Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Enseignement, formation > b. Ecoles primaires > Enseignement, plus belle la circo

Enseignement, plus belle la circo

Ecrit le 10 février 2016

Jeudi 4 février 2016, les enseignants des écoles publiques de la circonscription de Châteaubriant ont appelé parents, enfants, enseignants et élus à participer à un rassemblement devant l’inspection de l’Education Nationale.

Dans une pétition, largement signée et remise au Directeur Académique, ils déclarent notamment :

« Nous demandons que l’attention accordée à notre territoire depuis l’année dernière se concrétise par des mesures concernant les personnels » et ils détaillent les difficultés de ce territoire :

 Territoire en difficulté

– Les difficultés sociales ont entraîné le classement en REP (Réseau d’Éducation Prioritaire) du collège La Ville-aux-Roses. C’est une mesure importante. Toutefois, certaines écoles du secteur de ce collège n’ont pas intégré ce dispositif, ce qui a eu pour effet d’accroître les inégalités. Certaines écoles ont perdu les moyens supplémentaires dont elles avaient bénéficié les années précédentes.

– Le territoire n’attire pas les professionnels de l’éducation : l’arrivée massive de nouveaux enseignants sur la circonscription (61 sur 200) pose de gros problèmes de suivi de ces professionnels. Certains d’entre eux exercent dans des conditions d’enseignement très difficiles dès leur entrée dans le métier. Ils peuvent même se retrouver avec la responsabilité de la direction d’une école !

De ce fait, souvent, les jeunes professeur-es des écoles, dès qu’ils le peuvent, quittent la circonscription, entraînant une grande instabilité dans les équipes pédagogiques, instabilité à l’évidence très néfaste pour les élèves les plus fragiles.

  • - Un poste au RASED   (Réseau d’Aide pour les Enfants en Difficultés) reste vacant alors que les demandes d’aides augmentent d’année en année.
Le RASED   (Réseau d’Aide pour les Enfants en Difficultés) accueille des enfants en difficultés persistantes d’apprentissage ou de comportement, avec des aides pédagogiques, ré-éducatives, psychologiques. L’antenne Nozay couvre 13 écoles, elle est complète avec trois personnes : un enseignant spécialisé, 1 rééducateur, 1 psychologue (arrivé en septembre 2016). L’antenne Châteaubriant couvre 23 écoles, elle n’est pas complète : il manque un rééducateur. Le poste existe, il n’est pas pourvu, personne ne veut venir à Châteaubriant.
  • - Nous constatons aussi un manque de professionnels dans les structures telles que les CMP (Centres Médico-Psychologiques), l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance)... qui elles aussi doivent souvent former des nouveaux professionnels qui migrent vers des villes plus attractives ensuite.
  • - Les professionnels médicaux et paramédicaux (médecins, orthophonistes...) sont également en nombre insuffisant pour accompagner la population du secteur ».
  • [Les listes d’attente explosent, il y a souvent six mois ou un an d’attente pour bénéficier d’un suivi. Pour un enfant en difficulté, c’est long]

 Territoire redécoupé

Le redécoupage de la circonscription va accroître encore ces difficultés, de nouvelles écoles à aider intégrant notre circonscription alors que le RASED   actuel avec deux antennes (Châteaubriant et Nozay) ne peut faire face à tous les besoins !

Nous souhaitons donc avoir l’assurance de conserver à minima deux antennes RASED   complètes sur la circonscription.

« La nomination de deux psychologues scolaires cette année sur des postes vacants, montre que la situation n’est pas figée. Nous attendons toutefois plus d’actions des pouvoirs publics pour donner aux élèves de notre territoire les mêmes chances de réussite qu’ailleurs. »

L’inspection Académique a redécoupé les territoires. Les écoles des Com’Com’   de Nozay et Derval seront regroupées avec celles du territoire de Blain à partir de septembre 2016. De ce fait les écoles de la Com’Com’   de Châteaubriant seront regroupées avec celles de Pannecé, Riaillé, St Mars la Jaille qui, on le sait, ont des difficultés en grand nombre, sociales et culturelles.

 Mesures incitatives

Liberté, inégalité, ruralité

Puisque nous ne pouvons rendre à nous seuls le territoire plus attrayant, nous vous demandons de mettre en place des mesures incitatives (financières, avantages en points, logement de fonction...) pour que les différents professionnels viennent et restent travailler dans notre secteur pour le bien-être de tous et toutes (élèves, parents, professionnels de l’éducation...).

« Ces mesures pourraient être un début vers plus d’équité dans le service public d’éducation » dit Sophie Boucher, déléguée du syndicat SNUIPP.

« Nous avons été écoutés par Mme l’Inspectrice de l’Education Nationale de la Circonscription. Espérons qu’il y aura des résultats concrets »