Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCRN - Com Com de Nozay > CCRN - 2016-2017 > Nozay s’engage dans un projet partagé

Nozay s’engage dans un projet partagé

Ecrit le 7 juin 2017

Depuis l’automne 2016, les élus de la CCRN   (Com’Com’   de la Région de Nozay) travaillent à l’élaboration d’un projet de territoire. A la suite d’un appel à projets de l’Etat dénommé Atelier des territoires (sur le thème : « mieux vivre ensemble en péri-urbain ») la CCRN   bénéficie d’un accompagnement renforcé.

En complément, et parce que les élus sont convaincus qu’il n’est possible de construire un projet du territoire que s’il est porté par tous, la CCRN   a voulu enrichir la démarche et donner la parole aux habitants. Un questionnaire a été adressé à tous, en ligne et format papier. Il a recueilli 280 réponses.

Des temps d’échanges avec la population ont été organisés notamment sur le marché et aux portes du Super U, une centaine de personnes ont répondu. Une réunion publique de restitution des réponses a eu lieu le 1er juin. Un « atelier citoyen » a été constitué par tirage au sort dans les sept communes, il se réunira le 14 juin.

Mais que veulent-ils ?

64 % : accueillir de nouvelles entreprises et créer de l’emploi.
25 % : développer des points de vente directe alimentaires
14 % : créer de nouvelles zones d’activité destinées aux artisans .

(chaque personne pouvait faire plusieurs réponses). Les élus ont répondu qu’ils ont, dans un passé récent, créé des zones artisanales de proximité mais que, du fait de la crise, ces zones ne sont pas remplies ! Mais ils notent depuis un an un frémissement en matière économique.

Pour les habitants, la CCRN  , qui est désormais l’intercommunalité la plus petite de la Région, doit se rapprocher des intercommunalités voisines. Il n’a pas été question de celle de Châteaubriant-Derval, mais plutôt de Blain et Erdre-et-Gesvres. Objectif : pouvoir peser par rapport à Nantes et Rennes.

Les habitants souhaitent faire de la zone de l’Oseraye la vitrine économique du territoire (23 ha vont été viabilisés en septembre), en accueillant toutes les entreprises quelle que soit leur activité. Les élus ont cependant précisé qu’ils allaient être vigilants sur le ratio : mètres-carrés/emploi « car il peut y avoir des entreprises achetant beaucoup de surface en ne créant qu’un-deux emplois ».

La CCRN   se doit de structurer et animer le réseau économique, de valoriser les savoir-faire présents sur le territoire avec notamment des animations régulières entre entrepreneurs, réflexion sur un vilage d’artisans, sur le commerce ambulant et sur la dynamisation des marchés locaux. « Il nous faut offrir un maximum de services à la population » a dit Jean-Claude Provost.

Les élus ont affirmé fortement leur volonté de développer les circuits courts et de proximité, avec, à l’horizon 2030, 50% d’approvisionnement local majoritairement bio notamment en restauration collective.

Les élus souhaitent donc développer le nombre d’exploitations agricoles, « quitte à aller chercher des candidats à l’extérieur ». Ils comptent sur leur site internet et notamment sur le portail économique pour mettre en évidence les atouts du territoire.

 Accueil des habitants

Pour Marie-Chantal Gautier, ce qui attire ici c’est le prix du foncier et le montant des impôts locaux. « il nous faut inciter à la création de locatifs en maisons individuelles, avec des loyers peu élevés, pour les jeunes, comme pour les personnes âgées, réaliser un programme emblématique décliné sur toutes les communes ».

Les élus affirment le rôle important des centres-bourgs, pour économiser des terres agricoles. « Mais il nous faut créer les conditions d’une vie locale pour que nous ne devenions pas des communes dortoirs ».

 Mobilité

« La question de la mobilité est un sujet majeur » a dit Thierry Roger. 60 % des personnes ayant répondu n’ont pas de difficulté pour se déplacer. [mais qu’en est-il des autres ?]. 23 % souhaitent des transports en commun vers Nantes, 23 % souhaitent un réseau cyclable, 18 % souhaitent des liaisons entre les communes du territoire, 16 % souhaitent des navettes vers le Tram-Train [Ndlr : ces navettes ont existé, mais il n’y avait personne !]. « Il nous faudra structurer l’offre existante et proposer des solutions complémentaires, auto-partage ou autres ».

La question de la transition numérique se pose aussi : la fibre optique arrive à Nozay, « il nous faut développer le Télé-Travail, lutter contre la fracture numérique et les zones d’ombre ».

 Un territoire solidaire et de partage

Les habitants plébiscitent à 85 % l’offre en équipements sportifs, culturels et de loisirs. Et à 60 % les équipements et animations en direction des enfants et des jeunes.

La culture est perçue comme un facteur de qualité de vie : elle contribue au vivre-ensemble en mêlant les publics. « Il faut briser l’entre-soi en partant à la conquête de nouveaux publics » a dit Jean-Claude Raux rapelant que les médiathèques du territoire proposent les livres gratuitement aux moins de 20 ans,

Les élus souhaitent poursuivre la politique de diffusion des spectacles et l’accueil de « Résidences » (Théâtre, Photo, Contes, etc) en favorisant le maillage du territoire « mais il y a encore des gens qui n’osent pas aller au spectacle ».

Les sports de loisir, santé, nature, en dehors de tout esprit de compétition peuvent encore être développés. Sur les plans d’eau, les élus souhaitent proposer des activités variées, avec des circuits de randonnée. « Les sports mutualisés » seront plus particulièrement aidés : escalade, tennis de table, BMX, gymnastique, les autres sports restant gérés par les communes et leurs clubs.

Bien entendu la population et les élus sont attachés à la valorisation du patrimoine bâti, immatériel, historique et naturel, préserver le paysage de bocages et d’étangs, « protéger la ressource en eau, préserver la bio-diversité, réduire les déchets, la pollution, les dépenses d’énergie, et devenir, d’ici 2030, un territoire à énergie positive » a dit Claire Théveniau.

 Vivre ensemble

La CCRN   souhaite mener une politique au service de tous les publics, « y compris les jeunes, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap » comme a dit Thierry Roger, en apportant une réponse collective à la demande de services et de loisirs de la nouvelle population urbaine arrivant sur le territoire tout comme aux besoins de la population vieillissante. Avec toujours un maillage pertinent et équilibré du territoire et une démarche de mutualisation.

 Discussions

La discussion s’est faite de façon sereine, en écoutant tout le monde, sans renvoyer dans les cordes les habitants arrivés depuis peu et ceux venant de communes extérieures. Viviane Lopez, conseillère régionale, apporte son appui pour faire remonter préoccupations et projets vers la Région.

Un habitant a parlé du TAFTA (Traité Transatlantique) qui, dit-il, portera préjudice aux PME et il a proposé que la CCRN   refuse de faire partie du périmètre du TAFTA. Voir à ce sujet un dossier de La Gazette des Communes.

Un autre habitant s’est inquiété des projets Variscan et a dressé un tableau apocalyptique des explorations minières sur le territoire. Jean-Pierre Possoz lui a répondu que, pour l’instant, il s’agissait d’un permis de recherche , mais pas d’un permis de forage ou d’exploitation.

Une habitante s’est inquiétée des besoins des personnes âgées restant à domicile.

Bref, l’atelier citoyen va avoir du travail !