Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > 3464 tués et 20 fois plus

3464 tués et 20 fois plus

Ecrit le 19 octobre 2016

3464 tués sur la route en 2015 : c’est un scandale et les pouvoirs publics consacrent beaucoup d’argent en amélioration des routes, installation de radars, personnel de gendarmerie…

et 73 000 morts, ça vous dit quelque chose ?

 Le tabac tue !

« En 2013, dernière année de mortalité disponible, nous avons estimé que plus de 73 000 décès étaient imputables au tabagisme, ce qui correspond à environ 13% des décès enregistrés en France métropolitaine la même année. Entre 2000 et 2013, si le nombre de décès attribuables au tabac a légèrement diminué pour les hommes, il a en revanche été multiplié par deux dans la population féminine » estime Christophe Bonaldi dans le Bulletin Epidémiologique (BEH) de septembre 2016.

La cause des décès était :
– un cancer pour 62,3% des cas (hommes : 36 947 ; femmes : 8 632),
– une maladie cardiovasculaire pour 22,5% (hommes : 11 349 ; femmes : 5 106)
– et une maladie respiratoire pour 15,2% (hommes : 7 400 ; femmes : 3 712).

Le tabagisme est donc responsable d’un nombre considérable de décès évitables en France. Les dispositions législatives encadrant la consommation du tabac (loi Evin de 1991) ont été renforcées ces dernières années, notamment dans les lieux accueillant du public (interdiction de fumer dans les lieux à usage collectif en 2007, dans les lieux de loisirs depuis 2008). Elles ont été accompagnées de stratégies fiscales visant à augmenter très ponctuellement le prix de vente des paquets de cigarettes et de campagnes de promotion de la santé axées sur le renoncement au tabac.

L’effet potentiel de ces mesures tarde à se concrétiser puisque, depuis 2010, la consommation reste stable, mais cette stabilisation avait été précédée d’une augmentation entre 2005 et 2010.

Au vu des données actuelles, les perspectives paraissent plutôt négatives : il y a une très légère diminution des décès chez les hommes, mais la tendance pour les femmes est inquiétante. En raison de la période de latence qui sépare la consommation de la survenue de la maladie et de la prévalence élevée du tabagisme en France, la mortalité attribuable au tabac n’a pas de raison de diminuer dans un avenir proche. D’autres pays, comme l’Angleterre, l’Australie ou le Canada, ont relevé avec un certain succès le défi de la lutte contre le tabagisme. Il devient urgent d’en suivre les exemples.

 Moi sans tabac

Inciter les fumeurs à arrêter le tabac pendant au moins trente jours à partir du
1er novembre. C’est le défi que lance pour la première fois le ministère de la santé dans le cadre de l’opération « Moi(s) sans tabac ». Pour y parvenir, les volontaires peuvent retirer gratuitement en pharmacie un kit d’aide à l’arrêt depuis le lundi 10 octobre. La durée de trente jours a été choisie parce qu’elle « multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement », a expliqué le ministère de la santé lors de la présentation de l’opération.

Le kit peut être téléchargé ici :

Ce kit est la boîte à outils pour arrêter « en autonomie » ! Il vous permet, à domicile, de faire le point sur votre dépendance, vos motivations et les différentes méthodes d’arrêt, tout en vous encourageant quotidiennement dans votre démarche.