Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Domino, il est encore possible de jouer

Domino, il est encore possible de jouer

Ecrit le 13 juillet 2016

 Voulez-vous jouer ?

Le Conseil de Développement du Pays de Châteaubriant   s’est engagé depuis septembre 2015 dans la recherche « Domino » sur les pratiques collaboratives. De nombreuses réunions ont eu lieu à Châteaubriant (souvent avec des responsables d’associations) mais aussi des mises en commun avec les territoires engagés dans la même démarche : Morlaix, Redon et Rennes-Métropole, des universités (Rennes, Brest), et Telecom Bretagne, coordonnés par l’association Collporterre.

Le recensement effectué, par l’association Collporterre montre qu’il y a, dans le Pays de Châteaubriant   :

  • - 150 chambres de particuliers sur AirBnB,
  • - 25 voitures partagées sur Drivy et Ouicar
  • - 30 CUMA (coopératives d’utilisation du matériel agricole),
  • - 1 atelier de découpe de viande mutualisé
  • - 1 studio d’enregistrement mutualisé,
  • - 2 groupements d’employeurs,
  • - 3 groupements de producteurs en circuits de proximité,
  • - une vingtaine de collectifs, associatifs ou informels, de partage de connaissances.
  • - et plus de 6000 annonces locales sur LeBonCoin.

Les deux tiers de ces initiatives sont nées après 2000. Elles s’implantent sur l’ensemble du territoire, petites comme grandes communes.

Nolwenn Diler, animatrice du Conseil de Développement a été amenée à témoigner devant le forum qui s’est tenu à Brest début juillet. Elle a déclaré :

« On aurait pu penser de prime abord, que ces pratiques ne se développent qu’en ville, car à la campagne « On se connaît », « la solidarité a toujours existé »… mais le territoire a beaucoup évolué ces 15 dernières années, accueillant des nouveaux habitants, en nombre bien sûr le long de l’axe Nantes/Rennes mais globalement sur l’ensemble du territoire (+16%). Les mouvements de populations ne sont pas moins nombreux qu’ailleurs et les problématiques de décohabitation ou de changements professionnels bien réels.

Alors, les pratiques collaboratives ne cessent de se développer, ont toute leur place et prennent aussi tout leur sens. C’est ce que nous a révélé notre participation au programme de recherche-action DOMINO, porté par l’association COLLPORTERRE, financé par l’ADEME et labellisé par le Ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer.

Susciter, encourager, accompagner ces pratiques est sans aucun doute le défi à relever pour apporter des solutions innovantes à des besoins identifiés et réinventer la convivialité rurale, non pas pour imiter la ville mais pour que « la campagne, soit fière d’être la campagne ».

Dans le cadre du programme DOMINO, les étapes se sont franchies pas à pas, mobilisant dès le départ autour du Conseil de Développement, des « citoyens sensibilisés », allant de convaincus pratiquants (plutôt quarantenaires) à des plus âgés, parfois sceptiques mais curieux et motivés. En mai et juin 2016, deux ateliers participatifs ont été organisés afin de partager une analyse commune des pratiques durables pour le territoire et d’envisager des leviers d’action ».

Nolwenn

Le dernier atelier a eu lieu le 28 juin 2016 avec une première partie de réflexion sur six critères d’évaluation d’une pratique collaborative. Ces critères ne sont pas venus d’en haut, mais ont été définis localement dans les réunions précédentes, adaptés au territoire. Le territoire de Châteaubriant par exemple a mis en avant le développement économique, aspect auquel les autres territoires n’ont pas pensé.

Chaque critère a été analysé sous cinq aspects. Par exemple, pour chaque projet étudié :

  • - apporte-t-il une ressource complémentaire pour l’usager ?
  • - s’appuie-t-il sur des ressources locales pour fonctionner ?
  • - Crée-t-il des emplois nouveaux ?
  • - Crée-t-il une activité économique mettant en valeur les ressources locales ?
  • - favorise-t-il le rayonnement et l’attractivité du territoire ?

La problématique de la mobilité est apparue comme un des leviers pertinents pour le territoire de Châteaubriant. Comment à travers des pratiques collaboratives, répondre à des besoins de déplacements, qui ne seront jamais couverts par les Collectivités (densité démographique trop faible, besoins spécifiques ou ponctuels…) ? Par exemple, comment faire connaître les possibilités de co-voiturage, comment développer le co-voiturage en sécurisant les co-voitureurs ? Comment développer le transport solidaire   ? Peut-on prévoir des circuits courts ? (Par exemple, une personne qui fait tous les jours Issé-Châteaubriant, peut-elle accepter de passer à 8h15 devant la mairie pour prendre un voyageur occasionnel ?).
(photo : pays-chateaubriant.fr)

« Il s’agit sans aucun doute d’un nouveau chantier pour le Conseil de Développement, s’autorisant peut-être à expérimenter… car pour susciter il faut aussi « donner à voir » » dit Nolwenn Diler.

« Si les citoyens se sont sentis concernés, il reste encore aujourd’hui à expliquer, à diffuser et à sensibiliser les acteurs publics du territoire, pour qu’ils s’approprient les enjeux et leviers que recouvrent ces pratiques collaboratives ». En espérant que cela pourra favoriser un travail commun avec les élus.

« Les territoires ruraux ont à innover pour relever les défis et mutations qui s’annoncent à eux, le Pays de Châteaubriant   n’y échappe pas, d’où la nécessité de s’en saisir. »

Des infos sur la recherche Domino 

 Groupe de travail Santé

Au Conseil de Développement, le groupe de travail santé continue… il souhaite être force de proposition sur la question de l’accès aux soins, plus que de la démographie médicale. Après avoir constaté, puis alerté sur des projections de départs à la retraite d’un certain nombre de médecins généralistes, il estime que c’est désormais davantage du ressort des élus et des professionnels de santé eux-mêmes que du Conseil de Développement.

Sur l’accès aux soins, le groupe de travail réfléchit aux questions de la promotion et de prévention : Comment identifier les acteurs de la prévention ? Comment coordonner et participer aux actions qui sont ou seront réalisées dans le territoire ?

Par ailleurs, le groupe a proposé des personnes pour siéger au Comité de Programmation LEADER pour la période 2016-2020. Un des axes du programme s’intitule : « Développer la prévention et l’information santé des habitants en proximité, et promouvoir la qualité de l’offre de santé ».

 Avez-vous des idées ?

Le Conseil de Développement est une instance de participation, force de proposition et de réflexion sur des sujets ou problématiques en lien avec l’aménagement et le développement du territoire du Castelbriantais et du secteur de Derval.

Le travail se poursuit sur les thèmes « santé et territoire » et « pratiques collaboratives », mais le Conseil de Développement a souhaité innover pour cette année 2016/2017 en lançant « un appel à sujet » permettant de recueillir des propositions de thèmes de travail, de problématiques qu’il pourrait être intéressant d’approfondir et de partager.

Par exemple : « Faire-vivre les centre-bourg », « le commerce de proximité : quels enjeux, quel avenir ? », « Tiers lieux et espace rural ? », « Le bénévolat sur le territoire : enjeux et réalités ? », « Espace de travail partagé, télé-travail : un enjeu de développement »

Cet appel s’adresse à toute personne habitant ou participant à la vie du territoire. Contact : 02 40 55 68 00