Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Treffieux, notre devise sur la pierre bleue

Treffieux, notre devise sur la pierre bleue

  Sommaire  

Ecrit le 20 avril 2016

Liberté, Egalité, Fraternité et des mains construisant un arbre : le symbole est très fort dans cette stèle de schiste, sculptée par Brieuc Segalen, érigée à l’entrée de la nouvelle mairie de Treffieux.

Dans son discours le maire René Bourrigaud, a signalé que cette stèle se situe non loin du calvaire, en face de la Maison du temps libre, sur le socle duquel on peut lire « 1871 – Soli Deo Honor et Gloria ». « 1871, c’est le souvenir de la Commune de Paris écrasée par les troupes versaillaises, venant notamment des campagnes de l’Ouest et donc sans doute de Treffieux. Et la citation latine signifie « A Dieu seul, honneur et gloire ». Une expression qu’on n’entend plus chez les chrétiens, mais qui peut se traduire aujourd’hui en arabe par « Allahu Akbar ! ». Les djihadistes lancent cette formule, une kalachnikov à la main, au cours de leurs attentats. Cette inscription, à deux pas de notre maison commune, est donc un rappel de notre passé qu’il y a lieu de dépasser. ».

JPEG - 33.4 ko
Liberté, égalité, fraternité

Il a rappelé aussi que Liberté-Egalité-Fraternité est notre devise républicaine, « un acquis du passé, mais celui-là, il faut le préserver, le cultiver, l’enseigner à nos enfants, le pratiquer entre nous ».(…) « Dans notre monde multiculturel, une autre valeur est indispensable : la laïcité. La laïcité s’applique d’abord à des institutions publiques comme l’Etat et l’école. C’est le complément indispensable de la liberté et de l’égalité »

JPEG - 47.2 ko
Stèle à Treffieux
JPEG - 38.2 ko
Brieuc Ségalen et la stèle

 Le discours du maire

Liberté, égalité, fraternité

Lors de l’inauguration de notre nouvelle mairie, en janvier dernier, un élu invité nous a fait remarquer – en s’adressant au maire – qu’il n’avait trouvé nulle part, dans nos nouveaux locaux, le rappel de notre devise républicaine. N’ayant pas été à la conception des locaux et de ses aménagements, je n’ai pas su lui répondre sur le moment.

Mais voici aujourd’hui notre réponse : sur un palis de schiste qui symbolise notre région de la Pierre Bleue, nous avons fait graver par un artiste local, le président de l’ASPHAN  , la devise de la République française qui a fait le tour du monde.

Ainsi, la commune de Treffieux s’inscrit-elle aujourd’hui ouvertement et fièrement dans la grande tradition républicaine, ce qui n’a pas toujours été le cas. Faut-il rappeler que sur le socle du calvaire voisin, en face de la Maison du temps libre, on peut lire « 1871 – Soli Deo Honor et Gloria ». 1871, c’est le souvenir de la Commune de Paris écrasée par les troupes versaillaises, venant notamment des campagnes de l’Ouest et donc sans doute de Treffieux. Et la citation latine signifie « A Dieu seul, honneur et gloire ». Une expression qu’on n’entend plus chez les chrétiens, mais qui peut se traduire aujourd’hui en arabe par « Allahu Akbar ! ». Les djihadistes lancent cette formule, une kalachnikov à la main, au cours de leurs attentats. Cette inscription, à deux pas de notre maison commune, est donc un rappel de notre passé qu’il y a lieu de dépasser.

Notre devise républicaine est aussi un acquis du passé, mais celui-là, il faut le préserver, le cultiver, l’enseigner à nos enfants, le pratiquer entre nous. Voilà, en résumé, ce qu’elle signifie pour moi.

Liberté

Nous sommes dans un pays libre et souvent nous oublions de l’apprécier à sa juste valeur. Car la liberté, comme la nourriture, on en découvre mieux les vertus quand on en est privé. Mais cette liberté a été conquise par des combats qu’il serait trop long de rappeler. La liberté religieuse, par exemple, n’existe en France que depuis 1789. C’est à cette date que les Juifs sont devenus des citoyens comme les autres et que l’état civil a remplacé les registres tenus par les curés des paroisses. Donc la situation que vivent aujourd’hui certains pays soumis à la loi islamiste, nous l’avons vécue il n’y a pas si longtemps.

Et la liberté d’opinion et d’expression reste toujours à conquérir, aujourd’hui plus que jamais. Dans le respect de la liberté des autres, mais pas jusqu’au point de ne plus pouvoir dire ce qu’on pense afin de ne pas choquer les croyances des autres.

La liberté d’expression est à préserver, y compris dans une petite commune rurale comme Treffieux. Oui, on a le droit de ne pas penser comme ceux qui dirigent et on a le droit de le dire.

Egalité

Quand j’étais enseignant à la faculté de droit et des sciences politiques de Nantes, pendant plusieurs années j’ai été chargé d’un cours d’histoire des idées politiques en 3e année de licence. Et pour éviter de me disperser, j’avais choisi un thème : « l’histoire de l’égalité ». Depuis les Grecs anciens du Ve siècle avant J.-C. jusqu’à nos jours. Alors je pourrais développer…

L’idée d’égalité est née dans les cercles restreints d’une élite (les Egaux de Sparte, les citoyens d’Athènes, entourés des femmes (exclues), des esclaves et des étrangers (les métèques) exclus aussi, bien entendu.

La genèse de l’idée d’égalité universelle est sans doute un résultat laïcisé du monothéisme – c’est parce que nous étions tous « fils du même Dieu » que nous pouvions devenir « égaux », sinon sur terre, du moins dans l’au-delà.

Mais l’égalité de droit est surtout une notion née de la Révolution française : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » (article 1er de la Déclaration des droits de l’homme). A noter que liberté et égalité sont liées : on ne peut être égal de l’autre que si on est libre vis-à-vis de lui.

A noter aussi que l’égalité des droits n’est pas l’égalité des situations, des revenus, des fortunes. Elle ne se confond pas avec l’égalitarisme, pas plus que la liberté ne se confond avec le libéralisme. On peut même soutenir le contraire. C’est un célèbre prêcheur dominicain du XIXe siècle, Henri Lacordaire, qui l’a énoncé avec le plus de clarté dans ses sermons de Notre-Dame : “Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit.” Pour ce catholique social et libéral, le rôle de la loi est de protéger les faibles. Il faut le rappeler au moment où notre gouvernement actuel qui se dit « de gauche » semble l’oublier.

Fraternité

Le troisième terme de notre devise est plus compliqué à interpréter. Il a aussi une origine religieuse et ça commence mal ! Dans les légendes que nous rapporte la Bible, il est très vite question des frères ennemis : c’est Caïn qui tue Abel. Le méchant et le bon… Les bons et les méchants, c’est encore une manière courante de se représenter le monde… et c’est une manière détestable car elle a souvent conduit aux guerres. La « fraternité de combat » est une réalité, mais faut-il se faire la guerre pour éprouver un fort sentiment de fraternité au sein de son camp, tout en détestant les autres ?

C’est pourquoi je préfère parler de « solidarité » et de « convivialité ». Notre système de protection sociale repose sur une solidarité institutionnelle. Mais si l’on veut un monde vivable, il faut y ajouter une solidarité spontanée. Et la solidarité entre égaux, en particulier ceux qui vivent la même situation de dominés, est celle qui correspond le mieux aux deux autres termes de notre devise.

Quant à la convivialité, un terme plus modeste que fraternité, elle est toujours à notre portée et elle est le sel de notre vie en commun. C’est pourquoi, à Treffieux, nous avons une adjointe à la convivialité.

Dans notre monde multiculturel, une autre valeur est indispensable : la laïcité. La laïcité s’applique d’abord à des institutions publiques comme l’Etat et l’école. C’est le complément indispensable de la liberté et de l’égalité. Par exemple, on est libres de croire ou de ne pas croire, de voter pour qui on veut, et on reste égaux en droits, quelles que soient nos croyances et nos opinions.

René Bourrigaud


Ecrit le 28 septembre 2016

 Extrac

Tailleur, graveur de « pierre bleue », Brieuc Segalen travaille le schiste des carrières de la région de Nozay (44170). Depuis une quinzaine d’années, il continue de développer sa technique tant pour des ouvrages destinés au bâtiment, notamment en restauration, que pour des pièces d’ameublement ou de décoration. Lampes, tables, totems, cheminées, éléments de décoration, Brieuc Segalen fait évoluer son univers, du monde des entrelacs au Graff. ​​

Expo « Extrac » au 25 rue du vieux bourg à NOZAY, dans l’église désacralisée de l’ASPHAN   jusqu’au 20 octobre 2016.