Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Santé, questions générales > Sexe

Sexe

Ecrit le 22 février 2017

Le 14 février, c’était la St Valentin. La Fédération Française de Cardiologie a envoyé un communiqué rappelant les bienfaits de l’activité sexuelle sur le cœur et livrant ses conseils à l’attention des amoureux cardiaques.

Scientifiques et professionnels de santé s’accordent sur les multiples bienfaits pour la santé d’une activité sexuelle régulière : effets relaxant, antidépresseur, antidouleur, production des « hormones du plaisir » que sont la sérotonine, la dopamine et les endorphines, etc. Ce consensus s’étend également aux bénéfices de l’activité sexuelle sur la santé cardio-vasculaire : un rapport sexuel représente un effort physique d’intensité modérée, comparable à l’énergie dépensée pour monter deux étages à bonne allure. Il participe en outre à l’élimination de toxines, augmente le rythme cardiaque, active la circulation sanguine et muscle le cœur. 

Au-delà de l’activité sexuelle, la relation affective est bénéfique pour la santé…

Contrairement aux idées reçues, les patients atteints de maladies cardio-vasculaires peuvent généralement poursuivre une sexualité régulière et profiter de son effet protecteur sur le cœur.

1 - Le risque d’un événement cardio-vasculaire au cours de l’activité sexuelle est faible et ne doit pas, dans la très grande majorité des cas, conduire à une restriction. Une évaluation personnalisée de ce risque pourra être conduite en cas de besoin.

2 - « L’accident cardio-vasculaire marque un tournant évolutif dans la vie sexuelle d’un patient et a un impact à la fois psychologique (peur de la récidive, maternage du conjoint, etc.) et physique (effet vasodilatateur des traitements, fatigue, etc.). Il est important d’aborder le sujet de la sexualité avec les patients très rapidement pour les rassurer et ajuster de façon individuelle le choix du traitement et la conduite à tenir », commente le Pr Claire Mounier-Vehier.

A retenir : chez les hommes ayant des facteurs de risque (tabac, cholestérol, diabète, hypertension artérielle…), les troubles de l’érection peuvent être le signe précurseur d’une maladie cardio-vasculaire.

Les anxiolytiques, somnifères, antidépresseurs aggravent les troubles de l’érection et la libido, une apnée du sommeil, est une cause fréquente de troubles de l’érection. En cas de symptômes pendant l’activité sexuelle (exemple : essoufflement, palpitations, douleur thoracique…), comme pour toute activité physique, consultez rapidement votre médecin.