discuter autour du thème : L’inclusion dans la Cité sous toutes ses formes.

Ont-ils découvert « l’entrepreneuriat » comme il était souhaité ? C’est pas sûr ! Mais au moins ils ont échangé des idées autour du thème du handicap et se sont ingéniés à trouver des idées innovantes. L’une de ces idées était une « Happy machine » censée nous rendre plus joyeux, à utiliser sans modération. Une autre idée était « Easy Life » pour faciliter l’utilisation des objets, réparer les objets en panne, effectuer des achats responsables. Troisième idée : le « Blind Recrut » avec des entretiens d’embauche à l’aveugle : le candidat à un poste est derrière un paravent, évitant ainsi la discrimination, le jugement sur le physique …

Avec tous ces mots anglais, on imagine que les travailleurs ’’différents’’ de l’ESAT   ont dû se trouver très à l’aise. Beaucoup de personnes non-handicapées se seraient, elles aussi, senties rejetées d’un monde qui n’est pas le leur … Comme quoi on peut discuter du handicap, et faire des propositions en pratiquant l’exclusion.

Plus concrètement un groupe a évoqué un « handy-projet » consistant en la création d’un label ’’Handy’’ pour les entreprises qui, réellement, feraient des progrès dans ce domaine (formation du personnel, sensibilisation). Ces entreprises seraient alors prioritaires sur les marchés publics. Le groupe a demandé que, dans les entreprises, le DRH ne soit plus le Directeur des Ressources Humaines, mais le Directeur des Richesses Humaines.

Et puis, tout simplement, un groupe a fabriqué une « boite à écoute », utilisable par exemple dans une classe : l’enfant qui ne se sent pas bien actionne le signal et tout le monde se réunit pour essayer de trouver une solution …

 Access …...si quoi ?

Parler de handicap, parler, parler…. Agir ?

Quand on voit que la municipalité de Châteaubriant n’a pas été capable de présenter encore son ’’agenda d’accessibilité’’, quand on constate, à l’écoute des animateurs de la Chambre de Commerce et de la Chambre des Métiers, qu’aucune information n’est donnée sur l’accessibilité des sites internet, quand on voit que les sites internet des communes ne font pas d’effort, on s’inquiète … (le site de la gendarmerie s’est un peu amélioré à ce sujet).