Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Nourriture > La sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire

Ecrit le 20 avril 2016

 Marion Guillou

Qu’est-ce que la sécurité alimentaire ? Peut-on envisager un système soutenable à long terme ? En quoi la recherche et la science apportent-elles des solutions ou des inquiétudes ? Et enfin, faudra-t-il encore des paysans pour nous nourrir demain ? Ce sont les questions posées par le Conseil de Développement de Loire-Atlantique à Marion Guillou, spécialiste mondiale de la sécurité alimentaire, présidente de l’institut agronomique, vétérinaire et forestier de France.

Marion Guilou

Elle déclare :

«  Lorsqu’on parle de sécurité alimentaire on parle de plusieurs choses ! La quantité d’aliments disponibles, et la qualité de ces aliments (leur non-contamination), peu-vent-ils contribuer à une bonne nutrition, favorable à la santé. Est-ce que, physiquement, on a accès à ces aliments (par exemple quand on est dans une zone en guerre, ou lorsqu’il y a une famine, ou lorsqu’on n’a pas les moyens financiers). Un nouveau facteur intervient : la régularité de l’approvisionnement (conservation, accidents climatiques, volatilité des prix).

La population du monde continue d’augmenter (et pourrait continuer jusque vers 2050), le développement économique fait qu’il y a de plus en plus de demande alimentaire, en particulier pour les produits d’origine animale, ce qui conduit à une plus forte demande de produits végétaux pour nourrir les animaux [Cela peut être de 3 à 10 calories végétales pour obtenir une calorie animale]. Comment, sur la planète, peut-on produire ces aliments supplémentaires tout en respectant le sol, l’eau, la bio-diversité, tout en assurant une alimentation de qualité (sanitaire et nutritionnelle) et accessible du point de vue des prix et de la régularité.

Il faut identifier les facteurs limitant : le gaspillage, l’évolution des régimes alimentaires, le manque de stocks, la pauvreté ? La science et la recherche sont là pour anticiper.

Par exemple on sait que chaque année on perd 10 à 20 millions d’hectares de terres cultivables (par l’urbanisation, par l’imperméabilisation, par l’érosion, etc) et la recherche doit trouver les moyens de lutter contre ces phénomènes, comment suivre l’évolution des sols, comment avoir une alerte précoce permettant d’intervenir très vite ».

Faudra-t-il encore des paysans pour nous nourrir ? Marion Guillou répond : « oui. Mais peut-être en faudra-t-il moins, qui produiront plus. Mais l’acte de production à partir de la terre demande un vrai savoir-faire : connaître le produit, le terroir, les saisons ».

Voir la conférence d eMarion Guillou


Ecrit le 20 avril 2016

 Saloperies

C’est pas croyable : l’industrie chimique nous fait ingurgiter de plus en plus de produits toxiques ! Des taux de phtalates (perturbateurs endocriniens) 40 % supérieurs à la norme ont été retrouvés dans les urines des amateurs de pain, cakes, pizzas, burritos, plats à base de riz, nouilles et viandes vendus dans les ’’fast-foods’’. Ils viennent des films plastique ou tuyaux pour produits laitiers couramment utilisés dans la restauration rapide. Ce chiffre alarmant a été rendu public par les chercheurs de l’université de Georgetown (Etats-Unis)…. Allez, bon appétit !


Ecrit le 22 juin 2016

 Alimentation positive

L’AMAP « Le panier de la Mée » va participer à un groupe d’échange sur la question de l’alimentation. Lancé par le GAB44, ce groupe de travail est constitué de professionnels, de bénévoles et d’agriculteurs sur la question de l’éducation alimentaire et de l’accessibilité sociale des produits de qualité. En effet l’accès à une alimentation de qualité n’est pas seulement une question de budget : c’est aussi et surtout une question d’information et de sensibilisation, permettre au plus grand nombre d’avoir une alimentation de qualité, locale et de cuisiner des produits simples et de qualité. Rendez-vous fixé mercredi 22 juin à 20h00 au 1er étage de la chambre d’agriculture, 13 rue d’Angers à Châteaubriant – contact : 06-61-12-64-30