Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Santé > Vœux de l’hôpital de Châteaubriant pour 2016

Vœux de l’hôpital de Châteaubriant pour 2016

Écrit le 27 janvier 2016

Quatre-vingt personnes aux vœux de l’hôpital de Châteaubriant sur un millier de salariés, ça ne fait pas beaucoup. Mais ces vœux leur sont-ils destinés ? Ne s’adressent-ils pas plutôt aux personnes extérieures (population et professions médicales et para-médicales de la ville) ? Occasion de faire des annonces ?

La directrice, Mme Samson a annoncé que « les équipes médicales sont complètes », aussi bien pour la prise en charge des personnes hospitalisées que pour des consultations spécialisées : médicales, gynéco-obstétriques, rééducation. Et pour des actes externes : endoscopies, échographies, imagerie, explorations fonctionnelles cardio, pneumo, neuro, gastro-entéro…

Châteaubriant compte peu de médecins libéraux spécialistes, le centre hospitalier assure donc les consultations nécessaires en direction de la population.

L’activité en 2015

Après une forte augmentation d’activité en 2014, notamment en ambulatoire hôpital de jour et chimiothérapie, l’activité du centre hospitalier a fléchi en 2015. En particulier il n’y a eu que 600 naissances en 2015 (contre 687 en 2014, soit une baisse de 13 %). La direction se rassure en disant que « il est observé un fléchissement général des naissances sur tout le territoire français » (c’est vrai, mais de l’ordre de 3%)

– L’activité des urgences continue de croître, il est observé une augmentation de 2 % (après une augmentation de 5 % en 2014). Le nombre de passages s’élève à 17 573 en 2015.
– Les consultations et actes externes sont en progression de 5,8 %
– L’activité en Soins de Suite et de réadaptation (hôpital de jour) augmente fortement, que ce soit pour la cardio, locomoteur, système nerveux.

Avec tout ça, après un déficit en 2014, le centre hospitalier est encore en déficit en 2015, sur le budget principal et sur les budgets annexes (Unité de Soins de Longue Durée et Maisons de Retraite).

Projet IRM

Il y a un an il était question d’un IRM mobile (Imagerie par Résonance Magnétique) porté par un Groupement de Coopération Sanitaire composé des centres hospitaliers de Châteaubriant-Nozay-Pouancé et Redon. A la demande d el’Agence Régionale de Santé, il est maintenant question d’un IRM fixe avec le centre hospitalier, les radiologues libéraux de Châteaubriant, la société IMB (Imagerie médicale de Bretagne) et un radiologue hospitalier à temps partagé avec le CHU de Nantes. Dossier déposé en décembre 2015. Réponse dans six mois ?

En 2015 le centre hospitalier a répondu à un appel à projets ’’télémédecine’’ pour des consultations spécialisées afin d’éviter aux résidents des maisons de retraite de se déplacer pour certaines consultations notamment gériatriques, plaies, diabète. Il sera mis en place dans quelques mois.

2015, c’est aussi la poursuite et la fin de la 2e tranche des travaux de restructuration et d’extension du Service de Soins de Suite et de Réadaptation du site de Nozay. (coût 4,3 millions d’euros).

Le service de soins infirmiers à domicile du site de Pouancé a vu sa capacité augmenter ainsi que son aire d’activité avec la couverture de la commune de Soudan qui était une des dernières communes du territoire sans être couverte par une activité de SSIAD.

2015, c’est aussi l’évolution des repas sur le site de Pouancé avec le passage de la liaison chaude à la liaison froide.

Par ailleurs le centre hospitalier a développé en 2015, une politique du handicap, pour relever le défi de l’égalité et de l’accessibilité professionnelle des personnes en situation de handicap.

En 2015, l’accent a particulièrement été mis sur la sécurisation du médicament.

Sur le plan financier, il est demandé à l’établissement par l’ARS   de réorganiser l’offre de soins avec notamment un virage ambulatoire (développement de la chirurgie ambulatoire, de l’hôpital de jour, de l’hôpital à temps partiel, de l’hospitalisation à domicile), l’optimisation des achats (adhésion à des groupements d’achats) , la diminution des dépenses liées aux prescriptions de ville pour les transports et les médicaments, l’amélioration de la pertinence des actes, la maîtrise de la masse salariale.

 Polysomnographie

L’année 2016 verra une activité nouvelle : la polysomnographie et polygraphie respiratoire pour le suivi des troubles du sommeil, des apnées du sommeil, des troubles respiratoires du sommeil....
Les trois PUI (Pharmacie à Usage Intérieur) de Châteaubriant, Nozay, Pouancé seront regroupées en une seule pour améliorer la sécurisation du médicament.

Au niveau des travaux, une opération de restructuration du plateau technique de rééducation et réadaptation sera entrepris en 2016, permettant l’agrandissement des salles pour plus de confort pour la patientèle.

Enfin en 2016 se mettra en place le Groupement Hospitalier de Territoire renforçant la coopération entre les établissements publics d’un même territoire.

 Docteur Coisne

Le docteur Coisne, président de la Commission Médicale d’Établissement, a déclaré :

En 2016, il nous faut augmenter nos recettes et donc l’activité et en même temps être attentifs à nos dépenses, donc à la pertinence de nos prescriptions. Nous avons réalisé plusieurs études au sein du centre hospitalier, montrant que nous pouvons faire des économies en respectant les recommandations des sociétés savantes et de la Haute autorité de Santé, donc sans altérer la qualité des soins prodigués aux patients.

Pour augmenter notre activité, nous devons sans doute mieux communiquer, mieux informer nos collègues de ville et la population sur notre offre de soins Nous allons travailler dans ce sens et développer rapidement un site internet attrayant. [Ndlr : enfin ! En souhaitant qu’il soit accessible aux personnes handicapées]. Nous devons aussi augmenter notre offre de consultations pour apporter des réponses rapides et complètes.

Nous devons développer de nouvelles activités répondant aux besoins de la population du territoire, car il existe encore des inégalités dans le domaine de la santé dans la région, avec une surmortalité, liée aux suicides, à certains cancers, à la pathologie cardio vasculaire, à la consommation d’alcool.

C’est ainsi que nous travaillons, notamment le Dr Salim à un projet de sevrage complexe, en hospitalisation complète, et à un projet d’hôpital de jour pour élargir l’offre de soins actuelle en addictologie.

Le projet de l’unité de surveillance continue est bien avancé, nous espérons pouvoir garder ici les patients nécessitant des soins et une surveillance renforcée, leur évitant des transferts à Nantes.

L’unité de rééducation cardiovasculaire fonctionne bien, et pourrait sans doute augmenter son nombre de places car la demande est bien présente.

Nous travaillons également à une consultation de la douleur chronique, en lien avec le centre de référence de Nantes.
Nous avions de longue date un projet de consultations par télémédecine pour les maisons de retraite de notre territoire pour les plaies et escarre, la gériatrie et l’accompagnement de fin de vie, ce projet a été accepté et nous espérons pouvoir commencer d’ici quelques mois.

Tous ces projets ont un point commun, c’est un lien, une coopération avec d’autres structures, notamment le CHU de Nantes, ce qui m’amène à évoquer le Groupement Hospitalier de Territoire, dont le périmètre devrait probablement être le département de Loire Atlantique, et dont la première tâche sera d’élaborer un projet médical basé sur les besoins de la population, en respectant la proximité, le patient devant être pris en charge près de chez lui chaque fois que cela est possible, quitte à déplacer les médecins. Ce projet médical devrait être réalisé ces prochains mois, par les centres hospitaliers publics, mais sans exclure la clinique Sainte Marie, l’institut du cancer de l’ouest et l’hospitalisation à domicile notamment.

Un autre projet va nous occuper cette année, c’est celui de la Pharmacie Hospitalière Unique, c’est-à-dire une pharmacie centrale, qui desservira les trois sites. Il est important de rappeler que cela ne signifie pas la suppression du service pharmacie à Nozay et Pouancé mais une nouvelle organisation plus efficiente. Celle-ci permettra aussi d’offrir de nouveaux services aux usagers. En effet, le rôle des pharmaciennes ne se limite pas à distribuer des pilules, elles ont un travail de gestion, de surveillance des prescriptions, de sécurisation du circuit du médicament, d’hygiène, mais aussi un rôle de conseil auprès des médecins et des soignants. Nous souhaitons que cette nouvelle organisation leur permette de développer cette fonction de conseil, d’être plus près des soignants dans les services, de développer l’éducation thérapeutique auprès des patients, de faire ce qu’on appelle de la conciliation médicamenteuse, notamment auprès des personnes âgées. Les pharmaciennes et leurs équipes travaillent beaucoup pour améliorer la sécurité du circuit du médicament, et je voudrais leur rendre hommage pour le travail réalisé sur les trois sites, mais qui est loin d’être achevé et demandera encore beaucoup d’efforts.

Cette nouvelle année commence dans un contexte difficile, mais cette situation doit nous amener à réfléchir sur nos fonctionnements de façon positive, ce qui est fait aussi dans le cadre de la procédure de certification et doit être l’occasion d’impulser un nouveau dynamisme, de travailler ensemble pour ce qui est notre mission : améliorer la santé et le bien être de nos concitoyens.

Je vous remercie pour tout le travail que vous accomplissez au quotidien, et je vous adresse tous mes vœux pour la réalisation de vos souhaits dans votre vie personnelle et professionnelle.

Docteur François Coisne, Président de la CME (Commission Médicale d’Établissement)

Communauté hospitalière de territoire