Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Entreprises > Entreprises diverses > Métalogik : SRVU, fidéliser le personnel

Métalogik : SRVU, fidéliser le personnel

Ecrit le 20 février 2008

 SRVU : fidéliser le personnel

SRVU (Société de Réparation de Véhicules Utilitaires) : l’entreprise créée par Paul Galisson, et dirigée ensuite par Michel Caillez, a été reprise par Rachid Ben Haddou en 2006. Sur la zone industrielle du Bignon, à Erbray, elle emploie 26 salariés permanents (dont 22 techniciens) et 6 intérimaires à l’année. Elle regroupe 4 activités
– aménagement de poids lourds
– vente directe
– bureau d’études
– chaudronnerie, maintenance

 Poids lourds

A partir d’un châssis standard, la SRVU aménage des camions à la demande, de différentes longueurs, de différentes façons : place des essieux, bras hydraulique, grue, coffres, passerelles, bennes … pour toutes les entreprises de la région, qu’il s’agisse de Saria, Barbazanges, Novembal etc.

SRVU

La SRVU peut réaliser aussi toutes sortes de remorques, bennes alu, caissons inox et même des bétaillères.

C’est un petit « jeu » de « meccano » qui exige des connaissances en mécanique, électricité, hydraulique. Une activité (15-20 % du chiffre d’affaires) très intéressante pour les salariés.

 Vente directe

Eh oui ! Vous avez besoin d’une plaque de métal d’une certaine dimension, d’une certaine épaisseur : allez donc chez SRVU, ils vous feront la découpe. Et si vous avez besoin de refaire certaines petites pièces, allez-y aussi ! Cette activité, qui paraît mineure, représente tout de même 10 % du chiffre d’affaires.

 Bureau d’études

La SRVU peut étudier tous les projets qui lui sont soumis, définir le chiffrage, assurer le suivi de la réalisation et même faire le montage sur le site du client. Il peut s’agir d’ensembles neufs, ou de modification de matériels existants. Un système informatique permet de visualiser le projet en trois dimensions.

M. Ben Haddou (2e à gau

 Chaudronnerie

« Que des projets nouveaux ! » dit R. Ben Haddou. Cela peut aller de la centrale à béton mobile, à la passerelle utilisée par le spectacle Le Puy du Faou, en passant par des escaliers métalliques, grosses trémies ou simples barrières de parc. L’entreprise est équipée de robots modernes et cherche tout le temps des chaudonniers-monteurs capables de travailler l’alu, l’acier et l’inox. « Nous sommes sur un marché bien spécifique. Nous n’avons pas de concurrent à Châteaubriant. L’entreprise est en pleine expansion, nous refusons même des commandes ».

La SRVU forme deux jeunes du Lycée Etienne Lenoir (qui préparent le Bac-Pro) et un jeune préparant un BTS. Elle a une politique de formation : un de ses salariés a un diplôme de formateur, « car il faut bien savoir qu’un salarié qui arrive ici a besoin d’un certain temps pour s’adapter aux réalisations qui sont les nôtres, et lui permettre de devenir autonomes et polyvalent ».

Les salariés travaillent 36 à 39 h, en heures normales. L’embauche se fait à 10 € minimum de l’heure. L’entreprise essaie de fidéliser son personnel : mutuelle, postes intéressants, formation, café gratuit dans la journée, et quelques « tolé-rances » (souplesse) compatibles avec le travail et la sécurité. La SRVU est prête à prendre des salariés non formés s’ils ont des capacités (par exemple : habileté, facilité de voir dans l’espace) et motivation.

 

BP  

 

Une aide du Conseil Général pour extension du bâtiment


 Compétence - capacité

On confond parfois les deux termes. A tort. On peut être compétent et pas capable. Par exemple : une personne peut avoir de grandes compétences en chaudronnerie mais pas capable de travailler en raison de graves problèmes de dos.

On peut être aussi capable et pas compétent : par exemple avoir une grande habileté manuelle mais ne pas savoir lire le plan de l’objet à réaliser.

Le mieux c’est d’être capable ET compétent …. C’est le but de la formation. Un certain nombre de chefs d’entreprise sont prêts à embaucher du personnel non qualifié et à le former. Se renseigner auprès des entreprises, mais aussi au GRETA   (02 40 81 08 59) et au CNAM (à la Maison de l’Emploi).

Ouvrier : c’est pas payé !
Santé : la double peine des ouvriers
En refusant les métiers manuels les jeunes manifestent leur désir de vivre bien. Peut-on le leur reprocher ??

Une aide du Conseil Général pour extension du bâtiment de SRVU