Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Grappillages et Mée-disances > Mée-disances du 28 juin 2017

Mée-disances du 28 juin 2017

Ecrit le 28 juin 2017

 Explosion à la CAF

Le Figaro du 20/06 : Julien Orlandini, directeur adjoint de la Caisse nationale des allocations familiales, précise « Nous avons eu une très forte augmentation de notre charge de travail et en particulier sur le téléphone. Nous avions anticipé par le renforcement des équipes des plateformes téléphoniques mais cela n’a pas été suffisant ».

Julien Orlani rappelle que « le premier trimestre 2016 s’est traduit par une augmentation des appels de plus de 35% par rapport à la même période de l’année précédente. Nos salariés répondent en moyenne à 100 appels par jour. Le temps d’attente pour accéder à nos services téléphonique est d’en moyenne de 2 minutes 45 secondes. »

Par ailleurs, d’autres objectifs ont été atteints, souligne la CAF. Ainsi, 94,5% des visites à l’accueil ont été prises en charge en moins de 20 minutes l’an passé. Et 92 % des dossiers de minima sociaux ont été traités en moins de dix jours, malgré la mise en place de la nouvelle prime d’activité.

 Journée de la jupe

France-Bleu 21/06 - Six conducteurs CFDT de la SEMITAN (Transports en commun, Nantes) sont venus au travail en jupe. Ils réclament le droit de conduire leur bus en bermuda quand le mercure dépasse les 30 degrés. La direction refuse. "En période caniculaire, nous atteignons des températures proches de 50 degrés derrière nos pare-brises.

Et comme nous n’avons pas de climatisation dans nos bus, c’est insupportable. Il y a là une forme de discrimination. Les conductrices peuvent mettre une jupe. Pas les hommes" précise Gabriel Magner responsable CFDT à la SEMITAN.

 Eiffel x 6

France-Bleu du 21/06 : Plus de 60.000 tonnes de déchets ont été abandonnées en France en 2016, selon l’association « Gestes propres - Vacances propres ». Des dépôts sauvages qui représentent six fois le poids de la tour Eiffel. Les deux tiers des déchets seraient laissés au bord des routes, près de 20.000 T dans ou près des cours d’eau, et le reste sur les plages ou à la montagne.

« Le constat est sans équivoque : il est urgent d’agir collectivement partout », souligne l’association, qui veut promouvoir trois réflexes : jeter dans la poubelle, mais aussi trier les emballages recyclables et ramasser les déchets abandonnés.

 Bêtes noires

Journal de l’environnement du 20/06 : Des associations pour le bien-être animal ont organisé un trophée des publicités les plus mensongères, avec l’aide d’artistes et d’humoristes. Cinq catégories ont été définies : mauvais goût, packaging trompeur, alibi santé, victime consentante, illusion de l’élevage heureux et animal effacé. Par exemple Interbev –l’interprofession pour la viande- écope du trophée du ‘mauvais goût’, pour son « offre pédagogique » à destination des écoles, « qui en plus de se substituer aux professionnels de l’éducation explique qu’une protéine est forcément animale ! ». Une mention particulière a été attribuée à la publicité suivante :

 Effet de serre

De l’Huma du 21/06 : Les Echos d’hier nous apprennent que la Chine a importé en 2016 quelque 83,2 millions de tonnes de soja alors qu’elle en avait importé 27,7 millions de tonnes en 2006 et 11,3 millions de tonnes en 2002. Le même journal précise que « plus de 80% des importations de soja dans le pays seraient avalés par les bovins, porcs et autres animaux d’élevage » pour répondre à la demande en viande.

Or, plus on importe du soja du continent sud américain, plus l’extension de sa culture au Brésil, en Argentine et ailleurs fait reculer les superficies consacrées à la forêt et aux prairies. Ces zones boisées ou enherbées étaient des puits de carbone. Elles deviennent progressivement de gros émetteurs de gaz à effet de serre via les labours, les apports d’engrais et les émissions de méthane imputables aux ruminants nourris à l’auge avec du grain.

NDLR : en attendant, il fait trop chaud !

 La tombe avec les dents

De l’Huma du 21/06 : La lutte contre le réchauffement climatique passe aussi par une modification du contenu de notre assiette dans les pays développés et émergents avec moins de protéines animales et davantage de protéines végétales que donnent les haricots, les lentilles, les pois, les fèves, le soja. Mais en ce début d’été caniculaire, les couloirs du métro parisien affichent trois publicités du groupe Charal invitant à manger plus de viande.

Pendant ce temps, un gigantesque incendie ravage le Portugal depuis plusieurs jours et, la sécheresse aidant, le pin maritime comme l’eucalyptus sont des essences nourrissant le feu comme de l’essence. Enfin, une étude de la revue Nature Climate Change explique que la mortalité des humains imputable aux périodes de canicule va croître dans les prochaines décennies.

Ndlr : Les humains creusent leur tombe avec leurs dents !

 Mélenchon : le mépris

Après avoir contribué, pendant 5 ans, à déstabiliser Fr. Hollande, JL. Mélenchon s’apprête à en faire autant pendant les 5 ans à venir. De l’Obs du 21/06 : « Le chef autoproclamé de La France insoumise n’a peur de rien, ni de personne. La médaille de Cédric Villani, obtenue pour ses travaux sur la physique statistique et la géométrie riemannienne, ne l’impressionne pas. Aux yeux de Mélenchon, ce professeur Tournesol de Villani ne connaît rien à la vie : « J’ai vu le matheux, là. Je vais lui expliquer ce qu’est un contrat de travail, il va tomber par terre, parce qu’il le sait pas. Il sait pas que la journée de 8 heures c’est 100 ans de lutte ! Le gars, il croit que ça a toujours été comme ça ! » »

Passons sur le caractère insultant et stupide de cette saillie à laquelle Villani a répondu, avec humour : « Directeur de l’Institut Henri-Poincaré, j’en ai vu des contrats de travail... mais c’est toujours un plaisir de recevoir des cours particuliers ! ».

Le plus intéressant, c’est évidemment la pulsion de Mélenchon : s’en prendre d’abord à un mathématicien de haut vol. Au nom de quoi ? Au nom du peuple, qui trime, lui. Pas comme ces beaux esprits qui se contentent de phosphorer dans les amphis ou les labos. (…) Jean-Luc Mélenchon et ses adorateurs se plaisent à réduire les individus à leurs classes sociales ou à leurs catégories socio-professionnelles. Un savant devient un « matheux », les journalistes qui s’emparent de cette affaire révélatrice ne sont que des « journaleux »...

On mesure par là la tolérance qui caractérise le maître-à-penser des « insoumis ».

NDLR : on ne sait pas si les universitaires qui soutiennent Melenchon apprécient ce mépris ...