Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Nozay, hôpital bien restructuré

Nozay, hôpital bien restructuré

Ecrit le 01 juin 2016

 Soins de suite à Nozay

L’hôpital de Nozay a été créé en 1923, à l’époque c’est un hôpital rural dispensant des soins de médecine, chirurgie, maternité et une activité dite à l’époque « Hospice ». La maternité a été fermée dans les années 1970, une aile a été ajoutée pour accueillir des patients de médecine. Dans la propriété la Chesnaie dite le « château », une maison de retraite a ouvert en 1996, avec une capacité de 71 lits. Elle est composée de deux parties : une partie nouvellement construite à l’arrière du château pour la partie hébergement, une autre partie dans les anciens locaux restructurés du château où sont organisés les locaux communs.

Un bâtiment destiné à accueillir les patients de long séjour a ouvert en 1980. Un bâtiment neuf, réalisé en 2009, et d’une capacité de 36 lits permet d’accueillir des résidents désorientés, atteints de la maladie d’Alzheimer   ou apparentées.

Le secteur personnes âgées étant restructuré, il convenait d’améliorer le confort des patients de la partie sanitaire du site après démolition de l’ancien hospice. Le nouveau bâtiment, qui a été inauguré le 23 mai comporte :

  • - Un rez de chaussée bas où se trouvent le CAPS, la pharmacie, les services techniques ainsi que les zones logistiques,
  • - Un rez de chaussée où sont localisés l’accueil, des bureaux, des locaux communs et une unité de 15 patients,
  • - 1er étage avec une unité sécurisée de 15 patients, des bureaux, des locaux communs, la salle d’ergothérapie et la salle de rééducation.

Le montant des travaux s’élève à 4,3 millions par auto financement.

Le site comprend donc aujourd’hui : une activité de soins de suite et de réadaptation de 30 lits, un EHPAD de 105 lits (103 permanents et 2 temporaires).

Le service des soins de suite et de réadaptation représente un secteur stratégique de l’offre de soins en raison de sa position entre les soins de courte durée et le retour à domicile ou parfois l’hébergement en secteur médico-social. Il répond aux besoins de rééducation, de réadaptation, de réinsertion suite à une pathologie aiguë, à une maladie chronique, une maladie invalidante dans un contexte de vieillissement de la population… Cette offre est d’autant plus sollicitée que les durées moyennes de séjour en médecine, chirurgie, diminuent.

Pour accompagner les patients, diverses compétences sont mobilisées : médecin gériatre, infirmier, aide-soignant, kinésithérapeute, ergothérapeute, diététicien, assistante sociale et psychologue ainsi que des agents de service.

La responsable médicale de cette unité est le Mme le Dr Monique Le Blevec, médecin gériatre, assistée de Mme le Dr Stéphanie Maillet, médecin gériatre.

Les patients proviennent pour moitié d’entre eux du centre hospitalier de Châteaubriant et de la clinique Ste Marie et l’autre moitié provient des établissements nantais publics et privés. Certains patients peuvent également venir directement de leur domicile, sur prescription du médecin traitant.

Photo : Inauguration du SSR de Nozay

 L’activité pour 30 lits :

  • - Nombre de journées : 10 765
  • - Durée moyenne de séjour : 33 jours
  • - Taux d’occupation : 98,31 %
    Le CAPS de Nozay (Centre d’Accueil et Permanence des Soins de la médecine libérale) est ouvert le soir jusqu’à minuit et le week-end.

Le centre hospitalier Châteaubriant-Nozay-Pouancé a en projet une unité de 10 lits cognitivo-comportementale, une autorisation équipement IRM et Unité de Soins Continus.
Par ailleurs, il est mis en place sur les sites de Nozay et de Pouancé, des consultations avancées de spécialités médicales ouvertes au public. Ainsi, à Nozay : pneumo, addicto, gastro, pédiatrie, consultations gériatriques et mémoire.


Ecrit le 15 juin 2016

 
CFDT-Centre Hospitalier

La CFDT

La CFDT du Centre Hospitalier de Châteaubriant-Nozay-Pouancé communique :

On peut se féliciter des travaux réalisés sur le site de Nozay. Ils vont certes améliorer le confort d’hospitalisation des patients. Mais des travaux ne sont pas une fin en soi, derrière cela il est indispensable que les moyens en personnel répondent à une prise en charge complète et de qualité. Nous faisons le constat que ces conditions ne sont pas réunies !!

C’est pour cela que la CFDT ne s’est pas rendue à l’inauguration des nouveaux bâtiments, d’ailleurs très peu d’agents avaient fait le déplacement.

A de multiples reprises la CFDT n’a pas manqué d’alerter les différents acteurs du financement de notre établissement : le conseil de surveillance, le conseil départemental et l’ARS   (Agence Régionale de Santé). Les beaux discours et les belles intentions ne suffisent pas, nous voulons des actes !!

Le sentiment qui prévaut à ce jour c’est le manque de considération, un seul objectif prédomine : faire des économies et la principale marge d’ajustement c’est le personnel. Nous vivons une cure d’austérité qui n’a pas d’équivalent.

Les personnels sont toujours très investis dans l’accueil et la prise en charge de qualité et cela quelle que soit l’origine sociale des patients, c’est aussi cela le service public !! Qu’en sera-t-il demain ?

L’avenir de notre établissement n’est pas du seul ressort de ses professionnels et ses représentants, il passe aussi par ses usagers ou usagers potentiels et leur implication est nécessaire pour préserver notre système de santé ici comme ailleurs.

La CFDT a toujours été soucieuse de l’autonomie de notre établissement mais notre crainte est que cela soit remis en cause avec la création des GHT (groupement hospitalier de territoire) dès juillet.

Ce GHT regroupe l’ensemble des établissements publics du département autour d’un projet médical commun avec pour établissement référent le CHU de Nantes.

Notre crainte à terme c’est d’être une antenne du CHU.

Aujourd’hui l’hôpital de Châteaubriant, Nozay, Pouancé a enregistré des déficits sur la plupart de ses activités, que ce soit sur le secteur hospitalisation ou le secteur long séjour, EHPAD (personnes âgées) et cela malgré une activité soutenue. Ce déficit se traduit sur le terrain et de façon concrète par des restrictions sur les dépenses de personnel. Un plan d’économie avec des suppressions de postes est en œuvre depuis plus d’un an, nous constatons qu’il va bien au delà de ce qui nous avait été présenté : non remplacement de départs, remplacements différés d’arrêt de travail, rappel des agents sur leurs jours de repos (we), précarité d’une partie des contractuels avec une multiplication des contrats et peu de perspectives d’être titularisé à moyen terme.

Proposition de la Direction de quatre titularisations pour l’année 2016 sur 170 contractuels et un effectif global de 970 agents pour les trois sites.

De façon récurrente les agents sont rappelés sur leurs jours de repos pour des remplacements de dernière minute, il n’est pas rare qu’un agent fasse trois voire quatre WE consécutifs.

Sur l’EHPAD de la MAPA : suppression d’un poste d’aide-soignant de nuit, redéploiement de plusieurs postes infirmiers, plus d’éducateur sportif ni d’aide kiné pour la marche et le poste de coiffeuse supprimé il y a quelques mois. Pour autant les résidents sont toujours là et les charges de travail se reportent en partie sur les autres agents en place.

L’établissement avait en 2002 fait l’acquisition de l’ancienne clinique St Marie pour la « modique » somme de 1,8 millon € , aujourd’hui ce bien est proposé à 300 000€.
Bel exemple de l’utilisation des deniers public mais dans le même temps on nous impose des restrictions qui n’ont pas d’équivalent. La CFDT s’était prononcée contre ce rachat.
(fin de communiqué)