Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > Ecole, de la terre pour Treffieux

Ecole, de la terre pour Treffieux

Ecrit le 2 novembre 2016

A Treffieux se construit un groupe scolaire important : restaurant scolaire, salle de motricité, accueil périscolaire, destiné à accueillir tous les enfants de la commune, qu’ils aillent à l’école privée ou à la future école publique. Dans le hall d’accueil et dans le couloir de l’école publique, il y aura un mur de briques en terre crue : 2500 briques fabriquées par AIRE et EPAT.

AIRE, c’est le chantier d’insertion de Blain. Sous la direction de Ludovic Leroy, les salariés ont déjà participé à deux autres chantiers de fabrication de briques. Malaxer la terre du chantier avec de la chaux, tamiser, alimenter la machine : c’est une activité qui leur plaît beaucoup, d’autant plus qu’il y a un travail collaboratif avec les bénévoles de l’EPAT.
Autour de la machine à briques

EPAT : pour une Ecole Publique A Treffieux. Cette association s’est mise en place progressivement et a convaincu les élus de la nécessité de construction, sans pour autant créer une guerre scolaire. « Il s’agit surtout pour nous de favoriser les rencontres   entre les enfants » explique le Président Thierry Maillard. De huit adhérents au départ, l’association est passée à 70, d’autant plus que les adhérents peuvent mettre la pain à la pâte à la terre. En effet les adhérents se relaient pour participer au chantier, d’une part avec les travailleurs de AIRE, et d’autre part en préparant pour ceux-ci le repas de midi, pris en commun, et le café des pauses de la journée. « Là aussi notre but est de favoriser la rencontre ». Les briques vont désormais sécher trois semaines avant d’être utilisées.

Les briques de terre crue, naturelles et sans ajout d’élément chimique, régulent l’humidité de l’air. Elles disposent d’une grande inertie thermique, rendant l’hiver plus chaud et l’été plus frais. Elles sont un très bon isolant phonique. Et permettent de réduire le coût du chantier. Elles devront par la suite disposer de bonnes bottes et d’un chapeau. Le mur est chaussé de bonnes bottes quand il repose sur un soubassement faisant barrière aux remontées d’humidité. Quant au chapeau : il s’agit de protéger le mur de l’action de la pluie sur son arase. De telles constructions en terre crue ont été utilisées à l’école de La Chevallerais, à Fégréac et à Mouais.

A Treffieux le coût global est 1 435 762 € HT  , avec une subvention de 433 454 euros du Conseil Départemental. Ce qui n’empêche pas la commune de faire d’autres travaux : extension de l’assainissement collectif, renouvellement de l’équipement informatique et téléphonique de la mairie, réfection d’une partie de la voirie communale, etc.

Réserve parlementaire

Le député Yves Daniel, sur sa réserve parlementaire, aide Erbray (10 000 €) et Treffieux (30 000 €). Michelle Meunier, sénatrice a accordé 43 000 € au projet de Treffieux.