Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Agriculture > Nourriture > Mais que veulent les producteurs d’ici ?

Mais que veulent les producteurs d’ici ?

Ecrit le 31 mai 2017

Depuis mars 2017, un nouveau bureau a été élu au sein de l’Association des Producteurs d’Ici (l’API). En effet le président élu depuis 2012 avait d’ores et déjà annoncé qu’il souhaitait passer la main, il occupe dorénavant la fonction de trésorier.

Deux co-présidents lui ont succédé, Maxim Hupel, éleveur de poules pondeuses bio à Soudan et Aurélien Orain, paysan boulanger à Châteaubriant. Ces deux jeunes paysans représentent bien la nouvelle génération de producteurs locaux de plus en plus nombreux dans nos campagnes et au sein de l’API.

Plusieurs défis d’envergure attendent ce nouveau bureau qui œuvre pour promouvoir et développer les circuits-courts, tout simplement, car le secteur de la vente directe est en plein essor, la demande augmente de toutes parts et l’offre qui se densifie a besoin de se structurer.

Deux chantiers en particulier demandent actuellement une attention particulière, l’approvisionnement de la Restauration Hors Domicile (RHD) en produits locaux et un projet de magasin de producteurs à Châteaubriant.

 Restauration Hors Domicile

« En ce qui concerne la RHD, un travail énorme a été réalisé par notre salariée Nadège Moriceau, mise à disposition par le Conseil de Développement, ce travail nous permet aujourd’hui de livrer collectivement chaque semaine une dizaine de cantines du secteur. De plus, grâce au travail de prospection et de diagnostic qu’elle a réalisé, de nombreux producteurs ont gagné en visibilité auprès de grandes structures comme le Lycée Moquet-Lenoir ou l’hôpital ». dit un communiqué.

Producteurs d’ici

Seulement cette activité est chronophage et non rentable pour l’association « au point que nous ne pourrons pas garder notre précieuse salariée à la prochaine rentrée. Nous estimons pourtant que ce service, notamment pour les cantines rurales plus éloignées, est d’intérêt public et nous comptons sur une aide logistique et financière importante de la part des collectivités et notamment de la CCCD (Com’Com’   Châteaubriant-Derval) ».

 Magasin

« Pour ce qui est du magasin, certains membres de l’association planchaient sur un projet, mais l’association en tant que telle ne se penche sur la question que depuis l’automne 2016, depuis que la ville de Châteaubriant, par l’intermédiaire de la CCCD, nous a offert une opportunité de local en centre-ville de Châteaubriant ».

« Nous sommes contents que la CCCD ait pensé à nous mais les délais trop courts et les locaux peu adaptés aux ambitions du groupe magasin. Nous ne savons pas encore combien de producteurs seraient intéressés (10 ? 15 ?) et quelle structure adoper. Nous avons donc préféré décliner l’offre et continuer à mûrir le projet avec notamment l’accompagnement du groupe par CAP44 pour définir un cadre stratégique et un scénario de développement. Nous avons collectivement choisi cette structure car elle nous semblait compétente avec un regard nouveau et nous n’avons pas été déçus ».

« Nous travaillons bien sûr aussi avec la Chambre d’Agriculture mais notre autonomie décisionnelle et financière nous est chère. L’association vise aujourd’hui une certaine indépendance et la pluralité de nos membres nous invite à une logique neutralité politique ».

L’association, 40 producteurs environ, continue le marché du samedi et souhaite se placer sur tous les projets, Foire, Salon Cuisine, assemblées générales, etc.