Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > CCCD 2017 > PCAET et SCOT : les surfaces commerciales

PCAET et SCOT : les surfaces commerciales

Ecrit le 5 juillet 2017

Poursuivant l’étude du PCAET (Plan Climat Air Energie Territoire), voilà les résultats de l’étude concernant les surfaces commerciales dans le territoire de Châteaubriant-Derval.
(GMS = Grandes et Moyennes Surfaces)

14,5 pour 1000 : C’est le nombre de commerces alimentaires traditionnels pour 1000 habitants pour l’ensemble du territoire SCoT   , soit une densité plutôt faible et qui s’explique par des sous-densités en boucherie-charcuterie et en alimentation générale et spécialisée. Avec 0,75 boulangerie-pâtisserie pour 1000 habitants, le territoire apparaît correctement équipé sur l’activité commerciale alimentaire traditionnelle qui résiste le mieux, et s’adapte aux évolutions des modes de consommation (installation de distributeur de pain à Ruffigné par le boulanger de Rougé par exemple).

Le plancher commercial en m2 des grandes et moyennes surfaces (> 300 m2) représente plus de 75 000 m2 (surface existante ou autorisée non réalisée), dont 63 256 m2 concentrés à Châteaubriant soit 84 %. Un plancher commercial qui a augmenté de 15 % depuis 2009 soit + 10 100 m2, soit + 2 % /an .

Sur le plancher commercial du territoire, près de 4150 m2 n’ont pas encore été attribués à une activité commerciale spécifique (CC Rubis près du nouvel Espace Emeraude et Jardiland )

S’ajoutent à ces surfaces 19 268 m2 de friches de grandes et moyennes surfaces (magasins fermés) soit 20,3 % de taux de vacance en GMS. Ces friches concernent notamment le Forum Saint Aubin (5 099 m2), l’ancien Weldom Rte de Saint Aubin (2800 m2), l’ancien magasin Villaverde (3149 m2) et l’ancien magasin Espace Emeraude (4 400 m2). [Ndlr : ce taux de 20,3 % surprend beaucoup les spécialistes].

Avec 8 227 m2, Derval est le second pôle du territoire en termes de surfaces commerciales de plus de 300 m2 .

Le taux de diversité commerciale moyen (c’est-à-dire la part des m2 en équipement de la personne, de la maison et culture-loisirs sur le plancher total) montre la variété de l’offre sur le territoire ou du moins à Châteaubriant (39,8 % à Châteaubriant). Celui-ci a progressé de + 9,8 pts depuis 2009 ( 26,4 %).

La forte croissance des surfaces commerciales depuis 8 ans avec une amélioration de la diversité commerciale mais un excédent important de locaux commerciaux (20.3 % de m2 vacants) peut constituer une opportunité pour imaginer une diversification des espaces de périphérie (vers du loisir par exemple).
Ndlr : cela ne résout pas le problème de la désertification des centres-villes et centres-bourgs .

 La zone d’influence

Le territoire de la Com’Com’   de Châteaubriant-Derval comporte 26 communes. Le nombre de communes composant la zone d’influence globale du territoire est de 47.

La population de la Com’Com’   de Châteaubriant-Derval est de 44 124 habitants. La population 2013 de la zone d’influence est 72 392 soit 1,6 fois la population de la CCCD et 6 fois plus importante que la population de la ville-pôle (Châteaubriant).

La croissance démographique annuelle de la zone d’influence entre 1999 et 2014 est de 1% et s’explique par la croissance descommunes hors CCCD (+1,5%/an contre +0,8%/an sur la CCCD entre 1999 et 2014). Le plancher commercial des GMS sur la zone d’influence a quant à lui progressé de 20,8% depuis 2009 soit 2,6%/an, donc deux fois plus vite que la population.

Hors CCCD, le plancher commercial s’est développé sur la commune de Puceul (Loire-Atlantique), avec une autorisation d’extension en janvier 2017 pour le LISA Agri-Nord 44 pour atteindre une surface de vente de 5299m2, à Nozay avec la création d’un Bricomarché de 3100 m2, et au Grand-Fougeray avec une extension de 705 m ²du supermarché.

Tout cela réduit l’attraction de la CCCD sur les offres de proximité (alimentation, bricolage, jardinage) .

La densité en grandes surfaces alimentaires sur le territoire ScoT   est 5% supérieure à la moyenne nationale [NDLR : mais la concentration à Châteaubriant pose problème]

Avec 637 m2 pour 1000 habitants, il y a une très forte densité en bricolage-jardinage sur la zone d’influence (la moyenne en France est 274/1000), signe d’un bon niveau d’équipement et s’expliquant par la surface importante de LISA (Libres Services Agricoles) sous les enseignes Terrena, AgriNord ou EspaceCana.

263 m2 pour 1000 habitants : là encore il y a une densité élevée en équipement de la maison (la moyenne en France est 158/1000). Néanmoins, sur la CCCD, cette densité inclut plus de 3000 m2 en équipement de la maison autorisés mais non encore réalisés (nouveau centre commercial CCRubis près d’Espace Emeraude et Jardiland à Châteaubriant).L’offre en GMS en équipement de la personne paraît adaptée, tandis qu’elle est un peu en retrait en culture-loisirs.

La forte densité des mètres carrés commerciaux, supérieure à la moyenne nationale, n’a pas été créatrice d’emplois, il y a même eu diminution du nombre d’emplois de 0,1 % en moyenne entre 2008 et 2015. [Cette diminution serait plus forte encore si on prenait en compte la baisse du nombre d’heures travaillées].

 Les projets des communes

20 communes sur 26 ont fait part de projets :

– 13 communes sont concernées par des projets commerciaux dont 4 en situation de reprise ou de transmission du dernier commerce (Erbray, Grand Auverné, Louisfert, Ruffigné). Mais dans ces communes ces projets sont en bonne voie.
– La Meilleraye projette de créer une zone d’activité commerciale en centre-bourg
– 8 communes envisagent la création ou le déplacement de services médicaux ou d’équipements publics,
– 6 communes ont des aménagements urbains en cours ou en projet,
– 8 communes ont des projets de construction d’ateliers artisanaux.
– 7 communes n’ont pas de projet commercial : Fercé, Juigné les Moutiers, Le Petit Auverné, Marsac sur Don, Moisdon la Rivière, Soulvache, et Saint Aubin des Châteaux

La dynamique de confortation des commerces et des services en centralités est à accompagner dans le cadre des équilibres centralité/périphérie. Nous en parlerons à la réunion du 6/07