Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCC - Com Com de Châteaubriant > CCC - 2008-2009 > Friches Huard - et Huard Burzudus

Friches Huard - et Huard Burzudus

écrit le 12 mars 2003

 Disparition ...

C’est en mai 1997 (sous la présidence de Martine Buron) que la Communauté de Communes du Castelbriantais (CCC  ) a acquis la propriété de la société Huard, d’une superficie de 50 093 m2. Une partie (24 784 m2) a été réaménagée en bureaux (maison de l’économie, maison de la formation) et ateliers-relais (sociétés Chaillous, Marchand, Lanoë, ADAPEI, etc) et pépinière d’entreprises. Il était prévu de poursuivre l’aménagement du site et une étude prospective a d’ailleurs été menée par de jeunes architectes.

Poursuivant dans le même sens, la CCC   avec le nouveau Président, Alain Hunault, a décidé le 28 juin 2002 d’aménager le reste de la propriété avec trois pôles :
– Pôle administratif (bureaux pour ANPE, caisse d’allocations familiales, centre de gestion de l’économie rurale, et CCC  )
– Pôle économie : ateliers et bureaux relais
– Pôle formation : atelier technique individualisé géré par le Greta  

Une société d’intérim et un cabinet d’expertise comptable, entre autres, ont fait connaître aussi leur intention de construire sur ce site.

La première phase de cette opération consiste en la « déconstruction » des friches Huard (on ne dit plus démolition). Le permis de démolir a été obtenu le 12 février 2003. L’entreprise C.DEC de Bain de Bretagne va faire les premiers travaux de déconstruction pour un montant de 136 210 € HT   (soit 894 000 F HT  ). (en réalité l’ensemble des démolitions pourrait coûter 327 704 € HT   soit environ 2 148 600,00 F HT  ).

Le premier coup de pelle symbolique a été donné le 6 mars 2003, mais la dépose des toitures (qui contiennent un peu d’amiante) doit se faire à partir du 10 mars. Les bâtiments se trouvant à droite de l’allée principale seront attaqués le 7 avril afin que, dès la seconde quinzaine d’avril, la place soit nette pour le bâtiment que souhaite construire l’ANPE sur une superficie de 2000 m2.

 Un pan d’histoire

C’est dans ces bâtiments que se trouvaient autrefois, avant qu’elles n’aillent route de Saint Nazaire, les Forges Huard, rythmant la vie de tout le quartier des Vauzelles au bruit des marteaux-pilons. Par la suite le bâtiment a servi à l’usinage et à la soudure. Le service du personnel y a été installé un certain temps, ainsi que l’infirmerie.

En mai 2003 aura lieu la démolition des bureaux situés le long de la rue des Vauzelles (à l’exception du bâtiment occupé par la Perception, quoique … celle-ci sera peut-être appelée à déménager : elle n’est installée là que dans un bâtiment préfabriqué.

Les travaux de démolition vont se faire derrière une palissade de 2 m de hauteur.

Tout devrait être terminé en juin 2003. Une demande de permis de construire sera effectuée en septembre et les constructions nouvelles devraient commencer en décembre 2003. Si tout se déroule comme prévu.

Une « voie Huard » sera aménagée parallèlement à la rue des Vauzelles ce qui aura l’avantage d’ouvrir le site. (voir plan)

Mais il reste des questions à se poser :

– 1) au sujet de la dépollution du site
– 2) au sujet du risque de vitesse excessive des véhicules dans la rue des Vauzelles
– 3) au sujet de la destination des terrains restants
– 4) on peut se demander aussi si les bâtiments existants n’auraient pas pu être conservés et réaménagés en respectant le caractère du site industriel ancien : seule la toiture comporte quelques plaques d’amiante, le reste est en belles pierres du pays, avec de belles baies en arrondi.

Cette démolition est la disparition d’un patrimoine industriel qui a marqué la vie de Châteaubriant.


Ecrit le 9 janvier 2008

 Huard-Burzudus

L’association propose une rencontre mardi 8 janvier prochain, de 14h30 à 16h00, salle du foyer restaurant près du château de Châteaubriant. Elle s’adresse à tous les anciens Huard, mais elle est également ouverte à tout public intéressé.
Au menu de cette rencontre : l’installation de Jean-François Huard en 1863 et le répertoire des Huard à partir des photos du Cinquantenaire de 1949.
À 16 h, assemblée générale annuelle de l’association et galette des rois (1)


Ecrit le 10 décembre 2008

 La Maison Huard   - restaurée

Rappelez-vous, c’était le 9 mars 2005 : la Mée lançait une lettre-pétition pour sauver la « Maison Huard   », pour sauvegarder les traces de l’histoire industrielle de Châteaubriant .

Nous savions que cela correspondait au désir de nombreux Castelbriantais qui ont vu disparaître trop de monuments du passé. C’est donc avec satisfaction que nous avons vu l’association « Huard-Burzudus » défendre ce projet.

Début XXe si
Vue en

Et, de fait, dans le projet de construction de l’école de musique, il a été prévu la conservation et la rénovation de ce qui était l’habitation de Jean-François Huard. Les clefs de la Maison Huard   ont été remises officiellement à Christian Bouvet le 21 novembre 2008.

L’association « Huard Burzudus » pense y développer un lieu de mémoire scientifique, muséographique et historique dédié à l’entreprise Huard et y assurera une mission éducative en direction des scolaires. Des groupes de 20 à 30 personnes pourront y être accueillis simultanément au rez de chaussée. L’étage sera réservé aux chercheurs

Le montant de l’opération se monte, HT  , à 199 122 €. Le financement a été assuré par une somme de 110 000 € prélevée dans l’enveloppe « Contrat de territoire » du Conseil Général. Le reste a été autofinancé par la Com’Com’   du Castelbriantais.

— 

Regrettons cependant qu’en un autre point de la ville, dans le quartier des Vauzelles, les beaux bâtiments en pierres n’aient pas été conservés. Ils étaient en bon état, avec de grandes ouvertures et auraient pu constituer l’ossature du « pôle de services » où se trouvent actuellement la Com’Com’  , la Maison de l’Emploi, l’ANPE et autres bâtiments certes plus modernes mais de moindre qualité …


Ecrit le 10 septembre 2008

  Kuhn investit et achète

Heureusement il y a des entreprises qui vont bien. Kuhn par exemple, vient d’ouvrir une usine à Monswiller (Alsace) (inauguration en janvier 2009) « La crise des matières premières alimentaires a eu un effet positif sur notre marché parce qu’elle a démontré le caractère essentiel du secteur agricole », explique Michel Siebert, président de Kuhn SA.

Par ailleurs Kuhn vient de reprendre les pulvérisateurs Blanchard, à Chéméré en Loire-Atlantique.


Ecrit le 24 décembre 2008

 Kuhn en Norvège

Selon Daily-bourse.fr du 19 décembre 2008, Kuhn va racheter début 2009 l’usine Kverneland implantée à Geldrop aux Pays-Bas (Kverneland est le principal concurrent mondial de Kuhn dans les matériels de récolte des fourrages, de semis et de labour).

La transaction s’élève à 115 millions d’euros. Le rachat deviendra effectif après l’approbation des autorités néerlandaises de la concurrence et l’avis des représentants du personnel.

L’usine de Geldrop (Pays-Bas) emploie 400 salariés et prévoit un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros cette année, principalement dans la fabrication de grandes presses à balles pour le fourrage et d’enrubanneuses, a indiqué Kuhn.

« Les presses constituaient le chaînon manquant dans notre gamme. Nous regardions depuis longtemps les opportunités de croissance externe dans cette spécialité qui aurait sinon requis au moins dix ans de développements internes »


NOTES:

(1) Ecrit le 17 août 2011

La journée du cinquantenaire

Un autre moyen de se souvenir : écrire, fixer les images et les histoires du passé. L’association « Burzudus » vient de publier un livre, signé de C.Bouvet et F.Havard sur la journée du centenaire de l’usine Huard, 30 mai 1949 : la réalité complexe du Cinquantenaire, l’hommage à Jules Huard, la fête de la reconstruction et de la modernisation de l’usine, fête de la réussite et de la fierté. Cet ouvrage est aussi un album de photos de la journée (47 clichés, 270 Anciens répertoriés). Le souvenir d’un temps où il y avait de l’emploi, des coups de gueule certes, mais aussi de fortes amitiés, un travail dur mais aussi le sentiment d’agir et d’exister ensemble.

Plus d’informations