Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances - juin 2009

Mée-disances - juin 2009

Ecrit le 3 juin 2009

 Scientologie : au nom du pèze et du fric...

NouvelObs.com du 25/05 : Le procès pour escroquerie de l’Église de Scientologie, qui s’est ouvert lundi 25 mai à Paris, c’est « quitte ou double » pour les victimes espérant obtenir la dissolution de l’organisation qui, elle, s’estime visée par un « procès en hérésie ». Si la Scientologie a déjà été l’objet de plusieurs procès en France, « c’est la première fois qu’elle est renvoyée en correctionnelle pour escroquerie en bande organisée » .

[…] Les prévenus encourent un maximum de sept ans de prison. Certains sont poursuivis pour exercice illégal de la pharmacie. Ils sont soupçonnés d’avoir, entre 1997 et 1999, trompé les plaignants « en recourant systématiquement à des tests de personnalité dépourvus de valeur scientifique (...) dans la seule perspective de vendre des services ou divers produits » : des cours de « réparation de vie » aux séances de purification, en passant par des cocktails de vitamines et l’achat d’un « électromètre », appareil électrique censé mesurer la « charge mentale négative » des patients.

Ron Hubbard, fondateur de l’Église de Scientologie intimait aux dirigeants de son association : « Vous devez vouloir à tout moment contrôler chaque personne qui entre dans votre bureau, (...) dès cet instant jusqu’à l’étape finale de la signature du chèque ». Pour Jean-Christophe Hullin, cette attitude est révélatrice de l’« obsession » des scientologues pour le « rendement financier ».

Le 17 mai 2002, le tribunal correctionnel de Paris a condamné pour la première fois en tant que personne morale la section francilienne de l’Église de Scientologie. Les juges avaient cependant refusé de dissoudre l’association. Le 28 juillet 1997, la cour d’appel de Lyon avait jugé que les associations regroupées au sein de l’Église de Scientologie étaient des « entre-prises » ayant pour objet la « captation de la fortune des adeptes grâce à l’emploi de manœuvres frauduleuses, caractérisant le délit d’escroquerie ».

 Sélection des patients

Mediscoop.net : l’association de patients Ciss, l’Union nationale des associations familiales et la Fédération nationale des accidentés du travail et handicapés ont dévoilé un nouveau « testing » auprès des médecins. L’expérience a consisté à demander par téléphone un rendez-vous auprès de 466 spécialistes de secteur 2, en précisant bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU)

En contradiction avec la déontologie et la loi, 22% des médecins ont refusé de recevoir le demandeur, proposé un rendez-vous plus tard que pour un autre malade, refusé de pratiquer le tiers-payant ou demandé un dépassement d’honoraires (interdit en cas de CMU).
Le Figaro économie précise que « le taux de refus, nul chez les pneumologues, atteint 41% chez les psychiatres ». […]

L’Humanité souligne que Paris « arrive en tête avec 50% de refus toutes spécialités confondues. […] A l’inverse, des villes comme Bordeaux, Strasbourg, Toulouse ou Besançon semblent peu enclines à refuser des patients précaires ». Le Ciss est d’autant plus remonté que, selon [son président] Christian Saout, une enquête du Fonds CMU établit la réalité du refus de soins avec des « chiffres beaucoup plus alarmants », mais qu’elle ne sera rendue publique que le 30 juin. Soit après le vote de la loi Bachelot.

 Sauvons les riches

20minutes.com du 27 /05 : Des militants du collectif « Sauvons les riches » se sont rendus le 26 mai près d’une résidence qui appartient, selon eux, à l’homme d’affaires Vincent Bolloré, à Paris (16e), pour tenter de le convaincre de demander à être davantage imposé.

Portant des T-shirts avec la légende, « la fête des voisins, immeuble en fête » et des ballons gonflables avec la même mention, une dizaine de ces militants (et autant de journalistes) ont été bloqués par les forces de l’ordre à une cinquantaine de mètres de la résidence visée, devant laquelle se trouvaient d’autres policiers. Ils ont alors installé une table, sorti des bières et lancé en fond sonore la chanson « Viens boire un p’tit coup à la maison » avant de crier aux forces de l’ordre : « libérez Vincent Bolloré ».

« Notre démarche c’est d’aller au devant des riches pour essayer de les convaincre », a expliqué Manuel Domergue au nom du collectif.

« Quand Bolloré, qui a besoin de l’Etat et du nouveau président de la République, a payé le voyage en yacht de Nicolas Sarkozy (...) qui a coûté, je crois, entre 200 et 300.000 euros, évidemment il n’y a pas de pacte. M. Sarkozy ne s’engage à donner aucun marché à Vincent Bolloré, mais on voit bien que c’est une arme », a-t-il poursuivi. En mai 2007, M. Bolloré s’était dit « honoré » d’accueillir sur son yacht M. Sarkozy, alors que le séjour du président élu au large de Malte à bord de ce bateau luxueux suscitait la polémique.

 Formule 1

De Marianne.fr du 29/05 : Invité de Jean-Pierre Elkabbach, François Fillon s’est montré intraitable et extrêmement combatif sur le projet de ... futur Grand Prix de France de Formule 1. Le Premier ministre a jugé inimaginable que la France se passe d’un nouveau circuit automobile. Tout est question de priorités (à droite).

Il lui en aura fallu du temps pour trouver sa place. Faire son trou. Pas évident avec un omni-hyper-président présent sur tous les fronts. Mais ça y est, François Fillon est lancé. Impossible de l’arrêter. Son dada, ce sont les courses automobiles et là dessus, aucun risque que le président vienne lui tailler des croupières. « La formule 1, c’est moi ! » a-t-il dit encore.

Ndlr : il n’y a que là qu’il décoiffe !

 Mowgli russe

Liberation.fr du 28/05 : Des agents de la protection de l’enfance ont découvert à Tchita (Sibérie orientale) une enfant de cinq ans qui a été « élevée par plusieurs chiens et chats » et ne parle que le « langage des animaux ». La fillette a été trouvée dans un appartement délabré où ses parents et grands-parents vivaient également sans s’occuper d’elle. Elle n’était jamais autorisée à sortir, n’a jamais appris à parler et cherche à communiquer en aboyant. Selon des voisins, les membres de cette famille « sont vraiment asociaux. Ils ne sortent que la nuit, pour ne rencontrer personne. »

Lorsque l’enfant a été découverte, elle « se jetait sur les gens comme un petit chien », a rapporté la police, qui a cependant précisé qu’elle comprenait le russe sans le parler. La petite fille a été placée dans une institution où elle reçoit une aide médicale et psychiatrique. Selon la police, elle « saute contre la porte et aboie » lorsque le personnel soignant quitte la pièce.

 Berlusconi : Papounet

Fiat tente de racheter Opel, l’économie italienne souffre de la crise, mais à dix jours des élections européennes, l’Italie n’en a que pour « papounet ». Le voile de mystère et de soupçons autour des relations entre Silvio Berlusconi et la jeune Napolitaine Noemi, à peine âgée de 18 ans qui lui a donné ce surnom, s’impose au centre des discussions, des polémiques et désormais de la politique. C’est le Noemigate !


Ecrit le 10 juin 2009

 Crimestoppers

En cette période de récession, de plus en plus de citoyens britanniques contactent l’association Crimestoppers pour signaler [anonymement] des délits en échange d’une compensation financière. Des femmes révèlent les liaisons adultérines de certains maris et des toxicomanes donnent le nom de leurs fournisseurs. Pendant son dernier exercice (2008-2009), l’organisation a dépensé deux fois plus d’argent pour rémunérer des informations ayant permis l’arrestation, le jugement et la condamnation de délinquants. “Nous avons mené d’excellentes campagnes l’année dernière, nous avons meilleure réputation et nous avons reçu beaucoup plus d’appels à propos de crimes graves. Nous nous attendons donc à payer davantage de récompenses”, explique Mick Laurie, responsable exécutif de l’association. “A en juger par ces statistiques, poursuit Laurie, on pourrait établir une corrélation entre la récession économique et le nombre de personnes appelant nos services en échange d’un dédommagement.”

L’organisation, qui existe depuis onze ans, a récemment fêté le succès de sa collaboration avec la police : elle a permis de résoudre 85 affaires de meurtre en 2008, dont au moins 20 % du nombre total de morts violentes élucidées dans la capitale. Crimestoppers reçoit environ 220 000 appels téléphoniques ou courriers électroniques chaque année et peut verser des récompenses importantes pour les informations qui permettent de démasquer puis de faire condamner un coupable. Elle offre environ 1100 euros pour certains délits, et jusqu’à 11 000 euros dans les affaires de meurtre ou d’autres crimes graves. A signaler toutefois que seuls 1 % des Britanniques qui contactent Crimestoppers réclament leur prime, alors que le taux atteint près de 80 % aux États-Unis.

Ndlr : de quoi donner des idées…

 Tien An Men

Libération.fr du 04/06 : La Chine a exprimé son « profond mécontentement » après l’appel lancé par la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, à la publication des noms des personnes tuées, disparues ou arrêtées lors de la répression des manifestations de juin 1989, il y a 20 ans.

Hillary Clinton, en effet, avait appelé le régime chinois à fournir un bilan de la répression et à « examiner ouvertement les pages sombres de son passé ».

Des centaines, peut-être des milliers, de manifestants, étudiants et citoyens solidaires, ont été tués dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 après que les chars de l’armée chinoise eurent envahi les rues de Pékin pour écraser sept semaines de revendications démocratiques et pacifiques, qualifiées de « rébellion contre-révolutionnaire » par le pouvoir communiste. […]

Le 30 juin 1989, un rapport de la mairie de Pékin avait fait état de « dizaines de militaires morts, 6.000 membres des forces de l’ordre blessés, plus de 3.000 civils blessés et plus de 200 morts dont 36 étudiants ». […]

 Trafic de drogue

Le Point.fr du 04/06 : Grâce aux services d’une opératrice d’Orange, des trafiquants de drogue ont pu, pour un temps, échapper à la police. Cette jeune femme de 35 ans travaillait dans le service chargé des mises sur écoute judiciaires.Elle est aujourd’hui poursuivie pour avoir renseigné les malfrats en leur indiquant s’ils étaient ou non mis sur écoute par les enquêteurs.

Interpellée à la mi-mai, l’opératrice a reconnu les faits pendant sa garde à vue. Elle assure avoir agi pour rendre service et n’avoir jamais perçu d’argent. Le service en question s’est pourtant déjà monnayé entre 1.000 et 1.500 euros, souligne le quotidien. Jusque-là, les investigations n’ont toutefois pas permis de déceler d’anomalie dans les comptes de la jeune femme.

Quant aux trafiquants de drogue, ils ont finalement fait l’objet d’un vaste coup de filet. Des armes, quatre véhicules de luxe et 50.000 euros ont alors été saisis.

 Ridicule

Marianne.fr du 03/06 : Le locataire de l‘Élysée souhaitait poser à côté de son copain Barack lors des cérémonies du D day. Il va devoir composer avec ses camarades… Ben oui. Barack, il est très populaire… On ne se l’approprie pas comme ça. Il y a cru jusqu’au bout pourtant, le petit Nicolas, au cliché privilégié… Au point qu’il a laissé traîner les invitations jusqu’au dernier moment.

Rappel des faits. Nicolas Sarkozy souhaitait commémorer le débarquement avec Barack Obama. Problème, la commémoration du 6 juin, c’est une fête à laquelle il est difficile de ne pas convier les Anglais : plus de la moitié des soldats qui ont débarqué le 6 juin 1944 étaient… britanniques. Une offense perçue comme telle par la Reine d’Angleterre qui l’a fait savoir avec le langage diplomatique qu’il se doit.

Selon Luc Chatel : « il n’appartient pas à la France de désigner la représentation britannique ». Une énième manière pour le moins maladroite, de faire savoir du côté de l’Élysée que l’on se dédouane de toute responsabilité. Mais c’était sans compter l’intervention de dernière minute de l’invité d’honneur, Barack Obama . Un invité qui a gentiment fait savoir qu’il « souhaitait » que la Reine Elisabeth II soit de la partie.

La fée Sarkozy s’est donc exécutée sans attendre, l’invitation a filé illico presto jusqu’à Buckingham Palace, avec un pigeon voyageur manifestement très efficace. Et voilà qu’on apprend enfin le dénouement… Ce n’est pas la Reine mais le Prince Charles qui viendra assister aux cérémonies. Tout en finesse, celui-ci aurait fait savoir que lui-aussi souhaitait venir à ces festivités. Une habile manière de ne pas obliger sa Reine-mère à se dédire, elle qui avait publiquement affirmé qu’elle ne viendrait pas après l’affront sarkozien. 

Barack, une fois encore, s’est affirmé. La monarchie anglaise, plus rusée que blessée, s’est invitée aux côtés du Premier Ministre Brown, et Nicolas Sarkozy s’est tout simplement fait humilier. 

 Photos embarrassantes

NouvelObs.com du 05/06 : El Pais a publié des photos embarrassantes pour Silvio Berlusconi, montrant des fêtes privées données dans la villa du Cavaliere en Sardaigne, sur lesquelles apparaissent notamment des femmes aux seins et fesses nus. « Le parquet de Rome a estimé que ces photos étaient illicites : elles sont le résultat d’un délit et ne peuvent donc être vendues. Ceux qui les achètent commettent à leur tour un délit », a dit l’avocat de Silvio.

Les photos font partie d’une série constituée de plusieurs centaines de clichés saisis récemment par la justice italienne. Les visages sont floutés sur toutes les images. On y voit Silvio Berlusconi dans le jardin de sa villa « entouré de plusieurs femmes ». Deux d’entre elles bronzent seins nus et en maillot string. Un homme est complètement nu au bord de la piscine.

 Nadine est choquée

Cela devient du Grand Guignol au gouvernement ! Nadine Moreno a porté plainte contre des personnes qui, selon elles, l’auraient insultée sur un site internet. La police a donc convoqué une femme ayant écrit « Hou la menteuse ». L’affaire est parue dans la presse et , du coup, dans Le Nouvel Obs du 5 juin, Nadine Moreno se déclare « choquée » par cette convocation policière. « Je ne vais pas poursuivre une personne qui aurait écrit ’Hou la menteuse’. On est dans le champ de l’expression démocratique. Elle a le droit de ne pas être d’accord avec moi. Ca ne me dérange pas ». Peut-être pense-t-elle que la police a fait du zèle ….