Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-Disances du 25 mai 2016

Mée-Disances du 25 mai 2016

Écrit le 25 mai 2016

 J’aime bien la gauloiserie

Marianne.fr du 17/05 : On n’arrête plus Christine Boutin. À la suite de la tribune de 17 femmes politiques dénonçant l’impunité du harcèlement sexuel sour le titre « Nous nous tairons plus » parue dans le JDD, la fondatrice du Parti chrétien-démocrate avait exprimé ce dimanche sur Twitter sa « honte » que d’anciennes ministres « laissent entendre que les hommes sont des obsédés ». Elle a récidivé dès le lendemain sur RMC, en introduisant carrément dans le débat le concept qu’on croyait enterré de fille « facile » : « Il y a des femmes avec lesquelles on peut aller plus loin et d’autres avec lesquelles on ne peut pas aller plus loin »… Et l’ancienne ministre d’enchaîner : « Moi personnellement, j’aime bien la gauloiserie. Je trouve que le problème du harcèlement, c’est de savoir quelle est la limite ». […]
 

 Convertie à l’Islam

Le Figaro.fr du 20/05 : Christine Boutin ne sait pas toujours faire preuve d’autodérision. Si elle publiait en février dernier un livre de caricatures pour se moquer d’elle-même, l’article d’un site belge parodique n’a pas eu le même effet. En effet, Nord presse.be affirmait que la présidente du Parti chrétien-démocrate s’était convertie à l’islam suite « à un coup de foudre lors d’une grande cousinade en août 2015 au château de Chantilly ». « Plutôt que divorcer et se remarier, elle aurait préféré se convertir et de fait pouvoir profiter de la polygamie tolérée », ironisait le site internet qui illustre ses (fausses) déclarations par une vidéo de 2013 dans laquelle Christine Boutin était invitée à s’expliquer sur LCP quant à son (vrai) mariage avec son cousin germain.
 
Christine Boutin a réagi avec véhémence : « Je n’ai bien entendu jamais tenu ces propos. Dépôt plainte. Atteinte à mon honneur. Demande de suppression de l’article. Il ne s’agit pas d’humour ! ». On est loin de la légèreté de l’ex-élue qui affirmait il y a quelques mois que « rire de ses propres caricatures n’est pas chose courante. Qu’à cela ne tienne ! Moi, j’ai envie de me marrer ». Elle admettait alors un « prix à payer, lorsqu’on s’engage en politique avec des convictions fortes ».

 Polluants chimiques

leMonde.fr du 21/05 : La Commission européenne bloque depuis 2013 la réglementation des perturbateurs endocriniens, ces dangereux polluants omniprésents dans notre environnement quotidien. Plusieurs pays européens – dont la France –, avec l’appui du Parlement et du Conseil européen, ont saisi la Cour de justice de l’Union européenne, une procédure rarissime. La juridiction a estimé en 2015 que la Commission avait bien « violé le droit de l’Union », dont elle est censée être le garant.
 
Les géants de l’agrochimie ont en fait réussi à immobiliser la Commission, avec une « étude d’impact » confidentielle, qui évalue pour eux les conséquences économiques d’une réglementation de ces polluants. Ségolène Royal, la ministre de l’environnement, exige dans un entretien au Monde la communication de ce document et s’inquiète du poids des lobbys dans des décisions confidentielles qui touchent à la santé publique.

 Écarts de comptage

Slate.fr du 18/05 : Ce 18 mai 2016 le ratio entre le nombre de manifestants comptabilisés par les organisateurs et ceux dénombrés par la police a atteint 7. Si le mouvement n’a pas rencontré un énorme succès, en termes d’écart de comptage c’est du jamais vu. Les policiers à l’appel de leur syndicat Alliance Police Nationale ont défilé ce 18 mai à Paris pour dénoncer la « haine antiflic » qu’ils subissent ces derniers temps en marge du mouvement « Nuit Debout » et des manifestations contre la loi travail. Les organisateurs ont dénombré 7.000 participants quand la police n’a compté que 1.000 mécontents. Une estimation qui dépasse largement la traditionnelle asymétrie constatée à chaque descente dans les rues.
 
En règle générale, le ratio se situe autour de 2 mais peut connaître des pics bien plus élevés comme ce fut le cas pendant les défilés de la « Manif pour tous » en 2013-2014. 
 
L’écart s’explique d’abord par une différence de méthode dans le décompte. Contrairement aux policiers, les syndicats prennent en compte les personnes qui défilent sur les trottoirs. Derrière tout cela il y a surtout un enjeu politique évident, chaque camp se réservant une petite marge de manœuvre pour montrer qu’un mouvement faiblit ou prend de l’ampleur. Ce que reconnaissait Nicolas Comte, policier et représentant du syndicat Unité police SGP-FO : « Le chiffre qui est compté sur le terrain par les policiers n’est pas toujours celui communiqué ». Un phénomène qui s’amplifie quand un mouvement s’étend sur plusieurs semaines voire plusieurs mois.

 Eurovision

Marianne.net du 16/05 : Ce samedi 12 mai, le concours de l’Eurovision a vu le sacre de l’Ukraine, au nez et à la barbe de la Russie pourtant grande favorite. C’est une chanson engagée sur la déportation des Tatars de Crimée par l’URSS qui a été couronnée. […] « Pour moi cela signifie que l’histoire des Tatars de Crimée a été entendue, que l’histoire de l’Ukraine a été entendue, que la douleur a été entendue. » […] Ces mots sont signés de Jamala, chanteuse ukrainienne de 32 ans, qui participait au concours de l’Eurovision. Avec sa chanson 1944, un hommage aux Tatars de Crimée (dont sa propre grand-mère) déportés par Staline cette année-là, elle remporte la compétition devant… l’Australie et la Russie, pourtant grande favorite. Scandale à Moscou, où l’on dénonce une victoire « politique », appelant au boycott pour l’année prochaine.
 
« Ce n’est pas la chanteuse ukrainienne Jamala et sa chanson 1944 qui ont remporté l’Eurovision 2016, c’est la politique qui a battu l’art », a ainsi déploré le sénateur russe, Frantz Klintsevitch, à l’origine de l’idée du boycott. Il faut dire que le champion national Sergueï Lazarev avait la faveur des pronostics avant le début de la compétition. D’ailleurs, il est celui qui a recueilli le plus de voix du public. Insuffisant toutefois pour rattraper l’écart avec l’Ukraine qui a été le deuxième pays le plus plébiscité par les jurys nationaux, dont ceux de l’ex-URSS comme l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Lettonie, la Lituanie et la Moldavie. D’où cette impression de « bataille politique » que des Russes peuvent ressentir. […]
 
Grâce à la victoire de Jamala, l’Ukraine accueillera l’Eurovision l’année prochaine. En guise de remerciement, la chanteuse a dit : « Merci l’Europe – Bienvenue en Ukraine ! »

Reste à savoir si la Russie acceptera l’invitation.

 Perquisition

20minutes.fr du 17/05 : Lors d’une perquisition au siège du Front national le 17 février à Nanterre réalisée dans le cadre de l’enquête sur les assistants parlementaires européens, Marine Le Pen aurait trouvé une drôle d’astuce pour tenter de dissimuler des éléments aux enquêteurs sur place. La patronne du FN   aurait planqué son téléphone portable… dans son soutien-gorge.

Marine Le Pen aurait commencé à filmer avec son téléphone portable l’opération menée par des magistrats du parquet de Paris et par des policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

L’un d’eux aurait demandé à plusieurs reprises à la présidente du FN   de cesser de filmer. Marine Le Pen aurait alors rangé son portable dans ses sous-vêtements, incitant les enquêteurs, sur un ton provocateur, à venir le chercher. D’après les informations recueillies par le magazine, personne ne s’y serait risqué…

Dans ce dossier, les enquêteurs soupçonnent le Front national d’avoir versé des salaires à 20 assistants d’élus frontistes au Parlement de Strasbourg, dont les noms figuraient aussi dans l’organigramme du FN  . La justice leur reproche d’avoir principalement travaillé pour le parti d’extrême droite. Une pratique totalement illégale.