Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Kuhn-Huard > Juillet 2007 : Kuhn-Huard touche la PAT

Juillet 2007 : Kuhn-Huard touche la PAT

Ecrit le 12 juillet 2006

 La fermeture de Kuhn-Nodet va profiter à Kuhn-Huard

Selon La Lettre de l’API parue le 8 juillet 2006 :

Le fabricant de matériel agricole Kuhn-Huard à Châteaubriant devrait accueillir d¹ici à l¹automne une partie de la production de l’usine Kuhn-Nodet à Montereau (77) dont la fermeture a été annoncée en mai. Cette société est depuis son rachat, il y a dix ans, un foyer de pertes pour le groupe Kuhn basé à Saverne (67). Châteaubriant récupérerait la fabrication des semoirs monograine et Saverne celle des semoirs en ligne alors que l¹activité de pulvérisation serait arrêtée.

Une quarantaine des 150 salariés de Kuhn-Nodet se verront proposer un reclassement chez Kuhn-Huard. La production sera hébergée dans le bâtiment auparavant dédié aux pièces de rechanges. Le site de Châteaubriant compte environ 400 salariés dont 305 CDI. Un important investissement a permis récemment l¹installation de deux lignes automatisées pour


Ecrit le 6 juin 2007

 Huard touche la PAT

La Loire Atlantique est dans une zone éligible à l’attribution de la Prime d’Aménagement du Territoire pour les entreprises qui investissent et créent des emplois. L’entreprise Kuhn Huard en a fait la demande en se basant sur un plan d’investissement à 3 ans et la création d’une cinquantaine d’emplois à la clé. Elle vient de se faire confirmer la décision de la Commission qui lui accorde 300 000 euros si elle respecte ses engagements bien entendu. On se souvient de la visite éclair du sous-ministre Estrosi en campagne électorale pour Sarko à Châteaubriant qui avait visité Huard, signé quelques papiers et posé des pierres de ci de là avant de tenir un meeting électoral le soir [c’est bien pratique ces déplacements payés par le contribuable !] Est-ce que la visite a eu une incidence sur l’attribution de la prime qui dépend surtout du contenu du dossier ? Comme il s’agit de critères stricts d’attribution on peut en douter ! en tout cas dans une région qui se dévitalise et perd des emplois on ne peut que se réjouir de voir une entreprise qui en crée. Maintenant ça va être à la Communauté de Communes, au Département et la Région d’être sollicités.


Ecrit le 4 juillet 2007

M. Alort, Kuhn-H

 90 emplois c’est bien, mais ...

Le 28 juin 2007, M. ARLOT, directeur Général de l’Entreprise KUHN-HUARD, est venu présenter Huard, le groupe Kuhn et le groupe Bücher, aux élus de la Com’Com’   du Castelbriantais. Le groupe Kuhn fait 2748 salariés et produit 60 000 machines par an notamment à Saverne (Alsace) et Châteaubriant (Huard). Il est distribué dans 80 pays sur les 5 continents et a ouvert un bureau à Pékin.

L’usine Huard produit 5000 machines par an et s’étend sur 17,6 ha dont 3,2 ha couverts. L’usine actuelle a été construite en 1999 sur le site des Forges. Les machines sont de quatre familles :
– labourage (charrues portées ou semi-portées, marché en baisse en Europe de l’Ouest mais en progression à l’Est)
– Déchaumeurs à disques ou à dents.
– Semis simplifié en direct
– Semis monograine depuis la fin de l’année 2006 (transfert de l’activité de Kuhn-Nodet de Montereau)

Huard exporte 55 % de sa production mais est soumis à une rude concurrence mondiale et aux mutations du monde agricole. L’usine doit relever un défi géographique : être implantée tout à l’Ouest de l‘Europe et répondre à des demandes croissantes venues de l’Est.

Huard a prévu de faire, sur 3 ans, 7,81 millions d’euros d’investissements : machines, optimisation des métiers lourds (découpe laser, centre d’usinage, robots de soudure, presses), organisation industrielle (production au plus juste), aménagement des bâtiments et de l’environnement. Objectifs : obtenir des gains de productivité et une baisse des coûts. Le montant de l’investissement devrait faire 13,46 millions d’euros d’ici 5 ans.

 50 + 40

Huard compte créer 50 emplois en CDI, en plus des 40 emplois venant de Montereau. Un important plan de formation est prévu, notamment pour l’embauche de femmes (petite mécanique de précision).

L’usine emploie actuellement 294 salariés (et 137 intérimaires). Les 90 emplois permettront sans doute de transformer ces intérimaires en CDIstes.

Sur les 7,81 M€, l’Etat apportera 300 000 € par la PAT (prime à l’aménagement du territoire), le Conseil Général apportera 150 000 €, le Conseil Régional apportera 150 000 € et la Communauté de Communes du Castelbriantais apportera 60 000 € soit en tout 660 000 €.

Selon un tract de la CGT du 27 juin 2007, actuellement 30 CDI ont été réalisés dont 21 dans le cadre de la reprise de Kuhn-Nodet , 6 pour départ anticipé à la retraite, 1 suite à une démission, 1 compensation d’un départ à l’outillage et une création de poste au Bureau d’Etudes, il reste donc pour 2007 à réaliser 19 CDI dans le cadre Nodet et la compensation des futurs départs en retraite.

La charge de travail de l’entreprise oblige les salariés de production à effectuer des samedis supplémentaires. Pour la CGT ces heures supplémentaires pourraient être évitées en créant des emplois CDI supplémentaires pour faire tourner l’outil de travail.


Ecrit le 4 juillet 2007

 ... mais 145 emplois supprimés

90 emplois chez Kuhn-Huard à Châteaubriant, c’est bien mais ...

... mais 40 de ces emplois sont créés à Châteaubriant pour compenser les 145 emplois supprimés dans une autre usine du groupe Kuhn, à Montereau (77). La pétition de 8000 habitants de Montereau et sa région n’a pas pu empêcher la fermeture de Kuhn-Nodet dont la fabrication (les semoirs monograine), est désormais effectuée à Châteaubriant.

Cette usine existait à Montereau depuis 1888. La fermeture laisse 105 salariés sur le carreau.

250 emplois sont concernés par cette décision (145 emplois directs + sous-traitants).

Dans une réponse du 12.10.2006 à un Sénateur le ministre de l’emploi a reconnu que seuls 68 salariés seraient reclassés à Saverne et à Châteaubriant .


Ecrit le 31 octobre 2007

 Subventions

Des sous pour Kuhn Huard

Les entreprises importantes sont bien aidées en France. L’entreprise Kuhn-Huard, basée à Châteaubriant emploie plus de 320 salariés CDI (et environ 150 intérimaires) pour un chiffre d’affaires avoisinant les 57 M€. Le groupe est particulièrement soumis à la concurrence mondiale et subit en outre les mutations du monde agricole.

Pour faire face à ces tendances lourdes, le groupe KUHN a choisi de s’orienter vers la conception et la construction de matériels à valeur ajoutée et différenciateurs, notamment des semoirs monograine susceptibles de lui octroyer des parts de marché significatives. Le site de Châteaubriant a été sélectionné pour mener à bien ce projet, qui doit entraîner sur trois ans 7,8 M€ d’investissements ainsi que la création de 50 emplois nouveaux.

Comme prévu, l’Etat a octroyé à la société KUHN HUARD le 15 mai 2007 une Prime d’Aménagement du Territoire (PAT) d’un montant de 300 000 €. Le Conseil Général a attribué 150 000 € et la Com’Com’   du Castelbriantais 60 000 €. La Commission permanente du Conseil Régional des Pays de la Loire, réunie le 1er octobre 2007 a voté une aide régionale de 150 000 €

Pour l’instant il n’y a pas encore eu 1 euro de versé puisque c’est après les investissements que les subventions seront versées


Ecrit le 10 décembre 2008

 Kuhn achète et investit

Heureusement il y a des entreprises qui vont bien. Kuhn par exemple, vient d’ouvrir une usine à Monswiller (Alsace) (inauguration en janvier 2009) « La crise des matières premières alimentaires a eu un effet positif sur notre marché parce qu’elle a démontré le caractère essentiel du secteur agricole », explique Michel Siebert, président de Kuhn SA.

Par ailleurs Kuhn vient de reprendre les pulvérisateurs Blanchard, à Chéméré en Loire-Atlantique.


Ecrit le 3 juin 2009

 Kuhn-Huard : crise

Lors d’une conférence de presse commune après la manif du 26 mai, les organisations syndicales de Châteaubriant affirment :

« Chez Kuhn-Huard nous avions habituellement 120-140 intérimaires. Il n’en reste plus que 80. Les sous-traitants trinquent. Là où nous avions 20-25 % de sous-traitance, il n’en reste plus que 5 %. L’entreprise cherche à faire des économies, y compris en dénonçant le contrat de nettoyage avec TFN : il faut donner le même travail avec moins de temps » - « Le plan d’investissement prévu sur 2-3ans est retardé, ce qui va entraîner une baisse de travail pour d’autres »

Huard : la situation s’aggrave