Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Transports, routes, SNCF > Notre-Dame-des-Landes > NDDL, à quoi bon voter ?

NDDL, à quoi bon voter ?

Ecrit le 06 juillet 2016

 A quoi bon voter ?

Démocratie : Régime politique dans lequel l’ensemble du peuple dispose du pouvoir souverain.

Le référendum a eu lieu sur : « oui ou non à un aéroport à Notre-Dame des Landes » et pour ceux qui sont concernés !! Une position majoritaire s’est dégagée. Pouvoir par le peuple ? Oui mais qui est le peuple ?

  • Les anti-aéroport ? S’ils ne veulent pas tenir compte d’une expression majoritaire, ces anti sont de fait anti-démocratie.
  • Les pro-aéroport ? majoritaires, qui réclament leur légitimité ?

Nous allons mal en France, notre « vivre ensemble » n’existe plus : la loi du plus fort par la violence qui s’accompagne toujours à terme de la loi du Talion doit-elle l’emporter ? Quand une partie du peuple et les élus-anti-aéroport ne veulent pas reconnaître qu’ils sont minoritaires que peut-il se passer ? Curieusement Mme Duflot anti-aéroport condamne vivement le non respect du résultat des référendums en Grèce et en France en 2005 et aujourd’hui elle n’accepte pas le résultat du oui pour l’aéroport à Notre-Dame des Landes. C’est du délire !!

Pour ce scrutin il y a eu plus de participants qu’aux élections départementales et européennes en Loire-Atlantique. Le résultat de ces élections et le bien fondé de la représentation qui en a découlé ont-ils été contestés ? Pendant des années, nous avons eu le pilonnage médiatique ne permettant que l’expression des anti-aéroport. Nous n’avons véritablement entendu les pro-aéroport que depuis l’annonce du référendum, et pourtant le résultat est oui à l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Mais dans les médias certains essaient de nous persuader que cela ne sert à rien de voter et ouvrent, ainsi, la voie au totalitarisme, au fascisme ou à la loi du plus fort qui s’imposerait par la violence et les vengeances.
Ne plus respecter les lois et les votes majoritaires c’est s’engager dans une dérive fascisante.

Signé : Michèle Hersant


Ecrit le 6 juillet 2016

 UDB Respecter le choix

L’UDB (Union Démocratique Bretonne) qui avait pris position contre la construction de l’aéroport après un large débat interne, prend acte de ce vote. Le peuple s’est exprimé, et sa voix doit être respectée, car malgré toutes les critiques qu’on peut formuler sur la campagne et le périmètre de la consultation, le résultat est net et sans ambiguïté. L’UDB se mobilisera pour que Notre-Dame des Landes ne soit pas qu’un aéroport supplémentaire. Une refonte de l’aéroportuaire breton reste nécessaire. Trop d’aéroports, peu fréquentés et maintenus par des subventions en vie artificielle, ne proposent pratiquement que des trajets vers Paris, pourtant déjà accessible en TGV. « Il reste nécessaire d’orienter les investissements vers les aéroports qui peuvent développer des destinations diversifiées, notamment en raccordant Brest-Guipavas au rail et en assurant des voies d’accès efficaces à l’aéroport de Notre-Dame des Landes ».

Fr. de Rugy : reconnaître

F.de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique, commente, dans le Nouvel Observateur : « Il faut avoir le courage de reconnaître ce résultat : une majorité s’est prononcée. J’avais prôné un référendum, je ne le regrette pas. Je note que le projet continue à cliver et diviser. Et que le « non » engrange beaucoup plus de voix que les résultats obtenus jusqu’ici par les listes écolos dans le département. C’est la preuve que les opposants au projet allaient bien au-delà... Près de 45% de non, c’est du jamais-vu ! » - « mais le message écolo sur un projet comme celui-là n’est pas majoritaire, c’est un fait. On ne peut pas s’abstraire de la démocratie, il faut convaincre, chercher comment le faire, avec quelles coalitions ».


Ecrit le 6 juillet 2016

Questions de la FNAUT

Pour la FNAUT (Fédération des Usagers des Transports), « Au moment où une nouvelle LGV va rapprocher le Grand Ouest de Roissy et Orly, les milieux économiques doivent expliquer comment des liaisons aériennes fréquentes avec les métropoles des USA, de Chine,… pourront être créées à Notre-Dame-des-Landes, dont la zone de chalandise sera presque deux fois moins peuplée que celle de Lyon-Satolas, qui propose très peu de vols long-courriers ».
 
« Quant aux élus locaux et régionaux, ils doivent expliquer comment ils pourront contribuer au financement du nouvel aéroport et de ses coûteux accès routiers, alors que les difficultés budgétaires freinent le développement indispensable des transports collectifs urbains, régionaux et inter-régionaux ».

Désobéissance

Alors accepter, ou non, le résultat de la « consultation » du 26 juin 2016. La question se pose quand on voit de « grands » dirigeants appeler à la « désobéissance civile »
comme le fait Pierre Gattaz, patron du Medef, au sujet de la loi sur la pénibilité. Une loi c’est plus fort qu’une consultation.


Ecrit le 6 juillet 2016

 Deux ponts

Il reste à savoir maintenant comment va évoluer ce dossier d’aéroport. Sûrement que ce dernier devrait être implanté ailleurs qu’à Notre-Dame des Landes. Sa place est tout indiquée dans la région de Châteaubriant. En tout cas, dès demain les divergences vont apparaître chez nos élus régionaux et départementaux.

On sait en effet que, dans sa campagne électorale, Bruno Retailleau a promis de construire un nouveau pont sur la Loire, idée que conteste Philippe Grosvalet Président du Conseil Départemental. Il va sans doute contester bien davantage car, dès le 27 juin, Bruno Retailleau estimait que « la construction du futur aéroport [nécessite] une desserte efficace qui permette à tous les territoires d’être reliés à Notre Dame des Landes. Cela passe par la mise en place de navettes régulières mais aussi par la construction de deux nouveaux franchissements de la Loire, afin que le fleuve ne soit pas une barrière infranchissable pour les échanges économiques entre le nord et le sud du grand ouest ». Une dizaine d’années d’études et de travaux, un coût considérable à prévoir. Et la desserte de l’aéroport par le tram-train n’est pas encore décidée !

 LNOBPL

Gérard Lahellec, vice-président aux transports de la région Bretagne, non invité à la consultation mais manifestement concerné malgré tout, y va ensuite de son couplet en déclarant qu’il est désormais indispensable de mettre en œuvre le projet ferroviaire LNOBPL (« Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne-Pays de Loire ») dont une part importante sera consacrée à la liaison rail Rennes/Nantes. Coût 3 à 6 milliards d’euros, mise en service en 2030. Quand on aime on ne compte pas… Malgré tout le contribuable, lui, sait compter.


Ecrit le 6 juillet 2016

 Plus t’es loin, plus t’es pour

Carte du vote OUI

En gros, il y a quatre zones :
1) la zone de l’actuel et du futur aéroport qui sont contre le transfert (en rouge sur la carte)
2) des communes en sud-loire qui sont contre aussi, sans doute pour des questions d’emploi et de difficultés de circulation vers le nord (traversée de la Loire)
3) des communes plus éloignées, qui sont modérément pour le transfert. Nantes par exemple n’a voté oui qu’avec 100 voix d’écart, malgré tout ce qui a été dit sur le bruit et le danger des avions
4) le nord de la Loire-Atlantique (globalement le Pays de Châteaubriant  ) qui est fortement pour ce transfert. C’est une forme d’appel à l’aide pour un ensemble de communes souffrant du manque d’emplois et de l’isolement. On leur a promis avions et merveilles et ils y croient ! Gare à la déception en particulier dans le nord-castelbriantais et l’est-castelbriantais qui, en plus du reste, souffrent du manque de transports routiers et ferroviaires.