Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Au cul d’la tonne, chronique en gallo > Ça se fractureut

Ça se fractureut

Ecrit le 2 mars 2016

 Ça se fractureut

Deupé longtemps, on seut que tout marcheu par deux : c’éteut oui ou c’éteut non, c’éteut l’être ou le néant, la dreute ou la gauwche, le biauw temps ou le mauvais, le bien ou le mal, le leu ou le biauw…mais asteure, v’la que ça se diviseut à l’inteurieur : la gauwche du pére Vals ou la gauwche de la mére Aubry, la dreute des vieux snocks ou la dreute du jeune Bruno le déjà Maire, le FaNeu du pére Le Peine à vieillir ou de la fille La Peine à jouir et à geingneu les zélections et à sortir les euros. Mein-mme le salon des paizans éteut diviseu : les bodets qui vont y alleu et le Bové qui vouleut pas y alleu.

Aux zAmériques, mon Trompe son monde vouleut mureu son pays et chasseu tous les zétranges étrangeux en oubliant que lu aussi aveut éteu un estrangeu pour les indiens pré-colombiens qu’aveut rien demandeu. En Iran, ça voteut pour les turbans cons servateurs ou les turbans progressistes modérément. En Syrie, on espéreut la 8e trève à pas respecteu et des couloirs à pas fréquenteu.
Enfin, à Calais, on éteut prêt à détruire un troisien-me Sans guêtres pour en commenceu un quatri-ienme.

« Février remplit les fossés,
Mars les rend secs »

Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


Ecrit le 9 mars 2016

 SALON ET SALOON

Pendant que nos zhon-mes politiques et le tout-citadin défileut au salon des paizans pour contempleu nos belles bétes engraisseux au soja américain ogéemizeu et pein-gneux avec amour…et not’mangeaille pien-ne de pesticides et de colorants chimiques, les zameuricains se retrouveut dans leurs salouns pour leurs bagarres et musiques de leur primaire compliqueue : Trompe-le-fisc (con-me les Le Pen qui l’aimeut bein) et Helle a ri écraseut leurs cons courants et prépareut leur biauw pays de deumain.

Le projet de loi voulant reuformeu le code du travail éteu reumizeu et aveut l’air de reuveilleu et mobilizeut les zuniversitaires qui le ré-écriveut, les jein-nes qui vouleut manifesteu, les syndicalisses qui hésiteut, les peutitionnaires qui peutitionneut et le gars taz qui piaffeut d’impatience.

Les reufugieux, yeux, coucheut dehors à la porte de l’Europe qui fermeut ses portes alors qu’on débloqueut des millions pour les logeu et leur donneu à mangeu. Y a pas de salons et de salouns pour les gueux !

« Je seu noble mars florissant, Très gentil et très vertueux
En moi, vient bien fructifiant, Car je suis large et plantureux
Et karesme, le glorieux Est en mon règne, si je vous dys
Que je suis en mon temps vigoreux Pour avanceu tous mes amys… » 1496

signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


Ecrit le 16 mars 2016

 ATTENTE

On saveut que le printemps alleut veunir mais on ne diseut pas quanwd ni la gueule qu’il aura. Mes peucheux éteut en fleur, les jonquilles et les tulipes dresseut leur téte fleurie, les pâquerettes attendeut Pâques ; les jardinoux con-menceut à tourneu la térre et à émueu le fumieu. Deupé le 9 Mars, tout le monde éteut dans l’attente : le gouvernement qui a pou, les jein-nes qui aveut pris goût à la banderolle, descendeu dans la rue qui monteu et annonceu de reucon-menceu le 17 , les syndicats, le 31. La mére Rommerie qui corrigeu son projet de réforme mal ficeleu ; c’est pas core mai mais y en a qui l’espéreut.

Mon Jean-Marc qu’aveut éteu sage jusqu’ici avec son preumieu minisse com-menceu à se démarqueu en félicitanwt la mére Angela pour son accueil des reufugieux ; le PeuSeu nanwtais manifesteu son désaccord avec le gouvernement et va bentout défileu. Cheu nos reupublicains, les fon-mes qu’on a feuteu mardi deurnieu commenceut à s’inscrire pour la primaire, la granwde NKM et…

Ailleure, on attendeut le meullieure Trompeur des trompetteurs reupublicains en s’insul-tant copieusement et le prochain Foukoushima, en tremblant de pou.

« Mars martelle
Avril coutelle
Mai achève »

Signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


Écrit le 23 mars 2016

  Ça avançeut ou ça reculeut ?

Quand on conduiseut un ch’vauw ou hein-ne paire de bœufs, on saveut ben quand ça reculeut ou quand ça avanceut et on saveut con-manwdeu : « hue cocotte, wouo ! ya ! Reucule donc, sale bête. » Asteure, person-ne seut pu quanwd ça avanwceut ou ça reculeut et person-ne n’éteut d’accord pour qualifieu hein-ne reuforme ou hein-ne deucision du gouvernement et dire si elle va dans le bon sens ou dans le mauvais ; chacun a son ideu : les patrons vireut teurjous à dreute, les ouveurieux à gauwche (ou putôt à l’extrême-dreute quans y sont populisses !). Les zeutudianwts vouleut pas arrêtteu leur marche initiatique, les syndicats, leurs troupes, les fonctionnaires, leur point d’indice. Alors, la charrue ou le char de l’Etat feuzeut du surpiasse ou alleut à hue et à dia (le patois paizan éteut passeu dans le dictionnaire français)

Mon Poutine arrêteu ses avions en Syrie en disanwt qu’il a gain-gneu (on seut pas kaïye : sauwveu son copain Assad ? permette un p’tit bout de paix ? arrêteu les reufugieux que l’Europe marchandeu avec la Turquie et la Grèce ?)

Mon Trompe son monde avançeut inexorablement vers la Présidence des Etats-Désunis en brocardanwt les étrangeux et les fon-mes mais y va pas rire quanwd Elle a ri, en jupe, va le marqueu à la culotte ! Qui avanwçeut et qui reculeut ?

« Tous les jours que Mars a de beaux
On les retrouve au mois de mai bien lourds. »

Signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


Ecrit le 30 mars 2016

 Coups et bénéfices

Rire malgreu les meuchanceteux que nous envaïyeut Daèche la déche à nous et à nos vaïzins les Belges, ça paraisseut pas ben moral mais pisqueu c’éteut les Belges qui donneut l’exemple de leur humour « hein-ne fois » avec le détournement du Mané qui pisse, de Tintin Milou qui pleureut dans le giron du cap’taine Haddock éructant ses bachis bouzoucks, on va pas reusteut en reuste, d’autant pu que « Pâques mouilleu feuzeut l’épi gonfleu ».

Anneu, on éteut putôt dans le Vendredi-Saint avec tous ces morts rassembieux et annonçeux. A la radio, au matin, un économisse nous prometteu hein-ne fin peurchain-ne dans son livre « le dernier qui part éteindra la lumière » ; ça pouveut pas dureu ces principes qui nous feuzeut marcheu : « le travail, c’éteut un sale coût qui falleut diminueu et le bénéfice éteut un bienfait à augmenteu qui enrichisseut toujours pu le peutit nombre des riches »

Mais qui feura la Reuvolution si nos jein-nes sont tabasseux à la moindre manif et si on refuseut d’accueillir les reufugieux par humaniteu ? Joyeuses Pâques à tous quand mein-me !

« Pâques de longtemps désirées
Sont en un jour tôt passées »

Signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu