Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Politique générale > François Hollande > NUIT DEBOUT à Châteaubriant

NUIT DEBOUT à Châteaubriant

Écrit le 27 avril 2016

Il y avait une bonne centaine de personnes à cette première NUIT DEBOUT à Châteaubriant, le 19 avril. Beaucoup de jeunes n’ayant aucune difficulté à s’asseoir par terre et à se relever. Quelques personnes âgées. Et quasiment personne entre ces deux âges.

Ces personnes sont venues de Châteaubriant, St Aubin des Châteaux, Noyal s/Brutz, Saffré, Soudan, des jeunes femmes, des jeunes hommes, avec ou sans enfants. Un « bâton de parole » ou plutôt « un tournevis de parole » circulait, garantissant à chacun la possibilité de parler.

D’entrée de jeu un participant est intervenu : « Il y a une voiture de gendarmerie, là, stationnée devant un commerce sur la place St Nicolas.Acceptez-vous d’être ainsi surveillés ? Allons-nous leur demander de partir ? ». Réponse unanime : « nous sommes sur une place publique, nous en avons le droit. Ils sont aussi sur cette place publique, ils en ont le droit, cela ne nous gêne pas d’être surveillés ». Un autre participant s’est inquiété : « À Paris la Préfecture de police a félicité les manifestant de Nuit Debout parce que aucune violence ou dégradation sur la Place de la République et à ses abords n’a eu lieu pour les rassemblements de samedi 16 et dimanche 17 avril ». On comprend mal son inquiétude !

Pourquoi ?

Pourquoi sont-elles là, ces personnes ? Les réponses se recoupent :
– pour soutenir une initiative   citoyenne
– pour échanger et partager des idées, des rêves
– pour soutenir, localement, cette initiative   que j’apprécie,
– pour voir, localement, comment ça se passe, sans être obligé d’aller à Blain ou à Rennes,
– parce qu’il faut que le monde change,
– parce que je souhaite rencontrer des gens
– parce que, chez nous, il y a aussi des gens mécontents,
– parce que je n’attends plus rien de personne, sauf de nous-mêmes,
– parce qu’il faut désobéir aux lois injustes,
– pour que vivent les services publics,
– pour la grève générale contre la loi travail,
– pour stopper l‘oligarchie,
– parce que ce sont les riches qui alimentent les conflits et les guerres,
– parce qu’il faut obtenir la suppression des caméras de vidéo-surveillance à Châteaubriant,
– parce qu’il faut dire non aux produits chimiques, [et pas aux produits israéliens ?]
– parce qu’il faut répartir les richesses,
– parce qu’il faut stopper facebook,
– parce que les médias dominants font du ‘’deux poids, deux mesures » et que, nous, nous avons des expériences à partager.
– pour reprendre nos vies en mains,
– pour créer un « Pays de Châteaubriant   libre »,

La soirée a duré plus de deux heures, il a été question de mettre sur pieds une organisation, de créer des commissions de travail. Il a été regretté l’absence, à Châteaubriant, de tout lieu de réunion. En effet, il existe bien des salles municipales mais il faut un délai important pour les obtenir. Il reste alors les cafés, pour ceux qui sont ouverts en soirée. La rue présente un avantage, se faire voir, voir qu’il y a un bon nombre de gens concernés, et que cela se passe dans le calme.

Il reste que des questions se posent :
– pourquoi toujours refaire le monde ? C’est une caractéristique de la jeunesse, et c’est une bonne chose car cela permet le renouvellement des idées et des façons de faire.
– pour autant, il existe de nombreuses associations qui s’occupent déjà de changer le monde (au moins localement), qu’elles soient politiques (partis), mondialistes (Attac), citoyenne (LVC), caritatives (Secours Populaire  ), sportives (ALC et autres), informatiques (Alis ou Fablab), alternatives (La Mée ça gère), etc etc etc. Ce serait bien que des jeunes viennent y donner un coup de main et y prendre des responsabilités.
– à moins qu’une partie de ceux qui dénoncent le mauvais fonctionnement de la société, ne se contentent de rester dans la contestation verbale et généreuse, mais individuelle ou groupusculaire, sans se ‘’salir’’ les mains et donner du temps dans des structures, certes imparfaites, mais agissantes.

Amis lecteurs, si d’autres NUIT DEBOUT se déroulent dans nos campagnes (tous les mardis 20 h à Châteaubriant place de l’église), allez donc y voir et donner votre opinion !

Un article de réflexion.