Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCCD 2017 > PCAET : logement et habitants

PCAET : logement et habitants

  Sommaire  

Ecrit le 10 mai 2017

Le SCOT   (Schéma de Cohérence Territoriale) et le PCAET (Plan Climat Air Energie Territoire), sont en cours d’élaboration. Un cabinet d’études a été recruté : c’est aux élus qu’il présente ses premières conclusions. Heureusement, un site internet très bien fait, offre la possibilité de consulter les documents. Voir le PCAET

La Meilleraye

Le 4 mai dernier a été présentée l’étude sur les habitants et le logement. Un couple de personnes âgées, dans un bourg vieillot, en face d’une maison abandonnée … cette photo de La Meilleraye n’est pas très engageante ! Mais elle correspond à une réalité. Eh ! Monsieur le Maire, bougez-vous un peu pour donner une meilleure image !

Il y 42 124 habitants sur le territoire en 2014, avec une ville-centre Châteaubriant, et trois petites villes : Derval, Erbray, Rougé. Les 22 autres communes comptent moins de 2000 habitants.

Le territoire est nettement coupé en deux en ce qui concerne la croissance démographique. Cela est dû à un solde naturel faible (mais en augmentation depuis 1999) et surtout à un faible solde des arrivées-départs.

Territoire coupé en deux

Le cabinet conclut :

« Le territoire attire des ménages de l’extérieur, mais l’évolution démographique de la ville de Châteaubriant est globalement négative ou stable depuis les années 80.

Un déséquilibre est en train de se créer entre l’importance de la ville et son poids démographique.

Un territoire globalement séparé en deux dynamiques différenciées :
un déséquilibre nord-est/sud-ouest se dessine au sein du territoire qui pourrait avoir des répercussions sur son fonctionnement ».

En 2013, 2 900 personnes habitaient dans une commune différente l’année précédente,
186 venant d’Ille et Vilaine
88 venant de Mayenne
107 venant du Maine et Loire
901 venant de la Loire-Atlantique.
Le reste correspondant à des mutations internes dans le territoire.

« Alors que le territoire est à mi-chemin entre les métropoles de Rennes et Nantes et frontalier avec trois autres départements, les nouveaux arrivants viennent massivement de la Loire Atlantique ». On constate des arrivées de populations extérieures à Derval, Jans, Marsac sur Don, Châteaubriant, Moisdon, Meilleraye, Petit-Auverné. Mais on constate aussi une importante émigration de Castelbriantais vers des communes voisines. Ce serait intéressant de savoir pourquoi.

Il y aurait sûrement des actions à mener pour faire connaître nos atouts vers Rennes / Laval / Angers. Mais aussi Redon / Ancenis / Janzé / Vitré / Bain de Bretagne / Segré / Château-Gontier. Notre politique de splendide isolement a des effets négatifs.

 Classes d’âge

La répartition par classes d’âge est particulièrement intéressante :

0-14 ans , une bonne proportion sur le territoire (20,8%), mieux qu’en France (18,5%), dans 11 communes sur 26 : Jans, Marsac sur Don, Mouais, Meilleraye, Louisfert, mais aussi Derval, Erbray,Ruffigné, St Aubin, Grand Auverné, Noyal s/B

15-29 ans : là le déficit est net :
14,8 % sur le territoire
18,0 % en moyenne France.

30-74 ans : on retrouve la coupure du territoire :
- Sud-Ouest globalement plus jeune
- Nord-Est globalement plus âgé.
Cette coupure n’étant pas automatiquement liée à la présence de maisons de retraite.

75 ans et plus : sans surprise on note une proportion importante là où il y a des maisons de retraite : Châteaubriant, St Julien, Moisdon, St Vincent, Rougé, Issé, Derval. Mais aussi à Soulvache et la Chapelle Glain.

Le cabinet conclut : « la question de l’équilibre sud-ouest / nord-est et des besoins en équipements associés aux classes d’âges sera un enjeu fort du SCOT  . A l’image des enjeux nationaux, l’anticipation du vieillissement de la population devra également faire l’objet d’une attention particulière ». Si le cabinet avait étudié la question des moyens de déplacement, il aurait renforcé son analyse.

Force est de constater que la Com’Com’   du Castelbriantais n’a pas fait beaucoup d’efforts en ce domaine. La question de l’accès aux soins, et aux services devra être particulièrement étudiée.

L’étude concernant les revenus est trop sommaire. Le cabinet note que : « les ménages les plus aisés sont en première couronne de Châteaubriant [notamment Erbray] et le long de la N137 [du côté de Derval] ». Dans ce domaine les moyennes ne veulent pas dire quand chose.

 Logement

86,0% de résidences principales
3,9% de résidences secondaires
10,1% de logements vacants.

Faible proportion de petits logements : 25,5% de 3 pièces ou moins
Faible proportion de logements HLM : (7,6%), sauf à Châteaubriant
Faible proportion d’appartements (12,3%), sauf à Châteaubriant.

« Une offre diversifiée de logements permet à la fois de répondre aux besoins des nouveaux habitants mais aussi d’anticiper les besoins à venir ». dit encore le cabinet.

La forte proportion de logements vacants pose la question de l’adéquation du parc existant avec la demande d’une part et des leviers à mettre en place pour résorber ces logements vacants d’autre part :

« Généralement situés dans les centralités à proximité des équipements et services, ces logements sont une opportunité de conforter l’habitat au cœur des bourgs ». dit le cabinet.

Le prix du bâti, au mètre-carré, est très abordable dans notre région. Mais ce n’est pas le seul critère à prendre en compte : les ménages devront de plus en plus intégrer le coût des transports et de l’énergie. Le futur SCOT   devra donc étudier soigneusement l’emplacement des zones d’habitat et des entreprises (pour favoriser les déplacements domicile-travail) et s’intéresser de près aux questions de mobilité.

Suggérons une action concertée au niveau des 26 communes du territoire, pour reprendre des logements vacants, aménager des appartements notamment pour les jeunes, célibataires ou non, et aussi aménager des lieux d’accueil (permanences médicales et sociales, lieux de rencontres   et d’animations intergénérationnels) pour donner envie de venir vivre sur notre territoire.