Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances, février 2009 (3)

Mée-disances, février 2009 (3)

Ecrit le 25 février 2009

 700 policiers pour 1600 habitants

Du NouvelObs du 19/02 : Près de 700 gendarmes et policiers ont été mobilisés jeudi 19 février pour assurer la sécurité de la visite de Nicolas Sarkozy à Daumeray, un village de 1.600 habitants au nord d’Angers.

Un mois après le déplacement du président de la République à Saint-Lo, émaillé de manifestations et suivi par une mutation du préfet et du directeur de la sécurité publique de la Manche, des moyens exceptionnels avaient été mis en œuvre pour éviter tout incident. […]

« Une journaliste à L’Humanité s’emporte : « Le Figaro et Le Monde ont eu le droit d’aller à la ferme, pas moi ! » Elle a fait spécialement le déplacement à Daumeray pour suivre la visite présidentielle, mais elle ne pourra finalement assister qu’au discours de Nicolas Sarkozy, à la salle des sports. Idem pour la télé locale, Angers 7, et la radio locale, RCF Anjou, qui sont restés devant le barnum réservé à la presse. Des médias triés sur le volet ? Selon quel critère ? Sans doute pas assez d’audience pour intéresser l’Élysée ! » a commenté Ouest-France !

Plus de mille invités triés sur le volet ont pu assister à l’intervention du Président dans la salle des sports de Daumeray.

Aucun rassemblement n’avait été annoncé, et aucun incident n’a été signalé lors de la visite présidentielle de deux heures dans le Maine-et-Loire. Une dizaine de comédiens se sont improvisés placiers des invités au discours de Nicolas Sarkozy. Déguisés en gendarmes du XIXe siècle, ils ont évoqué la pièce de théâtre sur Rouget le braconnier, ce fameux braconnier qui se joua des gendarmes pendant de nombreuses années. « On souhaitait faire une haie d’honneur au chef de l’État, mais l’Élysée n’a pas voulu. » Les faux gendarmes sont même restés au fond de la salle, derrière les cloisons. Faut dire qu’il y avait assez d’uniformes alentour !

Ndlr : si les terroristes de Daumeray n’ont pas été interpellés, c’est qu’ils sont rusés et dangereux ! Encore plus qu’à Châteaubriant, c’est dire !

 « M’enfin tout le monde a une Rolex ! »

Ouest-France du 17/02 : Si Jacques Séguéla a été un grand communicant, artisan des victoires de François Mitterrand aux Présidentielles, avec le slogan « La Force tranquille » en 81, il semble aujourd’hui avoir un peu de plomb dans l’aile.

Interrogé sur France 2, sur le côté bling-bling du président Sarkozy et son amour pour les belles breloques comme les Rolex, Jacques Séguéla s’est offusqué et a déclaré : « Comment peut-on reprocher à un Président de la République d’avoir une Rolex ? Enfin, tout le monde a une Rolex ». Et d’ajouter « Si à 50 ans on n’a pas une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie ».

Séguéla a, semble-t-il, perdu le sens des valeurs. La montre Rolex la moins chère coûte plus de 3 000 €, la plus chère plus de 35 000 € ...

Ndlr : il fut un temps où posséder un Solex assurait une certaine notoriété !

http://www.lesmotsontunsens.com/seguela-rolex-rate-sa-vie-50-ans-video-3391

 « Persona non grata »

NOUVELOBS.COM | 20.02. : Le ministre de l’Intérieur argentin a annoncé que la Direction nationale des Migrations sommait Richard Williamson de quitter impérativement le pays dans un délai de dix jours sous peine d’être expulsé. [...]

L’Argentine, où l’évêque négationniste réside depuis 2003, a justifié sa décision en précisant que ses papiers n’étaient pas en règle. La Direction argentine des Migrations a fait valoir « que l’évêque a falsifié à plusieurs reprises la véritable raison de sa résidence dans ce pays, puisqu’il déclarait être employé de l’Association civile ’La Tradition’, alors qu’il était prêtre et directeur du séminaire lefebvriste que la Fraternité Saint Pie X possède à Moreno », à 40 km de Buenos Aires.

Le ministère de l’Intérieur a rappelé que « l’évêque Williamson s’est fait connaître après avoir fait des déclarations antisémites à un média suédois, dans lesquelles il a mis en doute l’Holocauste dont a été victime le peuple juif ». […]

Profond malaise dans l’église de France : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/03/12/01016-20090312ARTFIG00123-un-profond-malaise-s-est-installe-dans-les-rangs-de-l-eglise-de-france-.php

 Besame mucho

No-kis

Près de 40 000 Mexicains se sont donné rendez-vous pour se bécoter en simultané le 14 février (St Valentin), sur la place de la Constitution à Mexico, pour battre le record des bisous détenu par Londres avec 32 000 bisous. Dans cette mégapole peu sûre, le maire et les associations militantes ont voulu célébrer « l’amour sans violence ». Record battu.

Mais à la gare de Warrington (Angleterre) les autorités ont interdit les baisers pour que les effusions amoureuses ne gênent pas l’accès aux trains. Si les voyageurs veulent s’attarder plus longtemps et se dire au revoir, ils peuvent le faire dans la « zone de baisers » où il existe un nombre limité de places de stationnement !

 Le Triomphant et le Bugaled Breizh

Selon le quotidien Ouest-France, le sousmarin français « Triomphant » a été endommagé : le dôme protégeant le sonar mais également le kiosque du sous-marin et sa barre de plongée.

La marine française avait annoncé le 6 février que le « Triomphant » avait heurté un « objet immergé », vraisemblablement un conteneur. C’est quand « les Britanniques nous ont dit : nous aussi on a un problème », que les circonstances de l’incident ont été éclaircies, affirmait le ministre Hervé Morin que l’on peut accuser d’avoir voulu cacher la vérité.

Mais ceci rappelle le naufrage du « Bugaled Breizh » : les familles sont persuadées qu’il a été causé par un sous-marin. La Marine française refusant de reconnaître les faits, les avocats du Bugaled Breizh estiment que la Marine est en « flagrant délit de mensonge ». Faux, a répondu le ministre : « La Défense a joué en la matière la transparence absolue. Toutes les informations sur les mouvements de nos sous-marins ont été données ». Sûr ?

Ndlr : la marine française naviguerait-elle en eaux troubles ?

 Des juges ripoux

Du Figaro du 17/02 : « deux juges de Pennsylvanie sont accusés d’avoir envoyé des centaines d’enfants et d’adolescents en prison entre 2000 et 2007, en échange de 2,6 millions de dollars de pots-de-vin, payés par les deux entreprises gérant des centres de détention. Ils ont tous les deux plaidé coupables ».

Leur système était bien rôdé : à chaque fois qu’un des deux juges envoyait un jeune dans un centre de détention, l’entreprise PA Child Care qui gérait l’établissement recevait des fonds de la part du comté de Luzerne pour couvrir les frais d’incarcération. Autrement dit, plus le nombre d’enfants incarcérés était grand, plus la commission et le pot-de-vin reversés aux juges augmentaient. Au total, les deux juges auraient permis à PA Child Care de toucher 58 millions de dollars.

En 7 ans, plus de 5.000 adolescents de 13 à 18 ans ont été jugés coupables par les deux juges opérant dans une ancienne région minière pauvre. Parmi eux, plus de 2.000 ont été envoyés en détention. On cite le cas d’un jeune garçon envoyé 9 mois en prison pour avoir volé un flacon d’épices d’une valeur de 4 dollars, d’un autre jeune condamné à 3 mois pour avoir volé de la menue monnaie dans une voiture ou encore celui d’un garçon de 13 ans envoyé en camp de redressement pour avoir exploré un bâtiment désaffecté

L’affaire ne devrait pas être jugée avant plusieurs mois. Pendant ce temps, les jeunes concernés devront rester en prison