Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 12 avril 2017

Mée-disances du 12 avril 2017

Ecrit le 12 avril 2017

 Immunité ouvrière

Le Monde du 05/04 : Lors du premier débat qui avait réuni les cinq « principaux » candidats sur TF1 le 20 mars, Mélenchon avait été le seul à moquer les « pudeurs de gazelle » des journalistes qui venaient d’évoquer, sans plus de précision, le « climat des affaires ».

« Ici, il n’y a que deux personnes qui sont concernées : M. Fillon et Mme Le Pen. Nous n’avons rien à voir avec tout ça. Alors, s’il vous plaît, ne nous mettez pas dans le même sac », avait-il souligné.

Le deuxième débat élargi aux onze candidats aura au moins permis d’entendre des mots nettement plus clairs à ce sujet. Philippe Poutou le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste a marqué d’emblée sa différence : « Je suis ouvrier à l’usine Ford, à Bordeaux. A part Nathalie Arthaud [candidate de Lutte ouvrière], je crois que je suis le seul à avoir un travail normal ». Lorsque fut abordée la question de « l’exemplarité en politique », ce « petit » candidat en polo a rhabillé pour l’hiver certains de ses adversaires : « Depuis janvier, c’est le régal. Fillon, que des histoires. Plus on fouille et plus on sent la corruption et la triche. (…) On a aussi Marine Le Pen, pareil, on pique dans les caisses publiques et le FN  , qui est antisystème, ne s’emmerde pas car se protège grâce à l’immunité parlementaire, donc peinard. »

Marine Le Pen et François Fillon – ce dernier marmonnant « Je vais vous foutre un procès, vous » – ont tenté de l’interrompre. Mais le candidat du NPA a poursuivi sur sa lancée : « Nous, quand on est convoqué par la police, on n’a pas d’immunité ouvrière. » Pour la présidente du FN  , qui use de son immunité parlementaire pour refuser de se rendre à toute convocation policière ou judiciaire, le coup était rude : d’un côté, les affaires et surtout, la remise en cause d’une candidate qui se veut la porte-parole des « oubliés ».

Mme Arthaud a pris le relais, en s’en prenant au candidat de la droite. « Quand on est élu, on a plus de devoirs que les autres et on ne devrait pas avoir tous ces privilèges et ces passe-droits, a-t-elle souligné. Quand on entend M. Fillon s’en prendre aux privilèges des cheminots quand lui-même s’accorde des… on va dire des largesses, ça choque. [...]. Quand on est travailleur, qu’on est ouvrier, qu’on est au chômage, des comptes, on en rend tous les jours. […] « Vous avez admis des erreurs, mais pour moins que ça, les gens sont mis à la porte », a-t-elle conclu en s’adressant directement à M. Fillon.

Ces quelques rappels à la réalité n’ont pas suffi à déstabiliser l’ancien premier ministre. Après une brève relance de l’une des journalistes, le candidat LR a opposé une fin de non-recevoir : « Je refuse de répondre aux journalistes qui, pendant deux mois et demi, ont fait mon procès. On a voulu me faire taire, on a voulu m’éliminer, je suis toujours là, personne ne viendra m’intimider. Ce sont les Français qui porteront un jugement dans un peu moins de trois semaines. »

65 % : C’est la proportion de Français estimant que « l’honnêteté, la probité » sont les qualités les plus ­importantes pour un président de la République. Selon l’enquête Ipsos réalisé les 30 et 31 mars, cette appréciation varie en fonction des préférences partisanes. Elle est partagée par 86 % des personnes interrogées qui ont l’intention de voter au premier tour pour Benoît Hamon et 83 % de ceux qui pensent voter pour Jean-Luc Mélenchon. Mais seulement par 19 % de ceux qui ont l’intention de voter en faveur de M. Fillon.

 Concert de casseroles

Le Figaro du 03/04 : Samedi, une quinzaine de personnes ont découvert dans leur boîte aux lettres une amende de 68 euros pour « émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou la santé de l’homme ». En cause : leur participation à un concert de casseroles devant une salle d’un meeting de soutien à François Fillon, le 21 mars à Calais.

« Devant la salle du Minck, arrivés une demi-heure avant Luc Chatel et Xavier Bertrand, nous étions une petite trentaine de citoyens, sans aucune banderole ni revendication partisane », tapant avec des ustensiles de cuisine sur des casseroles, raconte Jérôme Baude, l’un des participant, par ailleurs délégué syndical Sud à la mairie de Calais. Le groupe souhaitait dénoncer les « affaires » dans lesquelles le candidat François Fillon est empêtré depuis plusieurs semaines.

À l’intérieur, entre 300 et 400 personnes, dont la maire de Calais LR Natacha Bouchart, assistent à la réunion publique. « À un moment, on a vu arriver la Brigade anticriminalité (BAC), la police nationale, la police municipale, ils étaient 50, pour nous qui étions 30 », poursuit Jérôme Baude. « Ils nous ont demandé nos cartes d’identité et nos adresses. »

La préfecture du Pas-de-Calais a confirmé indirectement l’existence de ces procès-verbaux, indiquant que les amendes étaient « liées à des infractions du code de la santé publique », tout en soulignant qu’elles n’étaient pas administratives. De pareilles scènes se multiplient autour de la campagne de François Fillon et ces verbalisations seraient une première.

 Mowgli girl

LeFigaro.fr du 07/04 : Une petite fille, âgée d’une dizaine d’années, a été découverte en janvier à l’état quasi sauvage dans une réserve naturelle à Bahraich, dans le nord de l’Inde. Elle a été retrouvée complètement nue par un officier qui patrouillait non loin de la réserve. Elle semblait vivre avec un groupe de singes qui l’avaient recueillie.

« Elle était terrifiée de nous voir. Les singes m’ont attaqué en voyant que je tentais d’emmener la petite. Elle présentait de grosses blessures au niveau des jambes et des avant-bras », a témoigné le policier. Incapable de parler et de marcher correctement, la jeune fille, au corps émacié, a été transportée à l’hôpital. Selon le directeur de l’établissement, elle se comportait « comme un animal. Elle se déplace à quatre pattes et mange à même le sol avec sa bouche ». La fillette a vécu en compagnie des singes, et semble avoir copié leur comportement.

Après avoir reçu des soins, la fillette a commencé à adopter des comportements humains : elle a marché sur ses deux jambes et a progressivement mangé avec ses mains, même si elle préfère encore se nourrir directement par terre. « Elle n’est toujours pas en mesure de parler, mais elle comprend ce qu’on lui dit et nous sourit parfois », a indiqué le docteur Singh.

Pour l’heure, les enquêteurs épluchent les registres des enfants disparus ces dernières années, et optent pour un abandon de la fillette par ses parents. En attendant, elle a été placée dans une institution.

 une cagnotte pour Fillon

L’Obs du 03/04 : François Fillon serait donc à plaindre ? Alors que le journaliste de BFMTV et RMC l’interroge sur sa capacité à mettre de l’argent de côté, le candidat des Républicains confie ne pas y parvenir. Pourtant, selon sa déclaration de situation patrimoniale, il a touché, en 2016, 22.900 euros de revenus mensuels en moyenne. [En 2014, selon les données de l’Insee, le salaire moyen des Français était de 20.670 euros net par an] . En outre, le candidat a déclaré détenir une dizaine de comptes épargne sur sa déclaration à la Haute autorité.

Le Gorafi (site internet parodique) s’est ému de cette nouvelle et a créé une cagnotte pour « soutenir François Fillon dans cette mauvaise passe [...] et assurer un avenir décent au candidat. » 358,92 euros ont été récoltés en fin d’après-midi. Les dons seront reversés à de « vraies associations ». « Nous avons du mal à joindre le Crédit Agricole de Sablé. Nous transmettrons donc tous les dons à l’issue de la collecte à des associations locales d’entraide de la Sarthe », explique le site.