Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Mée-disances du 20 avril 2016

Mée-disances du 20 avril 2016

Ecrit le 20 avril 2016

 EPR : la série noire

 
Le Monde.fr du 14/04 : L’EPR de Flamanville (Manche) fonctionnera-t-il un jour ? L’incertitude s’accroît autour de cette première centrale nucléaire de nouvelle génération que construisent EDF et Areva en Normandie, le plus grand investissement mené actuellement en France, tous secteurs confondus. Les malfaçons repérées sur la cuve du réacteur sont en effet plus graves qu’attendu, ont annoncé les deux groupes. Une mauvaise nouvelle de plus pour ce chantier qui accumule les déboires depuis son lancement en 2007.
 
Pour EDF, le démarrage de la centrale reste prévu au 4e trimestre 2018. Certains craignent cependant qu’EDF ne soit obligé de renoncer à cet énorme projet, alors qu’il est déjà réalisé à plus de 80 %. D’autres le souhaitent : « Il serait irresponsable de mettre en service un équipement présentant de telles faiblesses, estime le réseau Sortir du nucléaire. Tout plaide pour abandonner ce réacteur dangereux et inutile. » Au-delà de Flamanville, l’affaire risque de faire vaciller toute la stratégie nucléaire d’EDF, son développement en Grande-Bretagne et le sauvetage d’Areva. En Bourse, où l’action EDF est sortie du CAC 40 depuis décembre, le titre reculait de 1 % jeudi 14 avril. […]

L’État actionnaire pousse EDF à se lancer, une question de « crédibilité » et de « cohérence » pour toute la filière, selon le ministre de l’économie, E.Macron. Le PDG, M. Lévy, est sur la même ligne. Les syndicats, eux, estiment le projet beaucoup trop risqué. Telle semble aussi la position de l’ex-directeur financier, Thomas Piquemal, qui a démissionné début mars.

Ndlr : en France, on n’a pas des idées, mais on a du nucléaire...

 BP   : le patron en baisse

 
L’Express.fr du 14/04 : Les actionnaires de BP   ont rejeté une forte hausse de la rémunération du directeur général Bob Dudley, jugée malvenue en ces temps de vaches maigres dans l’industrie pétrolière. Une véritable humiliation pour la direction de cette compagnie britannique : près de 60% des porteurs de titres se sont prononcés contre le passage de 16,4 à 19,6 millions de dollars de sa rémunération totale en 2015. 
 
Cet avis n’est que consultatif mais son caractère négatif, une rareté dans les cercles d’actionnaires, constitue une gifle pour la direction de BP  . Les appels à repenser cette généreuse hausse s’étaient multipliés ces derniers jours, y compris chez de puissants actionnaires qui goûtent peu cette largesse dispensée au moment où la compagnie se serre la ceinture face au plongeon des cours du brut. 
Le principe de cette revalorisation datait de 2014 : le baril qui s’échangeait alors au-dessus des 100 dollars a chuté aux alentours de 40 dollars actuellement. Amorcée en juin 2014, la chute des cours a entraîné un net repli du cours de l’action BP  , tombée de quelque 500 pence alors à guère plus de 350 aujourd’hui. 
 
Elle a surtout poussé ce géant pétrolier à multiplier les mesures de restructuration, comme la suppression de 4000 postes cette année dans la partie « amont » (exploration, production) et 3000 de plus d’ici à la fin 2017 dans l’« aval » (raffinage, distribution). En 2015, BP   a subi une perte nette abyssale de 6,5 milliards de dollars. 

Valls en Algérie sans journaliste

 Culte parodique

 
M le magazine du Monde du 08/04 : Plusieurs centaines d’athées indiens se sont réunis, le 20 mars, au Kerala, dans le sud de l’Inde, pour le premier conclave d’une religion parodique, conçue comme un outil dans la lutte contre la superstition et la montée en puissance des religions. Depuis l’arrivée au pouvoir des nationalistes du BJP (Bharatiya Janata Party) en mai 2014, les tensions religieuses se sont beaucoup accrues. D’autant que la frange conservatrice du (BJP), ne cesse de souligner le caractère exclusivement hindouiste du pays. […]
 
Les dévots de ce nouvel athéisme font tout comme les autres croyants. Ils se sont d’abord choisi une divinité, la souris volante Dinkan, personnage principal d’une BD pour enfants très populaire. […] Les dinkoistes ont aussi un texte sacré, qui explique l’origine du monde : « En se demandant comment tuer le temps, le seigneur Dinkan réalisa soudain qu’il n’avait pas créé le temps. Il se mit alors à éclater d’un rire sacré. Le trou noir dans lequel était plongé l’univers explosa dans un Big Bang qui créa un espace relié au temps, appelé ensuite le monde. »
« Notre religion est la plus adaptée aux valeurs modernes de la société. Elle ne nous dit pas quoi manger, elle soutient le féminisme, elle adhère aux principes des droits de l’homme », explique l’un des premiers disciples. […]
 
Le dinkoisme revendique déjà des centaines de milliers de sympathisants que « La montée du radicalisme religieux inquiète ; le meilleur moyen de combattre l’irrationalité est de la tourner en dérision. » Car la tension autour des questions religieuses ne cesse d’occuper l’espace public. […]
Les dinkoistes se sont rendu aussi compte que la religion leur offrait une meilleure visibilité, notamment auprès des autorités, et leur permettait de réclamer la censure de ceux qui les critiquent. Elle pourrait même leur ouvrir les voies de la politique. Et si cela leur permettait de peser lors des prochaines élections…

 Macro bêtise

 
Libération.fr du 14/04 : Le ministre de l’Économie E. Macron a qualifié jeudi de « bêtise » et de ’’maladresse’’ l’interview accordée par sa femme au magazine Paris Match dans laquelle il pose avec elle.
 
Paris Match a publié une photo officielle du couple dans la cour de l’Élysée se rendant à une réception officielle avec pour titre : « Ensemble sur la route du pouvoir - Brigitte et Emmanuel Macron - Elle se confie en exclusivité à Paris Match - les photos de leur album intime ». « Mon épouse, à laquelle je tiens beaucoup, a parlé à une journaliste de Paris Match. Mon épouse, elle ne connaît pas le système médiatique, elle le regrette d’ailleurs profondément », a-t-il expliqué.
 
Le magazine contient quatre pages de photos officielles dans l’intimité du couple suivies de quatre pages d’article-entretien, suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux alors que le jeune ministre a lancé il y a une semaine son propre mouvement politique, à un an de la présidentielle.
« Mon couple, ma famille, c’est la chose à laquelle je tiens le plus, ce n’est pas une stratégie de l’exposer, c’est sans doute une maladresse, je l’assume pleinement et ce ne sera pas une stratégie que l’on reproduira », s’est-il défendu. Interrogé pour savoir s’il comptait se présenter à l’élection présidentielle, il a dit que ce n’était pas sa priorité.

 Une petite ligne de code

 
Le HuffPost du 15/04 : L’informatique, c’est magique, mais attention, une simple ligne de code peut également provoquer l’Armageddon. C’est la triste expérience qu’aurait vécue Marco Marsala. Sa petite société de gestion de sites web, qui compte plus de 1500 clients, a été entièrement détruite à cause de deux mots : « rm -rf / ». […] « La nuit dernière, j’ai accidentellement lancé, sur tous mes serveurs, un script », explique-t-il. C’est une sorte de mini-programme informatique qui doit effectuer des actions bien particulières. Les fameuses lettres « rm -rf / » disent à l’ordinateur « supprime tout ce qu’il y a dans ces dossiers ». Les dossiers en question sont normalement définis par des variables. Le hic, c’est que, suite à l’erreur de Marco Marsala, les variables n’étaient pas définies, le programme a donc consciencieusement effacé toutes les informations stockées sur l’ordinateur.
 
Malheureusement, l’histoire finit mal. Si les réparateurs affirment effectivement pouvoir récupérer toutes les informations des plus de 1500 clients supprimées, le coût est bien trop élevé pour la petite société de Marco Marsala. « Game over ».