Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-Disances du 27 avril 2016

Mée-Disances du 27 avril 2016

Écrit le 27 avril 2016

 Emprise nocive

Télérama 19/04 - Détruire l’âme en prétendant la soigner : en France, chaque année, près de 2500 victimes de thérapies « déviantes » portent plainte auprès de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). Pour ­cerner ce phénomène, la réalisatrice de l’émission ‘’Emprise mentale’’ s’est concentrée sur trois affaires impliquant des personnalités ayant défrayé la chronique : Benoît Yang Ting, Jacques Masset et Claude Sabbah. Trois gourous, récemment condamnés par la justice après avoir abusé, parfois torturé leurs patients, sous prétexte de les réparer psychiquement,
C’était à la télévision sur France 5 le 19 avril 2016.
Grave : La psychologue américaine Elizabeth Loftus démontre qu’on peut, en trompant le cerveau, créer de toutes pièces des souvenirs d’événements (abus sexuel, maltraitances…), qui n’ont jamais eu lieu. « La mémoire ne fonctionne pas comme un dictaphone, explique-t-elle. Ce n’est pas parce qu’un événement est raconté de manière détaillée, avec beaucoup d’assurance et d’émotion, qu’il s’est réellement produit. »

 Écarts

L’Humanité 14/04 : L’Unicef a publié un rapport sur la situation des enfants dans les pays développés, montrant entres autres que la France est en net recul sur le bien-être et la pauvreté des enfants.

« Nous nous sommes basés sur l’enquête la plus solide, l’enquête PISA, qui est faite tous les trois ans depuis 2000, et évalue les compétences des élèves âgés de 15 ans en mathématiques, en lecture et en sciences » dit Céline Hein.

Entre 2003 et 2012, la performance des élèves, sur l’ensemble des matières étudiées, n’a pas chuté de façon catastrophique. En revanche, l’écart s’est creusé de façon très importante et inquiétante, on peut dire que notre élite scolaire s’en sort toujours bien, mais que ceux d’en bas chutent encore plus. (…). Le problème, c’est que cela ne correspond pas du tout au niveau de revenus de la France. Cela pourrait vouloir dire que ce n’est pas un problème de ressources, mais de distribution de ces ressources aux bons endroits. Trop peu d’efforts ont été faits pour essayer de réduire les inégalités de performances scolaires. Résultat : les élèves en difficultés continuent de dégringoler.
La dernière enquête, en 2012, a mis au jour une très forte anxiété vis-à-vis de l’apprentissage des mathématiques, par exemple, et une inquiétude genrée, plus forte chez les filles que chez les garçons. Plus généralement, on a remarqué que les enfants français, quand ils ne connaissent pas précisément la réponse à une question, se taisent totalement, par peur de l’erreur. Ce qui dit des choses sur notre système scolaire.

 Prof inadapté

Du blog de Fabrice Erre : une année au lycée (18/04). « le passé est immuable » : certes, mais l’historien et le professeur d’histoire ne sont pas des machines à répéter des faits du passé. Leur métier est d’apprendre à en construire l’analyse

Et puis, le passé n’est pas immuable. Il s’agrandit d’une journée par jour. Et à cause de l’effet de loupe quand on le regarde, la grande taille de cette dernière journée ratatine toutes les précédentes. Sans compter les documents qui disparaissent (par destruction, par négligence, par oubli, ou parce qu’on ne les comprend plus), ceux qui apparaissent (par fabrication, par reconnaissance, par retrouvaille, par déchiffrement), et ceux qui changent (par falsification, par réécriture, par réinterprétation). Le passé est en perpétuel bouillonnement, même les dinosaures n’arrêtent pas de devenir toujours plus gros, toujours plus féroces, toujours plus ’’disneys’’.

 Dézingué

L’Express du 19/04 : Dans son livre Ce que je ne pouvais pas dire, Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel, raconte coulisses et anecdotes de ses neuf années passées à la tête de l’instution. Par exemple, « Un ancien membre du Conseil Constitutionnel a pu racheter sa voiture officielle pour un euro symbolique en quittant son poste. Et il a continué à nous envoyer ses contraventions après son départ »

Le Conseil constitutionnel siège dans l’aile Montpensier du Palais-Royal, en plein cœur de Paris, dans le 1er arrondissement. Un jour le Conseil fait des travaux. Et tous les commerçants du quartier se plaignent d’être dans le noir. Explication ? « J’ai découvert que tous les commerçants du quartier étaient branchés sur le secteur électrique du Conseil. Tous étaient alimentés gratuitement par le Conseil depuis 30 ans »

Jean-Louis Debré, dans son livre, dézingué l’ex-président N.Sarkozy : « Il n’a aucun sens de l’État. C’est un chef de clan auquel il est interdit de résister, surtout au nom du droit », écrit-il. « il nous joue l’éternel revenant qui s’accroche. Il devrait prendre acte que pour lui, aujourd’hui, c’est fini ».

Jean-Louis Debré, âgé de 71 ans, a été nommé à la présidence du Conseil supérieur des archives, a annoncé le ministère de la Culture. Fonction bénévole ? Sans doute que non ! Il y a vraiment en France un problème de renouvellement du personnel politique.

 Catapultes à virus

Pourquoi Docteur – 19/04 : On n’arrête pas le progrès : d’après une étude britannique, les nouveaux sèche-mains ultra-rapides utilisés dans les toilettes des restaurants et lieux publics projetteraient 190 fois plus de virus que la serviette en papier, et 20 fois plus que le sèche-main standard. Les nouveaux sèche-mains seraient donc des catapultes à virus. Surtout, 70% des virus expulsés par le sèche-main ultra-rapide le seraient au niveau de la tête d’un enfant. L’étude met enfin en évidence le fait que 15 minutes après que quelqu’un a utilisé un nouveau sèche-main, la concentration dans l’air de virus était 100 fois plus élevée que si elle avait utilisé une serviette en papier. Une étude similaire, publiée dans la revue Journal of Hospital Infection, en 2014, avait déjà apporté la preuve que ces bijoux de technologie étaient bien pires au niveau hygiénique que la bonne vieille serviette en papier. Après un passage aux toilettes, une personne transporte quelques 200 millions de bactéries sur chaque main et peut contaminer en moyenne cinq surfaces ou 14 objets.
Les autorités de santé recommandent donc de se laver les mains pendant 20 secondes avec de l’eau chaude et du savon.

 Pause Pipi

Le Code du Travail contient un très important catalogue de règles à respecter dans les entreprises. Ces règles ont été élaborées au fur et à mesure des déviations à corriger. Et des besoins. À propos de besoins…

tf1.fr du 23/03 : au sein de la société Téléperformance, leader des centres d’appels, située à Blagnac (Toulouse), comptant environ 400 salariés, les appels des clients sont en continu et il est nécessaire d’envoyer un mail pour les interrompre. Un véritable travail à la chaîne. Le logiciel décide si vous avez droit à une pause. Les téléopérateurs se voient forcés de demander l’autorisation écrite pour prendre une pause-pipi. Selon le délégué CFDT : « Il y a un grand risque de non-réponse. Les cadres ne passent que 55 % de leur temps devant l’ordinateur. Alors si vous tombez sur les 45 % et que vous prenez un autre appel qui dure une heure, vous pétez un câble » ou vous souillez votre froc.

Les Echos 19/04 : Depuis le 6 avril, les 3.000 salariés de Sanofi travaillant sur le site de Gentilly (Val-de-Marne) sont équipés d’une puce RFID traçant les moindres mouvements : arrêt en salle de pause, déambulation dans les couloirs, passage au quatrième étage, pause pipi…