Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > Diverses communes > A Rougé, les esprits sont chauffés à blanc

A Rougé, les esprits sont chauffés à blanc

Ecrit le 5 avril 2017

Chouette ambiance dans le bourg de Rougé ! Les acteurs, Jeannette Boisseau maire et Didier Métayer, adjoint, sont amis de longue date. Mais, en juillet 2015, une manif agricole FNSEA se déroule devant le Centre Leclerc de Châteaubriant, avec, comme d’hab’, versement de rebuts agricoles divers et (a)variés.

Un élu de Châteaubriant s’en est-il plaint à Mme le Maire ? Quoi qu’il en soit celle-ci fait des reproches à Didier Métayer, actif et habituel manifestant. C’est le début de la fin des bonnes relations. Mme le Maire, désormais, n’adresse plus la parole à son adjoint.

 Abrogation

Et puis arrive la fête de l’agriculture à Rougé, les 27-28 août 2016. Deux mascottes font la promotion de cette fête, elles s’appellent JA.net et Jambonneau. Crime de lèse-maire dit Jeannette Boisseau, oubliant que les dites mascottes portent ces petits-noms depuis 6-7 ans maintenant. Bref, ça va mal. Les choses mijotent et le 1er février 2017 Mme la Maire annonce à son adjoint l’abrogation de ses délégations.

16 mars 2017, le Conseil Municipal de Rougé est appelé à se prononcer sur le maintien, pour M. Métayer, de sa fonction d’adjoint. La veille du conseil, M Métayer dépose un courrier chez tous les conseillers pour exprimer son point de vue et interroge les élus sur le contexte plus global de gestion de la commune où on note le départ précipité de la secrétaire générale en 2015 et les arrêts de travail de deux agents administratifs depuis quatre mois, ces agents ayant fait un signalement à la médecine préventive. M Métayer demande enfin si cette méthode est conforme au slogan de campagne de la majorité « s’unir pour continuer et avancer ».

Ce soir-là, pour la première fois depuis le début du mandat, une douzaine de personnes assistent au conseil. La tension est palpable, les regards fuyants, un isoloir a été installé dans la salle. La question du maintien est la dernière à l’ordre du jour, les autres délibérations sont donc expédiées comme un compte à rebours fatal. Point numéro 8, Mme le Maire prend son air le plus grave.

Elle rappelle que M. METAYER n’occupe plus à ce jour de fonction délégable par le maire même s’il conserve encore certaines prérogatives liées à la fonction d’adjoint. Elle explique que l’intérêt général est en cause parce qu’elle a constaté « un défaut d’intégration et de communication avec le bureau municipal, ainsi que des relations compliquées avec certains concitoyens et avec le personnel communal ».

Elle tient à faire savoir cependant qu’il n’est pas question de nier en ces circonstances toutes les qualités personnelles de Monsieur METAYER ni absolument tout ce qu’il a pu faire pour la commune.

Le débat s’ouvre … et vire à la confrontation entre M Métayer et Mme Boisseau, M Métayer rejetant les accusations et précisant que Mme Boisseau devrait s’appliquer à elle-même les reproches formulés, en particulier sur la question des relations avec les agents de la commune, sachant que deux d’entre eux sont en arrêt.

Au nom des élus minoritaires d’Oser Rougé, Jean-Michel Duclos s’étonne des dissensions au sein de la majorité et déclare :

« Nous, membres de la minorité, allons voter oui au maintien en fonction de l’adjoint Didier Métayer et nous posons une autre question : »Ne doit on pas engager, collectivement, un autre mode de gestion de notre commune ?" Nous refusons l’instrumentalisation du conseil municipal par Mme le Maire pour évincer un adjoint en conflit avec elle pour des différends extra municipaux, au sujet d’une manifestation agricole de juillet 2015 à Châteaubriant et de la fête de l’agriculture à Rougé en août 2016.

Nous n’admettons pas non plus que M Métayer soit le bouc émissaire des problèmes de fonctionnement rencontrés par la commune, problèmes dont la majorité porte collectivement la responsabilité et qui ont provoqué, entre autres, des arrêts de travail depuis l’automne de deux agents administratifs, faisant l’objet d’un signalement à la médecine préventive ».

 Eviction

Avant le vote, Didier Métayer prend une dernière fois la parole déclenchant les applaudissements du public. Réaction alors extrêmement vive de Mme Boisseau qui semble à cet instant perdre pied, elle menace de suspendre la séance puis se reprenant fait évacuer non sans difficulté, le public. Dans un silence de plomb, chacun passe dans l’isoloir, puis tombe le verdict : pour le maintien, oui 5 voix, non 12 voix, blanc 2 voix, M Métayer n’est plus adjoint.

CM-Rougé

Photo : Le Conseil Municipal de Rougé, sans D.Métayer

 Contestation

Conseil Municipal à Rougé le 30 mars. Pas de public et M Métayer est absent (non excusé). Le nombre d’adjoints reste fixé à quatre, Mme Boisseau propose M Didier Souchu et demande s’il y a d’autres candidats. Jean-Michel Duclos fait part de sa candidature et déclare :

"Pourquoi faire acte de candidature quand bien même nous ne nous faisons pas d’illusion sur l’issue de ce scrutin ?

 - D’abord pour vous rappeler qu’en nous présentant en 2014, nous étions prêts à assumer les responsabilités et qu’aujourd’hui, dans la situation chaotique que traverse la commune, cette détermination est présente et intacte.

 - Ensuite, parce que nous sommes déçus par la gouvernance de la commune et par le rôle que l’on donne aux élus et je peux le préciser à travers un exemple : le travail de la commission travaux au sujet du presbytère. Il a manqué un état des lieux précis quand on constate les imprévus dans les travaux et cela rejoint la demande que l’on a plusieurs fois formulée sur l’état des lieux des biens de la commune.

La commission a été trop peu associée à l’élaboration et au suivi du projet et ce type de projet doit en même temps participer à la formation des élus, sur le plan réglementaire, sur le plan financier, sur le plan des contraintes techniques.

Je pourrais multiplier les exemples sur la zone des Vallées, la cantine, etc ...

- Enfin parce que nous pensons que nos propositions sont toujours d’actualité, là encore à travers un exemple : les services de santé. A chaque fois que l’on remet ce sujet en avant, il est repoussé alors même que l’on réalise des travaux pour accueillir des professionnelles de santé, que l’on sait que le centre social aurait lui aussi besoin de rénovation et qu’il faut s’adapter aux normes d’accessibilité et que l’on peut être inquiet sur la présence de médecins généralistes à Rougé dans quelques années. Sans à tout prix parler d’infrastructures, il y a là un sujet qui mérite une réflexion globale et partagée.

C’est pour défendre ces convictions que je fais acte de candidature."

M Souchu est élu par 14 voix contre 4 pour Jean-Michel Duclos, les délégations seront redistribuées entre les adjoints lors du prochain conseil.

 Le bouc

Sur d’autres sujets pendant la séance, quand des remarques négatives sont formulées, sur des retards de travaux par exemple, Mme Boisseau n’oublie pas de rappeler que ces questions étaient souvent sous la responsabilité de M Métayer, le bouc émissaire est bien là.

Dernière nouvelle relatée dans l’article de « Jeannette » dans Ouest-France du vendredi 31 : « suite à des propos tenus et des faits survenus au conseil du 16 mars, un procès-verbal d’information judiciaire a été établi près de la gendarmerie et a été transmis au procureur de la République avec jonction du document que M Métayer a distribué aux élus et aux agents municipaux. »

Il va vraiment falloir réaliser une Castel-Bastille à Châteaubriant : elle devrait bientôt avoir son premier pensionnaire !
À suivre !

Signé : BP