Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Entreprises diverses > Team Plastiques 2010 : 18 % de mieux

Team Plastiques 2010 : 18 % de mieux

Ecrit le 14 août 2010

 Team Plastiques 2010 : 18 % de mieux

Team Plasti

Comment ça va, dans l’entreprise Team Plastiques ? « Mieux » répondent des salariés en nous invitant à aller voir … le patron. Celui-ci nous reçoit dans son bureau, la veille de partir en vacances.

Question : Où se situe l’entreprise dans cette période de crise ?

Didier Elin : la crise a été brutale, violente. Au moment de notre bilan annuel, fin août 2008, nous comptions 71 salariés et un chiffre d’affaires de quelque 800 000 € par mois. Nous venions de faire 2,5 M€ d’investissements en 2008 et d’ajouter 2800 m2 de bâtiments pour installer une dixième thermoformeuse de grande dimension et un cinquième centre d’usinage. Et tout à coup, la dégringolade. En mai 2009 nous ne faisions plus que 300 000 € de chiffre d’affaires. C’est alors que nous nous sommes séparés de 17 salariés (dont 9 licenciés).

Ndlr : ces salariés auraient pu signer une demande de réembauche prioritaire. Seuls deux d’entre eux l’ont fait. Les autres ont préféré faire la formation de leur choix et changer de métier.

Question : et maintenant ?

Didier Elin : à notre bilan du mois d’août 2009, nous constations une baisse de chiffre d’affaires de 30 % par rapport à 2008. La situation était d’ailleurs la même en France, et trois de nos concurrents ont fermé : à Paris, Lille et Orléans. L’industrie du loisir, avec laquelle nous travaillons, a vécu sur ses stocks de bateaux et camping-car : dans certains cas nous avons enregistré une baisse de commandes de 70 %.

Les stocks épuisés, ces entreprises ont de nouveau fait appel à nos services : fin août 2010, nous enregistrons une hausse de 18 % par rapport à 2009.

Ndlr : ces 18 % sont encourageants. Malgré tout, le chiffre d’affaires est en baisse de 15 % par rapport à 2008.

Question : avez-vous retrouvé vos anciens clients ?

Didier Elin : l’entreprise a été créée en 1988. Nous sommes très attentifs aux désirs des clients et au suivi des produits que nous livrons. De ce fait nous avons une très bonne réputation. Nous n’avons aucun commercial sur la route : le bouche à oreille fonctionne bien et, au cours de l’année passée, nous avons conquis de nouveaux clients, par exemple dans l’agro-alimentaire et l’aéronautique. Nous avons aussi profité des avantages fiscaux en matière de « recherche et développement » ce qui nous a permis dans des techniques nouvelles, par exemple le thermogainage.

Question : le groupement d’entreprises, Apportech, a-t-il joué un rôle ?

Didier Elin : ce groupement de 5 entreprises, nous permet de mieux connaître les activités et les besoins des autres. Un jour j’ai rencontré un nouveau client. En visitant son entreprise, j’ai remarqué qu’il avait des besoins en mécanique, je lui ai parlé de mes collègues Acco et Méca-Atlantique. Lorsqu’il est venu à Châteaubriant je l’ai emmené visiter ces deux entreprises : avec succès ! Le client leur a passé des commandes !

Ndlr : cette façon de travailler « collectif » a toujours des retombées intéressantes. Mais il faut oser s’y lancer. C’est sans doute ce qui manque, par exemple, dans le commerce castelbriantais.

Question : avez-vous d’autres projets de développement ?

Didier Elin : la crise actuelle favorise le repli sur soi, les visions à court terme. Il nous faut aller plus loin pour préparer l’avenir. C’est pourquoi, avec l’ADIC et la Chambre de Commerce et d’Industrie, nous envisageons sérieusement l’embauche de plusieurs VIE, pour aller chercher de nouveaux marchés notamment à l’exportation.

Le VIE (volontaire international en entreprise) est une action pilotée par la Région Pays de Loire, qui s’adresse aux jeunes de moins de 28 ans à qui seront confiés, sur un an, la réalisation de diverses études de marché et de clientèle et l’apport à l’entreprise de services d’accompagnement et de conseil. La rémunération de ces jeunes est prise en charge par la Région quasiment à 100 %.

L’entreprise Team Plastiques travaille aussi avec les Grandes Ecoles, notamment sur Nantes. Nous avons eu par exemple des stagiaires de l’Ecole des Mines sur une technique d’aération dans l’entreprise, que nous sommes en train de mettre en œuvre.

 Garder les jeunes

Question : quelle est la politique salariale de l’entreprise ?

Didier Elin : il y a un comité d’entreprise ici. Je ne cache rien des chiffres. En fin d’année 2008, et en 2009, les primes de vacances et de fin d’année ont été réduites. Nous venons de les ré-augmenter et d’attribuer une augmentation de salaire de 1 %. Le complément sera versé en janvier prochain. Le salaire est un élément important pour fidéliser le personnel.

– Nous avions 71 salariés en août 2008,
– 54 salariés en août 2009,
– nous sommes à 60 aujourd’hui.

Ndlr : l’entreprise Team Plastiques a cependant des difficultés à garder les salariés jeunes. Ceux-ci, au bout de 3-4 ans, s’en vont voir ailleurs si l’herbe est plus verte … quitte à revenir demander une réembauche quelques temps plus tard. Pendant des décennies on a répété aux jeunes qu’ils devaient être mobiles. Diplômés, ils ne sont encore embauchés qu’en intérim (et au mieux en CDD). Ils sont mobiles désormais … ce qui n’arrange pas toujours le chef d’entreprise.
Ndlr : finalement, pour Team-Plastiques, un bilan plutôt positif même si l’activité n’a pas retrouvé ses résultats d’il y a deux ans !

Question : comment voyez-vous la situation économique à Châteaubriant ?

Didier Elin : après le coup de tonnerre de la crise, qui a conduit à des réductions d’horaires et à des licenciements, la situation s’est stabilisée dans les PME de Châteaubriant. L’activité se maintient, mais plus faible qu’il y a deux ans.

Du côté de PCI   (Pays de Châteaubriant  -Initiative  ), le nombre de créations d’entreprise se maintient aussi mais il s’agit surtout d’entreprises individuelles, sans embauche de salariés.

Le forum de métiers organisé en mars dernier, a été décevant : la fréquentation des jeunes et des familles n’a pas répondu à nos attentes. Pour les mois à venir le conseil territorial de la Chambre de Commerce et d’Industrie aimerait relancer les visites d’entreprises.

Propos recueillis par B.Poiraud


Ecrtit le 14 août 2010

 Dépression

Note de la rédaction : on constate un certain attentisme dans la population castelbriantaise. Comme un syndrome dépressif. Avec les nombreuses suppressions de postes qui s’annoncent encore (4000 à la Sécurité Sociale ?), avec les restrictions de toutes sortes (la rigueur !), il y a repliement sur soi, manque d’appétit entrepreneurial.

Le vide manifeste des rues du centre-ville de Châteaubriant, quels que soient le jour et l’heure, n’incite pas à l’optimisme.

Par ailleurs, ce qui se trame en coulisses n’est pas réjouissant : l’homme « fort » du pays de Châteaubriant   s’ingénie à récupérer tout le travail des autres et, s’il ne le peut pas, à contrer les initiatives des autres, même de ses « amis » de Droite. Au point que, par exemple la réflexion sur la Charte commerciale est en panne dans la Com’Com’   du Castelbriantais (elle va heureusement démarrer rapidement sur Derval et Nozay, avec incitations à la modernisation des commerces et à une meilleure signalisation).

Les « forces vives » de la région castelbriantaises s’étonnent des tensions locales, de la volonté hégémonique de quelques personnages, du manque de concertation, par exemple autour du projet d’aménagement de la Place de la Motte et autour du projet de plateforme de la future gare du TGV.

Et ne parlons pas du SCOT   (schéma de cohérence territoriale) qui s’élaborera sans doute de façon technocratique : tout est fait pour empêcher la réflexion collective. Il ne faut pas s’étonner si, à force de couper des ailes, le Pays Castelbriantais manque d’élan …

BP  


Ecrit le 7 janvier 2015

[[[Téléthon et Team Plastique

Téléthon et Team-Plastique

10 605 € : c’est la somme récoltée à Châ-teaubriant lors de la 28e édition du Téléthon. Un montant en hausse par rapport à 2013 (10 372 €). Sans compter la contribution de nombreuses commu-nes : 7154 € à Nozay, 1760 € à St Vincent des Landes, 1658 € à Rougé, 1600 € à Treffieux, 3300 € à Issé, etc.

92 859,60 euros ont été récoltés pour l’AFM Téléthon : sur mer comme à terre, la société Team Plastique a offert de la visibilité à l’association en mettant gracieusement à disposition de l’espace pour apposer les couleurs de l’AFM sur le bateau d’ Alessandro Di Benedetto lors de la Route du Rhum-Destination Guade-loupe 2014 (Le navigateur a fini à une très belle 6è place dans sa catégorie)

"Ce soutien de Team Plastique et des partenaires est à l’image des combats de l’AFM Téléthon : ensemble on peut soule-ver des montagnes, et c’est grâce à tous si on voit de belles avancées théra- peutiques » a dit le délégué Michel Demé


Ecrit le 21 octobre 2015

 Formation massage cardiaque

Une heure pour sauver des vies

Massage cardiaque chez Team-Plastiques

A l’initiative   de la Jeune Chambre Economique, une formation ’’massage cardiaque’’ a eu lieu le 16 octobre 2015 dans trois lycées de la région de Châteaubriant et dans une dizaine d’entreprises dont Team-Plastiques (photo). A l’aide d’un montage vidéo très bien fait, et de mannequins d’entraîne-ment, les personnes ont appris à diagnostiquer l’état de conscience ou d’inconscience, et la non-respiration, à poser les électrodes du défibrillateur et à suivre ses instructions, à pratiquer un massage cardiaque avec le bon rythme.