Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Régional > CR - B.Retailleau > Viviane sur le terrain

Viviane sur le terrain

Ecrit le 7 septembre 2016

En politique aussi c’est la rentrée, notamment au groupe socialiste, écologiste, radical et républicain (SERR), dont Viviane Lopez est la représentante locale. [Viviane est de Lusanger où elle a enseigné la plupart de son temps professionnel. Puis elle a été Conseillère Générale du Canton de Derval et maintenant elle est Conseillère Régionale. On peut s’étonner de voir qu’elle n’a reçu aucune invitation pour la Foire de Béré 2016].

Une conférence de presse a eu lieu vendredi 2 septembre avec Viviane Lopez, Christophe Clergeau (Président du groupe SERR), Stéphane Ibarra (conseiller régional de Vendée et membre de la Commission Agricole), rejoints plus tard par Marie-Hélène Giraudet (conseillère régionale du Maine-et-Loire et membre de la Commission Agricole). C’était en prélude à une journée sur le terrain, à la rencontre du Gaec des Vallées à Treffieux (en reconversion bio), de l’atelier de découpe « De la terre à l’assiette » (pour évoquer les relations avec les consommateurs), de Gérard Bricaud (pour parler de la transmission des exploitations agricoles) et de Jean-Luc Grégoire (constructeur-innovateur en machinisme agricole).

« Ces personnes ont quelque chose en commun, dit Viviane Lopez, leur métier et une vision de la société. Nous souhaitons partager, échanger avec elles. Ce n’est pas une rencontre technique, c’est une rencontre humaine ».

Christophe Clergeau appuie la démarche : « Nous sommes sur le terrain, pour alimenter notre réflexion et nos propositions ». Pour lui, la crise laitière actuelle est un des aspects des mutations agricoles. « Nous avons voté le plan d’urgence proposé par le Président Retailleau [Les Républicains, ndlr] mais nous n’en voyons pas les effets. Il ne suffit pas d’être dans l’urgence, il faut s’engager dans une réflexion profonde :
- produire différemment
- organiser les filières entre les agriculteurs, les transformateurs, le monde du commerce, pour répondre aux attentes des producteurs et des consommateurs ».
(photo d’archives, foire de Béré)

Pour Stephane Ibarra, les crises à répétition dans l’agriculture sont la conséquence du modèle agricole dominant. Un exemple : le lait. « la fin des quotas laitiers devait ouvrir les portes de la liberté. Liberté de produire davantage, rêve de nourrir le monde entier et notamment les petits Chinois, avec du lait de qualité. Mais quand le marché chinois s’est contracté, et qu’il y a eu l’embargo russe à la mi-2014, nous avons bien vu que la vision libérale de la dérégulation est illusoire »

« Pour autant, il ne s’agit pas d’opposer les deux systèmes de production, mais de réfléchir ensemble pour trouver le moyen de rémunérer les éleveurs à un juste prix. Force est quand même de constater que, actuellement, les éleveurs qui s’en sortent correctement sont :
- ceux qui produisent du lait bio
- ceux qui valorisent localement leurs produits -(fromages, crème) » dit encore Stéphane Ibarra.

C.Clergeau – V.Lopez – S.Ibarra

Le groupe socialiste, écologiste, radical et républicain, même si la capacité de l’opposition est faible au Conseil Régional, compte bien faire avancer ses propositions :
- investir sur les solutions durables :
- urgence conversion bio
- aide à l’innovation et à la qualité
- organisation des filières
- être vigilant sur les marchés publics, par exemple la restauration scolaire.
- développer un plan alimentaire local (par exemple une plateforme logistique apte à répondre aux besoins alimentaires des écoles, lycées et autres)
- orienter la formation (apprentissage et écoles) vers une diversité des systèmes de production et vers l’organisation de circuits courts.

« Le plan sur la ruralité  , lancé par le Président Retailleau, nous a déçus car c’est moins d’argent pour le rural et rien encore sur les contrats de territoire » dit C.Clergeau. [Ndlr : il sera intéressant de voir, à la foire, si B.Retailleau annonce quelque chose à ce sujet].

Pour joindre viviane Lopez :
mail :
02 28 20 61 20 06 31 64 96 90