Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > humour > Au cul d’la tonne, chronique en gallo > Lendemains déchanteurs

Lendemains déchanteurs

Ecrit le 7 décembre 2016

 Lendemains déchanteurs

L’hiver a ben con-mençeu : ça geuleut, la neue ; les zouéziauwds chanwteu pu ; l’iauw de mes poules éteut geuroueu et Fillon rassembieu ses petits copains et ses moinillons pour nous glaçeu bentout la sociale et nous ameuneut la neuge de Moscou à Poutine. On va pas se réchauwffeut. On seut asteure qui c’éteut qu’aveut voteu pour Filon le train (ou putôt le bout en train : les patrons, les vieux, et tous ceusses qu’aveut du kaïye à défendre et qu’aimeut pas les zimpôts ; c’éteut à yeux qu’y prometteut des lendemains qui chanwteut en gregorien de Solesmes. C’éteut pas du Yéyé ou de l’accordéon !

La gauwche va-t-elle se reuveuilleu enfin et se rabibocheu pour penseu à nous les peutits, les exclus, les zémigreux, les mal logeux, les mal soingneux, les mal nourris. La deumission courageuse de Françouè le bouc hémisphère devreut reubatte les cartes. Auteurment, on vaïye ben que la Le Peine à aimeut va ramassseu tous les pauv’s à trompeu.

Les cubains pleureut leur Castro Fidèle mais les Alepiens qui reusteut sous les bombes n’ont pu que des larmes de sanwg à verseu. Et, apreuille, le Vachard va continueu à détruire les auwt’s villes et vies pour régneu sur son peutit carreu d’Alaouites, sous la couverture Poutine. Bravo l’ONU et le concert des nations pour c’teu symphonie funèbre !

« En décembre, fais du bois
Et endors-toi ! »

Signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


Ecrit le 14 décembre 2016

 La peste brune avec la rose bleue

Pour hein-ne faïye je veux kauwzeu de Conquereuil, mon pays, car la mére Phrasie du Pâtis-vert, la bon-ne vaïzine de mon enfance a été déclarée Juste parmi les Nations avec d’auwtes, originaires de Couaveix pour avaïye sauwveu et hébergeu des petits juifs échappeux de la rafle du Vel d’Hiv. Ces peutits copains retourneux à Paris gardeut hein-ne reuconaissance fidèle aux conquereuillais pour les avaïye protégeu. A l’heure où le racisme reveneut partout, falleut ben fêteu ces gestes !

La mére Le Peine à Chanwgeu sorteu du bois pour meunaceu les peutits garçailles sans papieux de les foute dehors de l’école reupublicaine et tanwçeu sa nieuce qui vouleut pu d’IVeuGeu. Pour contrarieu Filons le train, elle défendeu la Seucuriteu sociale et miltaire ; les ouveurieux penseut qu’elle éteut deuveunue de gauwche et qu’en sor-tanwt de l’euro, elle feura un bon Frexit avec du beurre dans les zépinards. En face, la vraïye gauwche seut pu su quel pieu danwseu sans se monteu su les pieux qui se multiplieut.

Le Trompe son monde constitueut sa belle équipe de milliardaires et de gaz de schiste ; ça va peuteu dans les sous-sols ! Avec la chine et la pollution sceptique, y j’teu le freud et le chauwd ; de kaïye perdre le mandarin et leur couleur jauwne. A Alep, le Vachard avec Poutine feuzeut la féte dans la ville en ruine.

« Décembre trop beau
L’été dans l’eau »

Signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


Ecrit le 21 décembre 2016

 Pendant les fêtes, la mort continue

Journée de deuil pour l’humanité et pour l’humain : Alep capitulée et évacuée signe l’horreur retrouvée, la fin des protestations et réglementations internationales, le retour à la barbarie, à la cruauté, la mort des indignations et des résistances, des solidarités dans l’espèce humaine ; la force, le cynisme règnent en maîtres ; la torture, l’humiliation, la tyrannie et la soumission deviennent les valeurs essentielles ! Le tocsin devrait sonner du haut de tous les clochers, minarets, synagogues, pagodes ; les dies irae retentir et engloutir toute la terre : c’est la liberté qu’on enterre, le droit que l’on brûle, Caïn que l’on exalte, Hitler que l’on ressuscite partout !

Signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu


 Fin d’anw-neu DEUX MILLE SEIZE

Yé, notre anw deux mille seize
A éteu ben agiteu
Mais il falleut êt’ ben aise
Pisqu’y va se termineu
Et voilà deux mille dix sept
Qui veuneut le rempiaçeu
Et tout le monde qui seut
Qu’on jouera les mal piaçeux
Car tous les bons ci-toyens
Devront alleu ben voteu,
Choisir parmi teurtous, yun
Le meu-yieure pour la citeu
Malgré tout, gardons la téte
Pour offrir nos vœux à tous,
Faire encore et teurjous féte ,
Baïye et chanwteu avec tous
Joyeux Noyel et Bon-nanwneu
Aux viyeux et aux keuniauws
Pisque la vie est don-neu
Et le temps et mein-me l’iauw.
Que chacun se mette en joie
Et penseu aux mal lotis
Pour qu’à la fin du jeu d’oie
On aille tous au paradis
Bon-ne anw-neu et bon-ne santeu !
Que l’amour nous soiye don-neu !

signé : Le Herveu Deulouard de Conqu’reu