Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Grappillages - mars 2009 (2)

Grappillages - mars 2009 (2)

Ecrit le 18 mars 2009

 Welcome

NouvelObs du 11/03 : Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a jugé mercredi 11 mars que le film « Welcome » du cinéaste Philippe Lioret était un « très bon film », mais a demandé au réalisateur de « retirer ses propos » établissant un parallèle entre la situation des migrants à Calais et celle des Juifs en 1943. […]

Film Wel

Philippe Lioret affirme, dans une lettre ouverte à Eric Besson publiée dans Le Monde, avoir voulu, avec son film non pas mettre en parallèle la situation des migrants à Calais et celle des juifs sous l’occupation, mais dénoncer des « mécanismes répressifs » qui se « res-semblent étrangement ».

« Dans toute société en situation de crise, face à l’injustice, chaque citoyen se trouve un jour placé face à ses responsabilités », écrit Philippe Lioret. « George Brassens a parfaitement illustré le choix de cet engagement dans sa Chanson pour l’Auvergnat. A mon époque, la nôtre, je fais de même avec mon film », poursuit-il. […]

« Il y a quelques jours encore, près de Béthune, une femme a été mise en garde à vue pour avoir simplement rechargé des téléphones portables de migrants. ’Welcome’ ne fait qu’illustrer ce genre de fait divers », ajoute P. Lioret. « Aujourd’hui, dans notre pays, de simples valeurs humaines ne sont pas respectées ».

Ndlr : allez voir Welcome ! Ne serait-ce que pour emmerder Besson !

 Collégiens bousculés

De Sud-Ouest du 11/03 : La députée socialiste de la rive droite de Bordeaux a interpellé Michèle Alliot-Marie, à la suite des blessures contractées par des élèves du collège Jean-Jaurès de Cenon lors d’un assaut donné par des CRS à la gare Montparnasse. La ministre de l’Intérieur dit « pouvoir comprendre » que la situation a pu être « perturbante » pour ceux qui ont subi les faits. […]

Se référant à son passé d’enseignante, elle dit que « dans des cas comme ceux-là, les adultes et les enseignants ont la responsabilité d’encadrer et de protéger ces jeunes ». « C’est du mépris », réagit Wilfrid Winter, président de la FCPE   du collège Jean-Jaurès.

Le secrétaire général de l’inspection d’académie de la Gironde a reçu une délégation de professeurs et parents, à Bordeaux. Il a confirmé la mise en place d’une cellule de soutien psychologique et juridique, demandée par la principale du collège. Pour la délégation : « de la même façon que Mme Alliot-Marie prend la protection de ses CRS, nous avons fait demander à M. Darcos, le ministre de l’Éducation, d’en faire autant avec ses fonctionnaires enseignants. »

Ndlr : un certain X.D, prétendument ministre de l’Éducation nationale, donc en charge des élèves et de leurs professeurs, n’a toujours pas réagi.

 Sain d’esprit ?

NouvelObs.com du 12/03 : Des évêques et des fidèles français disent leur incompréhension après l’excommunication d’une Brésilienne ayant fait avorter sa fille de 9 ans, enceinte parce violée à répétition par son beau-père […]

Mgr Yves Patenôtre, au nom de la Mission de France, juge « inacceptable cette décision abrupte d’excommunier ». « Comment se peut-il que devant un tel drame, l’Église se soit manifestée pour juger et condamner plutôt que pour entrer en compassion et reconduire vers la vie ? », écrit-il.

L’évêque de Recife a prononcé cette excommunication car, dit-il, les jumeaux que portait cette enfant de 9 ans « avaient le droit de vivre ». ajoutant : « le viol est moins grave que l’avortement ». Le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques, a justifié cette mesure. Mais la conférence nationale des évêques du Brésil a finalement désavoué l’archevêque de Recife

 Poursuites contre le Vatican

Le Monde du 08/03 : Un homme, victime d’un prêtre pédophile dans les années 1960, pourra poursuivre en justice le Vatican, qu’il accuse d’avoir couvert les agissements du religieux, mort en 1992. Cette décision de la cour d’appel de Portland (Oregon), rendue publique le 4 mars, a été saluée comme « une avancée majeure » par l’avocat du plaignant, « dans le sens où elle reconnaît que le problème vient d’en haut ».

Avant d’être nommé à Portland, le prêtre, d’origine irlandaise, avait été déplacé d’Irlande à Chicago en raison d’affaires de mœurs. A l’appui de leur décision, les juges ont estimé que le religieux pouvait être considéré comme un « employé » du Vatican. Le Vatican a mis en avant son « immunité » en tant qu’État souverain.

De nombreuses affaires de pédophilie ont été révélées ces dernières années au sein du clergé catholique américain. Lors de son voyage aux États-Unis, en avril 2008, le pape Benoît XVI avait exprimé sa « honte » face à ces affaires et demandé d’« exclure les pédophiles du ministère sacré ».

 Le brame de Lecerf

Du Canard enchaîné du 11/03 : l’ancien président du Conseil constitutionnel Robert Badinter a célébré, le 3 mars, au Sénat, les vertus de la future loi pénitentiaire : « il s’agira là d’une grande loi et je la voterai ». A ces mots, la Garde des Sceaux manque défaillir de joie.

Hélas, l’éloge vibrant s’adresse en fait à Jean-René Lecerf, rapporteur UMP de la loi qui, avec une centaine d’amendements, en a réécrit une bonne partie : « d’alleurs, monsieur Lecerf, je souhaite qu’elle porte votre nom car vous en êtes le véritable père », poursuit Badinter. Dati met un certain temps à capter, puis se ratatine sur les bancs du gouvernement, et subit en plus les applaudissements ironiques des rangs UMP.

Impitoyable, Badinter poursuit son œuvre de destruction : « Croyez-moi, dans l’histoire désolante, terrible, de l’institution pénitentiaire, la loi Lecerf marquera... »

 Les singes aussi ont des désirs d’avenir

De 20minutes.com du 11/03 : Ce n’est pas aux vieux singes qu’on apprend à anticiper. Santino, un chimpanzé mâle de 31 ans, le prouve tous les jours depuis dix ans... Alertés par le comportement étrange d’un de leurs primates, les responsables du zoo de Furuvik, au nord de Stockholm, ont contacté Mathias Osvath, un scientifique suédois, qui a observé Santino pendant dix ans.

Au cours de cette décennie, le chercheur a constaté que chaque matin, Santino ramassait calmement et méthodiquement des pierres et les façonnait pour leur donner la forme de disques avant d’en faire de petits tas. L’après-midi, le singe n’avait plus qu’à piocher dans ses réserves pour s’adonner à son passe-temps favori : caillasser les visiteurs.

« Ces observations montrent de façon convaincante que nos cousins les singes anticipent l’avenir de manière très complexe, relève Mathias Osvath. Ceci laisse penser qu’ils ont un degré de conscience très élevé, y compris la capacité mentale de simuler des événements futurs possibles », ajoute-t-il. Selon lui, « ces animaux ont probablement leur monde intérieur, comme les humains qui passent en revue dans leur tête des épisodes de leur vie passée ou pensent aux jours à venir ». Reste à savoir si les visiteurs, eux, sauront à leur tour anticiper et esquiver les attaques préméditées de Santino.

 Papier de verre

L’image de Total est, comme on dit « en com », très dégradée.

Un seul exemple : quand on lui demande ce qu’il pense de Total, pas un Français ne répond : « super ! »

(Hervé Le Tellier . Le Monde.fr du 12/03).


Ecrit le 25 mars 2009

 Un juge assassiné

Le Point.fr du 18/03 : Élisabeth Borrel, la veuve du juge Bernard Borrel tué en 1995 à Djibouti, a dénoncé « des manipulations » orchestrées par l’Élysée, visant, selon elle, à dédouaner « les personnes mises en cause dans l’assassinat » de son mari. Elle s’est appuyée sur le contenu de documents saisis par des juges en août 2008 à l’Élysée.

« Nous avons maintenant des preuves écrites sur le fait que l’Élysée de l’époque (Jacques Chirac, élu de 1995 à 2007) était systématiquement avisé de ce qui se passait dans le dossier criminel de mon mari, mais également des interventions directes de l’Élysée dans ce dossier », a affirmé Élisabeth Borrel. "C’est une manipulation qui a été faite au sommet de l’État français. On s’en doutait, maintenant, on a les preuves de cette volonté »

Ces documents provenant de la cellule Afrique de l’Élysée ont été remis aux juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia, qui avaient tenté, sans succès, de perquisitionner à l’Élysée le 2 mai 2007.

Le juge Borrel avait été retrouvé mort en 1995 à Djibouti, le corps à demi calciné. Djibouti avait conclu à un suicide, mais l’enquête française menée à Paris par la juge Sophie Clément privilégie la thèse d’un assassinat. Des témoignages mettent directement en cause le président Ismaël Omar Guelleh et son entourage.

 40 coups de fouet

Actualité.sfr du 19/03 : Une veuve de 75 ans a été condamnée à 40 coups de fouet en Arabie Saoudite. Son crime ? Avoir reçu à son domicile deux jeunes hommes qui lui faisaient ses courses. Or la loi islamique interdit à une femme de recevoir des hommes autres que ceux de sa famille directe. Si le jugement est confirmé en appel, outre les 40 coups de fouets, la femme de 75 ans ira quatre mois en prison et sera définitivement expulsée d’Arabie saoudite. Les deux hommes ont eux aussi écopé d’une peine de prison et de coups de fouet. Des voix s’élèvent dans le pays pour dénoncer l’absurdité de ces condamnations alors même que le roi Abdallah vient d’annoncer des réformes libérales. La vieille dame a fait appel.

Ndlr : on peut faire pire que Benoit XVI !

 Chaud les banques !

Lemonde.fr du 16/03 : L’assureur américain AIG, sauvé de la faillite en septembre par l’État, a révélé que l’argent reçu du contribuable avait surtout servi à dédommager des banques européennes.

Trois institutions ont reçu 70 % des 52 milliards de $ de fonds publics utilisés entre septembre et décembre pour dénouer les positions souscrites par la filiale financière d’AIG : la banque d’affaires américaine Goldman Sachs (12,9 mds de $), la banque française Société Générale (11,9 mds) et la banque allemande Deutsche Bank (11,8 mds). Deux autres établissements français auraient pu perdre gros dans la débâcle de l’ancien numéro un mondial de l’assurance : BNP Paribas (4,9 mds de $) et Calyon, la banque d’affaires du Crédit agricole (2,3 mds).

Ndlr : on dit merci qui ?

 Tapie, 101 millions d’euros

Le Point.fr du 17/03 : Bercy se prépare à solder les comptes de l’affaire Tapie moyennant un troisième et dernier chèque aux liquidateurs de l’homme d’affaires, d’un montant de 101 millions d’euros. Au total, l’ancien ministre aura refait fortune ; plus qu’il ne l’avait annoncé, mais moins que ne l’avaient affirmé ses détracteurs.

Le tribunal arbitral ayant tranché en sa faveur, le 7 juillet 2008, le vieux contentieux qui l’opposait à ses banquiers sur la revente d’Adidas, l’État a été condamné à verser à Tapie 240 millions d’euros au titre du manque à gagner, et 45 millions en réparation de son préjudice moral. Le montant à venir représente, lui, les intérêts cumulés sur les sommes dont l’ancien ministre a été privé, selon les arbitres - moins des frais de liquidation estimés à 12 millions d’euros. Au total, Bernard Tapie aura ainsi reçu 333 millions d’euros d’indemnités. […]

 Papier de verre

« Ce n’est pas très drôle de mettre le préservatif quand on fait l’amour » déclare Mme Boutin.

« C’est surtout difficile… Pour ma part, je le mets un peu avant ».

Hervé Le Tellier . Le Monde.fr du 19/03.

Ndlr : Christine est très coquine !

 Taxe à la vanité ajoutée

Du Canard enchaîné du 18/03 : six jours après l’autorisation donnée par le Conseil des ministres européens, Sarko a tranché : le taux de TVA sur la restauration sera abaissé à 5,5 % et non à 12 %, comme le demandait le ministère du Budget pour ne pas creuser davantage le déficit.

« Être président » a fanfaronné Sarko, le 16 mars, « c’est tenir comme je le fais les engagements de ses prédécesseurs ».
Rien ne dit que les restaurateurs tiendront leur promesse d’embaucher.

 Pénélope en jet

Du Canard enchaîné du 18/03 : branle-bas de combat, le 7 mars, sur l’aérodrome de Morlaix-Ploujean. […] Un Falcon 50 de l’Etec, l’escadrille gouvernementale, se pose. En descend une femme en tailleur-pantalon gris. Surprise des rares témoins : ce n’est que Pénélope Fillon, épouse du Premier ministre. La dame doit se rendre à Roscoff pour le baptême de l’« Armorique », dernier-né de la flottille des Britanny Ferries. Selon Matignon, Pénélope représentait son époux … ?

Pour respirer un bol d’air marin et poser en Une de « Ouest France », Pénélope aurait pu se faire payer le voyage par Britanny Ferries, organisateur de cette touchante manifestation. Elle aurait pu aussi monter dans un train (environ 130 € l’aller-retour). Mais la République est bonne fille, même en temps de crise, car l’heure de Falcon coûte environ 5 000 €. Soit une facture de 10 000 € pour cette mission de la plus haute importance.

Perdre son temps dans les transports en commun ne fait pas partie des mœurs de la famille Fillon... Comme utiliser un Falcon pour un week-end familial dans la Sarthe le 28 septembre dernier !

Ndlr : vous avez dit modeste ?

 Médiateur

Info.France2.fr du 18/03 : Le lien se rompt entre l’administration et les usagers constate le Médiateur de la République dans son rapport annuel. Il insiste sur une « réelle distorsion entre les déclarations d’intention et la réalité » dans l’accueil des administrés.

En janvier 2005, une charte, pour un « meilleur accueil » dans les services publics, énonçait un certain nombre de principes : « accessibilité », « rapidité », « courtoisie », « clarté des réponses », « esprit d’écoute, de rigueur et de transparence ». Jean-Paul Delevoye constate que ceux-ci « restent parfois lettre morte ».

Il souligne qu’une « absence de réponse peut entraîner un préjudice financier très important pour l’usager » et aussi « fragiliser davantage encore des personnes déjà en situation précaire ». Il dénonce également les « conditions déplorables d’accueil de certaines préfectures » .

 Centre de détention

Du Monde du 19/03 : selon le ministre britannique de l’Immigration Phil Woolas, Londres négocie avec Paris pour établir un centre de rétention près de Calais pour les migrants tentant de se rendre illégalement en Grande Bretagne. Tous les étrangers échouant à satisfaire aux contrôles britanniques seraient détenus dans ce centre avant d’être renvoyés dans leur pays par vols charters organisés par le ministère britannique de l’intérieur.
Mais le ministre Eric Besson nie toute négociation. Qui croire ?

Ndlr : ce centre, on pourrait l’appeler … Guantanamo ?