Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 16 décembre 2015

Mée-disances du 16 décembre 2015

Ecrit le 16 décembre 2015

 Bible ou Coran ?

 
L’express.fr du 07/12 : La Bible contient des passages aussi violents, misogynes ou homophobe que le Coran. Depuis les derniers attentats de l’Etat Islamique, « l’Islam est souvent accusé d’être une religion qui prône la violence et qui n’a pas sa place dans la culture occidentale... Mais qu’en est-il de la Chrétienté ? », s’interrogent Sacha Harland et Alexander Spoor. Ils sont allés dans la rue pour lire des passages particulièrement violents de la Bible, dissimulée sous une couverture du Coran. Les réactions des passants révèlent non seulement une méconnaissance des textes religieux, mais aussi un certain nombre de préjugés.

« Eh bien, nous avons une petite surprise pour vous » : les textes cités viennent en réalité de la Bible… ! prouvent les deux youtubeurs !
 
Parmi les passages utilisés, plusieurs passages appelant à une justice cruelle. « Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme » (extrait de 1 Timothée 2:12). « Si un homme couche avec un homme, comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort » (Lévitique 20:13). Ils lisent également le Deutéronome (25:12), qui appelle à « couper la main » d’une femme si elle ose toucher « les parties honteuses » d’un homme, même si c’est pour « délivrer son mari de la main de celui qui le frappe »[…]
 
Les deux youtubeurs demandent ensuite aux passants quelles sont les principales différences entre la Bible et le Coran selon eux. « Je dirais que le Coran est plus agressif, particulièrement la partie ’’couper des mains’’ », propose l’un d’eux. « Je pense que la Bible contient beaucoup de passages positifs », « La plus grande différence est sur le rôle des femmes », avancent deux autres, tandis qu’un dernier estime que « La bible est moins sévère et un peu plus pacifique ». D’autres ont tout de même une réflexion plus large sur la religion en général : « Cela me peine que certains voient en ces vieux écrits une vérité absolue ». 

A voir sur Arte une série de sept émissions sur ’’Jésus et l’Islam’’
Il est possible de télécharger

 Crèche de Noël zombie

leMonde.fr du 09/12 : Comme de très nombreux Américains à l’approche de Noël, un couple de Cincinnati, dans l’Ohio, vient d’installer une crèche devant sa maison. Rien d’exceptionnel. Sauf que la scène de la Nativité grandeur nature de Jason et Amanda Dixon est loin d’être au goût du voisinage. Et pour cause, Marie, Joseph et les Rois Mages – les personnages traditionnels du mythe biblique – ont été déclinés en version zombies. Clou du macabre spectacle : le petit Jésus, aux joues plus vertes que roses, trônant béatement dans sa mangeoire, toutes dents (pointues) dehors. Une installation digne de ce nom ne pouvait se faire sans un équipement sons et lumières : retentit en boucle une version angoissante de « Douce Nuit, Sainte Nuit » et, le soir tombé, s’illuminent de couleurs criardes les doux visages des personnages.

 
Il faut dire qu’au vu du succès de la première édition de leur crèche, il y a un an, les Dixon avaient hâte de ressortir la famille en résine du placard. Et ce malgré les réticences des autorités locales. […] La crèche macabre avait attiré les foules, mettant en rogne habitants du quartier et membres de la paroisse  . Déjà, la municipalité n’avait pas accordé de permis de construire au couple[…]. Nouveau refus cette année. Ce qui n’a pas forcé les Dixon à démonter leur crèche, déjà en place depuis plusieurs jours. A ce jour, le couple risque une amende de 500 dollars par jour. « L’année dernière, ils s’étaient apparemment résignés à nous poursuivre, a commenté Amanda Dixon. Cette année, on a dû les rendre dingues parce qu’ils nous harcèlent avec ça. »
 
Mais un compromis pourrait bien être trouvé. Le canton de Sycamore aurait donné son accord pour transférer la crèche à quelques kilomètres du jardin des Dixon, sous une petite structure de bois installée dans un parc.
 

 Zuisme

 
Libération.fr du 09/12 : Le 1er janvier, trois Islandais se réclamaient du zuisme, un culte sumérien vieux de 3000 ans. En onze mois, leur nombre a été multiplié par un peu plus de 1000. La raison de cette explosion ? La sóknargjöld, une taxe religieuse dont doivent obligatoirement s’acquitter les Islandais, mais qu’ils sont 55 % à désapprouver.
 
L’Islande, selon l’article 62 de sa constitution, reconnaît l’Eglise luthérienne Évangéliste comme religion d’État, pour laquelle trois quarts des habitants paient leur taxe. La Constitution prévoit cependant la liberté de culte, et les Islandais peuvent s’acquitter de la sóknargjöld au bénéfice de la religion de leur choix. Malheureusement pour eux, les athées ou les agnostiques, doivent aussi débourser un peu moins de 80 euros par an au titre de cet impôt. Des citoyens ont donc réagi en embrassant la religion zuiste, reconnue en 2013, afin de percevoir la taxe et la redistribuer équitablement entre les « fidèles ». [...] Les nouveaux convertis ont d’ailleurs annoncé que leur religion ne survivrait pas à l’abrogation de la taxe. A moins que le gouvernement ne contre-attaque en retirant le zuisme des religions inscrites au registre d’État au motif qu’il ne s’agirait pas d’une vraie religion. Mais le porte-parole de ce nouveau culte a habilement répondu : « Qu’est-ce qu’une vraie organisation religieuse et comment mesure-t-on la croyance ? »

 Fesse de bouc

 
Le Monde.fr du 10/12 : Le site Fusion s’est penché sur l’un des piratages informatiques les plus destructeurs de ces dernières années : celui du site de rencontres   extraconjugales Ashley Madison, dont la base de données a été piratée en juin, et partiellement publiée en ligne. Il a décompté au moins deux suicides, des démissions, des carrières ruinées et de nombreux cas de chantage.

Un pasteur de la Nouvelle-Orléans s’est donné la mort peu après le piratage. Sur la note que sa femme a trouvé à ses côtés, il évoquait le piratage et la honte qu’il ressentait. Mark, une des victimes du piratage du site, est noyé sous les messages lui réclamant de l’argent sous peine de divulguer son identité. Tom a cédé et a versé plus de 1 000 dollars pour que sa femme ne soit pas au courant de son utilisation du site. Un autre utilisateur du site raconte qu’il a pensé à se suicider avant de tout avouer à sa femme.

Les effets ont varié en fonction de la géographie : dans certains États du sud des États-Unis, politiquement et moralement plus conservateurs, certains sites se sont fait une joie de publier les noms de responsables locaux utilisateurs du site. [...]

Pour Fusion, ce type de piratage, aux conséquences intimes et personnelles, va se multiplier à l’avenir. Car nous vivons, explique le site, « dans un monde où les détails intimes de nos vies sont stockés sur nos téléphones et dans le cloud, ainsi que dans les métadonnées de tout ce que l’on poste sur les réseaux sociaux ».

 Femme : 20% de moins

 
L’Express.fr du 08/12 : Une ouvrière d’une usine Sagem de l’Allier touchait chaque mois 390 euros de moins que ses homologues masculins arrivés en même temps qu’elle. Engagée en 1974 en qualité de manœuvre au sein de l’usine de Domérat, qui produit entre autres, des drones de combat, cette mère de deux enfants n’a pas eu le même déroulement de carrière que ses collègues masculins entrés pour les mêmes postes à la même époque dans l’entreprise. Le salaire de cette mécanicienne-ajusteuse, actuellement en invalidité, « était ainsi inférieur de 20% à celui de ses homologues masculins », a précisé son avocate.
 
L’entreprise a été condamnée à verser quelque 165 000 euros à la plaignante. Pourvu que cela serve d’exemple ….