Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > Notre-Dame-des-Landes, les raisons de voter NON

Notre-Dame-des-Landes, les raisons de voter NON

Ecrit le 15 juin 2016

 Réunion des opposants

Une réunion publique des opposants à la construction d’un aéroport à Notre Dame des Landes s’est tenue le 30 mai 2016. Environ 200 personnes étaient présentes à cette soirée. Il y a eu beaucoup d’échanges avec les invités, beaucoup d’écoute, le climat était plutôt cordial et complice. Les invités appelant à défendre le projet étaient absents (Y. Daniel, A.Hunault, B.Laverne, J.Esnault). Seul, D.Elin, Président de l’ADIC, était présent. Il est intervenu quand il l’a voulu et a été écouté. Les personnes qu’il avait sollicitées pour venir (entre 5 et 10) n’ont pas du tout participé. Les personnes ressources de la coordination des opposants sont toutes intervenues dans leur domaine de compétence et comme dit un participant, « plus on se penche sur ce projet plus on se dit qu’il ne peut pas se faire ! ».

 Réunion des partisans

Les chaises sont vertes : Triste réunion le 9 juin 2016 à la Halle de Béré  , à l’appel de A.Hunault et de la municipalité. Les pro-aéroports laissent entendre sur Twitter que cette réunion a fait le plein … alors que beaucoup de chaises étaient vides. Pour appuyer leurs dires, ils publient une photo ... d’une autre réunion Eh oui, sur cette photo les chaises sont beiges alors qu’à Châteaubriant elles sont vertes !
A un moment il a été dit que le transfert à Notre-Dame des Landes permettrait d’accueillir davantage d’habitants à Nantes. Remous dans la salle. Du coup il a été proposé que cette population vienne à Châteaubriant. Eh oui, le rebond de Châteaubriant ne dépendra pas de l’aéroport nantais, mais bien d’une ambition partagée par ses habitants qu’ils soient natifs ou nouveaux arrivants

Le collectif castelbriantais des opposants au projet de l’aéroport de Notre Dame des Landes communique : « Ce jeudi 9 juin, la municipalité organisait une réunion publique sur le transfert de l’aéroport à Notre Dame des Landes. Annoncé comme une réunion d’information, cet événement fut en réalité une soirée de propagande en faveur du OUI. Le maire avait invité M. TRILLARD, sénateur- maire Les Républicains, M.MUSTIERE, président des « Ailes pour l’Ouest » et M. BESSIN, directeur du syndicat mixte aéroportuaire, tous partisans du transfert. En revanche, notre demande d’un espace d’expression pour les représentants des opposants était restée lettre morte. Face à cette tribune, qui a longuement exposé ses arguments en faveur du OUI, le temps limité laissé au débat ne nous a pas permis de développer notre position.
Pour l’organisation de cette soirée, la Municipalité a utilisé les moyens de la Ville (la salle et les supports de communication), alors que les collectivités ne sont pas autorisées à faire campagne pour défendre leur point de vue. Comme l’a souligné une personne du public, « cette parodie de démocratie » est à l’image du flou qui entoure ce projet depuis des années. »

 UDB, contre

Autre Communiqué : « A l’approche de la consultation prévue par le gouvernement, l’UDB (Union Démocratique Bretonne) a souhaité sortir de la neutralité et prendre position. Le parti autonomiste a donc interrogé ses adhérents sur la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Suite à cette consultation, les militants ont majoritairement choisi de prendre position contre le projet actuel »
L’UDB propose d’autres pistes pour améliorer la desserte aérienne de la Bretagne et explique de manière détaillée sa position sur son site internet (https://frama.link/UDB-NDDL). Plutôt qu’un aéroport supplémentaire, l’UDB propose de mieux utiliser l’existant, notamment en encourageant le développement de l’aéroport de Brest-Guipavas et le réaménagement de celui de Nantes-Atlantique.

 Communistes, pour

Samedi 28 mai, les communistes de Loire-Atlantique, réunis en congrès départemental, ont décidé à une écrasante majorité (92 % des voix) de s’engager « avec conviction et détermination » dans la campagne pour le « oui » au référendum du 26 Juin.

 Châteauroux

Rappelons qu’il y a une possibilité intéressante : Châteauroux

 Dossier officiel

Le dossier officiel de la consultation est ici  un point d’accès Internet est à la disposition du public en Mairie de Châteaubriant

Télécharger le document : Dossier Officiel Notre-Dame des Landes , format pdf de 1.6 Méga octets

Ce document de synthèse présente notamment les 6 principaux arguments des acteurs favorables au projet et les 6 principaux arguments des opposants au projet , tels qu’ils sont apparus lors des auditions. De plus, il comporte des liens vers 12 sites favorables au projet et vers 12 sites opposés au projet.

« La CNDP garantit l’indépendance de l’information délivrée aux citoyens. Afin de préparer un document d’information le plus exhaustif possible, nous sommes allés à la rencontre des différentes parties prenantes pour entendre tous les arguments, qu’ils soient favorables ou défavorables au projet. » explique Christian LEYRIT, Président de la CNDP.

A propos de la CNDP :

Créée en 1995 par la loi Barnier, autorité indépendante depuis 2002, la Commission nationale du débat public veille au respect de la participation du public à l’élaboration des projets d’aménagement ou d’équipement qui ont un impact sur l’environnement et qui présentent de forts enjeux socioéconomiques.

La CNDP est une instance collégiale de 25 membres (parlementaires, élus locaux, membres du Conseil d’Etat, de la Cour de Cassation, de la Cour des Comptes, des tribunaux administratifs, représentants des associations, du patronat, des syndicats…). La diversité de ses membres est une garantie d’indépendance et de neutralité. La CNDP porte les valeurs du débat public : transparence, rigueur, impartialité et loyauté de la procédure, afin de contribuer à légitimer les décisions.


Ecrit le 22 juin 2016

 Deux recours

Comme l’ensemble du mouvement anti-aéroport, la consultation du 26 juin apparaît à attac44 comme profondément biaisée : sur la formulation de la question, sur le périmètre du vote, sur la mise à disposition de documents sincères... Censée légitimer le projet, cette « consultation », pourtant sans aucune valeur juridique, court-circuiterait toutes les procédures en cours... Elle a nécessité la promulgation d’une ordonnance et d’un décret d’application spécifiques, s’appliquant aux grands projets inutiles et imposés d’une part, et au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes d’autre part…

Dès le 9 avril, le Conseil d’administration de Attac France a reconnu pleinement que le choix du positionnement face au vote du 26 juin appartenait aux acteurs locaux de la lutte.

L’ACIPA, puis Attac44 avec l’ensemble de la Coordination des opposants ont donc décidé d’utiliser l’espace médiatique créé par la consultation pour redire toutes leurs raisons d’opposition au projet, et appeler à voter NON, en impliquant dans la campagne toutes leurs forces militantes disponibles.

Par ailleurs, face au déni de démocratie que représente l’ordonnance ’sur mesure’ promulguée pour permettre le vote (elle valide une consultation partielle pour des questions d’intérêt général, et ce à tout moment des procédures), Attac France, avec la Confédération Paysanne et à l’Union Syndicale Solidaires ont déposé conjointement un recours (et un référé) devant le Conseil d’État contre l’ordonnance (niveau national).
Dans le même temps, Attac44 quant à elle attaque le décret d’application (niveau local) en référé et sur le fond avec l’Acipa et le CeDpa, et des paysans concernés.

« Tant sur le fond que sur la forme, selon nos statuts associatifs, nous sommes pleinement fondés à contester les improvisations législatives faites pour réaliser des projets aussi mensongers sur leurs supposés bienfaits que destructeurs d’emplois agricoles, de terres nourricières, de nos territoires et du climat de notre planète » dit un communiqué.

(les recours ont été rejetés par le Conseil d’Etat)

 Dire NON

Si le référendum a bien lieu le 26 juin, voici plein de raisons de dire non :

  • Parce que le projet de Notre-Dame-des-Landes, vieux de plus de 50 ans, ne répond plus aux besoins de nos territoires ;
  • Parce que ce transfert détruirait plus de 900 ha de terres et près de 200 emplois agricoles ;
  • Parce que le simple transfert entre le sud et le nord Loire ne peut créer, comme annoncé par les promoteurs du projet, 3000 emplois durables, mais accentuera surtout le déséquilibre économique de l’agglomération nantaise ;
  • Parce que le site de Notre-Dame-des-Landes se situe entièrement sur des zones humides, riches en biodiversité et protégées par plusieurs conventions internationales ;
  • Parce que la disparition des terres agricoles ne nous permettra pas demain de nourrir nos enfants. Avec 20 millions d’ha urbanisés par an dans le monde, on aura consommé dans 100 ans l’équivalent des terres arables du globe (source FAO) ;
  • Parce que l’Union Européenne a engagé un contentieux contre la France concernant le respect des aspects environnementaux du dossier ;
  • Parce que l’aéroport Nantes Atlantique actuel n’est pas saturé et qu’il peut être optimisé et modernisé rapidement (hall et parkings) comme l’a reconnu le ministère de l’écologie ;
  • Parce que Nantes Atlantique est classé dans la catégorie A en matière de sécurité, sans aucun restriction, et que le survol de Nantes se fait avec les mêmes garanties de sécurité qu’à Toulouse, Marseille, Paris, Londres, Bruxelles… ;
  • Parce que conserver Nantes Atlantique générera 4 fois moins d’émissions de gaz à effet de serre et que le moderniser coûterait au moins 8 fois moins cher que de construire un nouvel aéroport à NDDL (source : Atelier citoyen) ;
  • Parce que les zones impactées par le bruit aérien diminuent, à Nantes comme ailleurs, grâce aux nouveaux appareils moins bruyants et à de nouvelles trajectoires ;
  • Parce que nous voulons que l’argent public soit utilisé pour l’intérêt général et que chaque euro dépensé doit être un euro utile ;
  • Parce que l’impératif de la préservation de notre planète s’impose à toutes et tous ;
  • Parce que cette consultation n’a rien de démocratique dans la lignée de toutes les autres étapes de ce dossier NDDL ;
  • Parce que, même en dehors de Loire Atlantique, nous nous sentons toutes et tous concernés par ce sujet ;

Lire le livre de Fr. Verchère : un mensonge d’État 

Fiches thématiques : les raisons de voter non

 On n’arrête pas le progrès

Voyez-vous comme cela progresse ! A cause de la consultation sur l’aéroport de Notre-Dame des Landes, on apprend qu’un point d’accès internet est à la disposition des habitants en mairie de Châteaubriant (et peut-être dans d’autres mairies ?). Ainsi, enfin, les habitants qui n’ont pas internet chez eux, auront la possibilité de l’atteindre. Ce qu’ils n’avaient pas avant ! Ce qu’ils n’auront sans doute pas après !

 Vidéo

Et une chouette vidéo

Notre-Dame des Landes : coûteux

Notre-Dame des Landes : l’environnement

Notre-Dame des Landes : l’emploi

Notre-Dame des Landes : les nuisances sonores

Notre-Dame des Landes : la sécurité

Article du Monde

Respecter le résultat du vote


NOTES:
  • ATTAC : association pour une taxation des transactions financières pour l’action citoyenne
  • ACIPA : Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport
  • CeDPA : Collectif d’élus Doutant de la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes