Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Entreprises diverses > Atmel,Castel carosserie,Team

Atmel,Castel carosserie,Team

Ecrit le 11 février 2004 :

Atmel ou La générosité publique

Atmel Corporation, fondée en 1984, est le principale entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la vente des semi-conducteurs avancés, mémoire non-volatile, microcontrôleurs, logique programmable, circuits intégrés de fréquence radio, etc. L’une de ses usines est installée à Nantes.

Après avoir essayé en vain pendant toute l’année 2003 de se débarrasser de 300 de ses 600 salariés à Nantes, Atmel renonce. Pas par philanthropie. Mais parce qu¹en l’absence de repreneur déclaré, le groupe électronique américain aurait dû procéder à un plan social, trop coûteux à ses yeux fixés sur le cours boursier, et parce que le redémarrage du marché des semi-conducteurs nécessite de mobiliser toutes ses capacités de production.

Mieux, il se propose d’introduire sur le site nantais de nouvelles technologies à condition de recevoir des aides publiques qui s¹élèveraient à 11,6 millions d’euros ! ! ! (chiffre donné par La Lettre de l’API)

Petit rappel : selon un décompte réalisé par la CFDT fin 2001, cette usine (ancien-nement Matra-MHS, puis Temic-Daimler-Benz) a déjà totalisé 960 millions de francs (146 millions d’euros) d’aides publiques durant les dix dernières années. Aides qui ont notamment permis à Atmel, devenu propriétaire des lieux en 1998, de licencier 149 personnes six mois plus tard. Aides qui n¹empêcheront pas Atmel de revendre d’ici quelque temps l¹usine, modernisée, à un meilleur prix.

PS : pour l’année 2003, Atmel a annoncé un chiffre d’affaires global de 1,330 milliard de dollars contre 1,193 milliard en 2002. (soit une progression de 11,5 %). En 2002, la seule usine de Nantes a réalisé un chiffre d’affaires de 125 millions d’euros pour un bénéfice net de 27,7 millions d’euros....... Et elle voulait licencier !

A notre époque, « on » licencie quand ça va mal, « on » licencie quand ça va bien , « on » fait payer les contribuables et « on » reproche aux chômeurs d’être au chômage.

Une loi (Loi Hue du 4 janvier 2001) sur le contrôle des fonds publics attribués aux entreprises avait bien été votée sous le gouvernement Jospin mais celui de Jean-Pierre Raffarin s’est empressé de l’abroger en catimini fin 2002, pendant la trêve des confiseurs. Beau cadeau de Noël sur le dos des contribuables et des salariés.


Ecrit le 10 mars 2004 :

Chez Castel-carosserie , route de St Nazaire à Châteaubriant, trois salariés ont été « remerciés ». Des licenciements individuels ont lieu par ci, par là. Ca ne fait pas de bruit mais ça grossit le flot des chômeurs, en même temps que cela diminue le moral de la population.


Ecrit le 15 avril 2004 :

Team Plastiques achète Jouin

Didier Elin : l’industrie a besoin des hommes