Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 07 décembre 2016

Mée-disances du 07 décembre 2016

Ecrit le 07 décembre 2016

 L’inventeur du Big Mac est mort

 
Libération.fr du 3/11 : Michael Delligatti, le père du sandwich à deux étages de chez MacDo, est mort à 98 ans sans avoir touché le moindre centime de son invention, vendue par dizaines de milliards...
 

Le génie du burger aurait eu son intuition en 1965. Et si je mettais deux portions de steak haché dans le même sandwich ? Et si je glissais une tranche de pain entre le deux pour éviter que la sauce coule de tous les côtés ? Le pire, c’est que McDo a dit non. En tout cas au début. Pas question de transiger avec la recette du hamburger classique. Michael Delligatti a quand même tenté le coup en 1967 dans son resto de Union-Town, en Pennsylvanie. Devant le triomphe, il a servi du BigMac dans la totalité de ses 47 MacDo.
 

Un an plus tard, l’ensemble des McDo américains ont adopté le sandwich à double étage. Aujourd’hui il s’en vend 550 millions par an aux États-Unis et environ 900 millions à travers la planète (sauf dans les pays où on crève de faim).
 

Delligatti avait la victoire modeste. En 1993, il déclarait au Los Angeles Times : « C’est pas comme si j’avais inventé l’ampoule électrique. Tout ce que j’ai fait, c’était de la visser dans sa douille. » En tout cas, McDo s’est bien foutu de sa gueule. Ne lui a reversé aucun royalty, n’a pas donné son nom au burger. « Tout ce que j’ai eu, c’est une médaille », avoue Delligatti. Et aussi, un beau Musée du Big Mac McDonald’s, inauguré en 2007, où l’on peut admirer le plus grand Big Mac de la création, de quatre mètres sur trois. […]
 

Delligatti n’a jamais exprimé des regrets publics d’avoir été spolié, sans doute conscient de l’œuvre inestimable qu’il laisse à l’humanité. A-t-il jusqu’au bout gardé la frite ? A l’occasion de sa mort, le monde peut enfin découvrir son existence et lui rendre l’hommage qu’il mérite.
 
Graisse lui soit rendue !

 A la SNCF, ça déraille

 
L’Humanite.fr du 30/11 : Des cheminots « bas de plafond », « stupides », « cafteurs », des cheminotes « un peu connes ». Ces considérations vraiment pas sympathiques n’ont pas été lancées un jour de grève par un usager mécontent mais par les supérieurs hiérarchiques d’une équipe de personnels de la gare Saint-Lazare, à Paris. […]
 
Le fichier retrouvé par hasard dans un bureau inoccupé est tombé dans des mains syndicales, celles de la CGT et de Sud Rail. Ils ont interpellé la direction de la SNCF qui se défend en évoquant un cas isolé et contraire à sa charte éthique. Le directeur d’Unité opérationnelle de la gare Saint-Lazare, a immédiatement annoncé l’ouverture d’une enquête interne. Et a écrit aux cheminots pour leur présenter les excuses de la SNCF et dénoncer ces propos « inappropriés, injustifiés et blessants ». Des propos surtout interdits par la loi et sur lesquels la SNCF aura sans doute à s’expliquer plus sérieusement.
 

Ni Sud Rail, ni la CGT ne croient à la version du « petit chef zélé ». La CGT penche plutôt pour une inspiration puisée dans les méthodes de management en cours à la SNCF. Le syndicat Sud Rail évoque un document de même nature retrouvé à Cergy (Val-d’Oise) en 2013. L’affaire d’un autre fichier de même nature ressurgit concernant Bordeaux, et jugée en 2011 par la Cour d’appel de Paris. La SNCF avait été condamnée à verser 3 000 euros à trois cheminots brocardés par leur chef de secteur. [...]

 Le dernier clown d’Alep

 

leFigaro.fr du 01/12 : Anas al-Bacha a été tué, lors d’un bombardement de la ville d’Alep. Il était le dernier clown d’Alep, avec lequel « les enfants souriaient et plaisantaient ». Il travaillait au sein de Space for Hope, une association de bénévoles qui apporte une aide psychologique et matérielle à 12 écoles et à plus de 365 enfants. Dans un quotidien ravagé par la guerre, ils tentent de leur offrir quelques moments de joie, de répit, d’insouciance. La plupart des travailleurs sociaux de Space for Hope ont appris leur travail « sur le tas », pour soutenir des enfants, en laissant de côté leur propre affect. Beaucoup de ces enfants sont traumatisés par la perte de leurs deux parents. Certains d’entre eux, nés au début du conflit il y a cinq ans, n’ont connu que la guerre.
 
Il y a quelques jours, les locaux de Space for Hope ont été détruits par les bombes. Les volontaires qui ont survécu à cette attaque ont dû interrompre leur travail. Ils gardent tous l’espoir de reprendre un jour leurs activités. « Chacun d’entre nous est épuisé, et nous devons trouver la force de fournir un soutien psychologique et poursuivre notre travail ». […]
 
Le patron des opérations humanitaires des Nations unies, Stephen O’Brien, a rappelé que 25.000 civils avaient fui Alep-Est depuis samedi. Il appelait à cesser les combats et à débloquer l’aide humanitaire pour éviter que la capitale syrienne ne devienne « un gigantesque cimetière ». […]

 Le FN   c’est pas gay

 
Le Point.fr du 01/12 : « Le cœur plein de regrets », Guillaume Laroze quitte le Front national. Dans un message sur son compte Facebook, ce secrétaire général de Marianne – un collectif chargé de diffuser les idées du Front aux étudiants – raconte les insultes homophobes dont il a été la cible pendant plus d’un an. « On m’a traité de gauchiste islamisé infiltré, de parasite LGBT, de déchet pédérastique et sodomite, et j’en passe », écrit-il.

S’il a rejoint le FN   et Marine Le Pen, c’est parce qu’il a été séduit par « l’idée d’un grand rassemblement des souverainistes, de gauche comme de droite, unis autour d’une colonne vertébrale idéologique solide : le patriotisme ». Lui se définit comme patriote, mais « de gauche », sa fibre « progressiste et sociale » est difficile à assumer dans les rangs du FN  . On le qualifie de « gauchiste islamiste infiltré ». Selon lui, « s’il est aisé d’être conservateur et militant de la Manif pour tous au Front national, il l’est beaucoup moins d’être favorable au mariage pour tous et d’adopter un ton mesuré sur certaines questions ». Bref, le rassemblement des patriotes à ses limites.
 

Son texte illustre les dissensions internes entre la ligne des souverainistes sociaux – marqués à gauche – incarnée par Florian Philippot et celle, plus historique, des ultraconservateurs libéraux qu’incarne Marion Maréchal-Le Pen.
 
« On m’a fait comprendre, parfois violemment, que je n’avais pas ma place chez les patriotes. J’en prends acte. »

 Va t’faire foot

 
Le HuffPost du 01/12 : Entre volonté de protéger leur réputation ou simple incompétence, la Fédération et les clubs anglais sont accusés d’avoir couvert pendant des décennies des actes de pédophilie dont l’ampleur a éclaté depuis la mi-novembre. Au total, quelque 350 victimes présumées se sont signalées auprès des autorités.
 
« Nous travaillons avec la Fédération anglaise de football (FA) pour nous assurer que la réponse à ce nombre important et croissant de victimes est coordonnée de manière efficace », a déclaré un responsable de la police britannique, précisant que le chiffre de 350 victimes était « indicatif ». « Nous continuons à encourager ceux qui ont été victimes d’agressions sexuelles quand ils étaient enfants à le dire », a continué le responsable.
 
Depuis les révélations d’Andy Woodward, ancien joueur du petit club de Crewe Alexandra aujourd’hui âgé de 43 ans, qui a confié son calvaire dans The Guardian, plus de vingt joueurs, dont plusieurs anciens internationaux anglais et nord-irlandais, ont pris la parole publiquement pour raconter qu’ils avaient été agressés sexuellement par un entraîneur ou un recruteur lorsqu’ils étaient enfants.
 
Selon le Daily Telegraph, le club de Chelsea, champion d’Angleterre 2015 aurait par le passé payé un ancien espoir, en échange de son silence sur l’agression sexuelle dont il aurait été victime de la part d’un recruteur. […] Selon la réalisatrice du documentaire de Channel Four , la FA aurait mis sous le tapis en 2005 une enquête et une liste de 250 victimes présumées.