Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Tourisme > Le château des Pères

Le château des Pères

Ecrit le 12 août 2017

L’héliotropisme est l’attirance des populations (actives et/ou retraitées) d’un pays ou d’une région vers une région plus ensoleillée. En France, la population a tendance à se déplacer vers le sud, vers la côte d’Azur pour les personnes âgées et plus largement vers Bordeaux, Lyon, Toulouse, Montpellier, Marseille ou Nice pour les populations actives. [Le réchauffement climatique inversera peut-être la tendance]. En matière touristique c’est aussi souvent le cas. Et si nous montions vers le nord ? C’est ce qu’a proposé l’office de tourisme   le 24 juillet dernier avec deux belles découvertes : le musée Edouard Mahé et le Château des Pères.

La Roche aux Fées

Si vous voulez passer une belle journée, allez donc découvrir le Château des Pères. Quittez Châteaubriant, montez jusqu’à Retiers, cherchez Essé et arrêtez-vous pour pique niquer à La Roche aux Fées. Le monument mégalithique est imposant, un petit film de 8 minutes explique le rôle des Fées dans cette histoire, [c’est encore mieux avec un guide qualifié comme Joseph Boué]. Il y a des tables de pique-nique, des toilettes et un parking facile.

Montez ensuite jusqu’à la petite commune de Essé et prenez la direction de Piré-sur-Seiche. Sur cette route vous arriverez au Château des Pères. C’est à 40 minutes de Châteaubriant.

Un premier château en pierres a été construit, là, en 1317. Mais, en 700 ans, il s’est passé beaucoup de choses. Destruction, reconstruction, modifications, changement de propriétaires. En 1932, le domaine est cédé à la Congrégation des Pères du Saint-Esprit, qui en font un centre de formation au travail manuel. « Il a ainsi accueilli pendant une trentaine d’années des prêtres et des frères, avant de les envoyer en mission. On les formait aux métiers de l’agriculture, de forgeron, de maréchal-ferrant ». Mais ces métiers ont quasiment disparu et, avec la crise des vocations, la maison s’est transformée en maison de retraite. En 2011, les pères ont souhaité quitter les lieux, devenus inadaptés et trop onéreux à entretenir.

Les enfants et la main

Ce château, Jean-Paul Legendre le connaissait bien.
« Mon arrière-grand-père maternel y était jardinier. Ma grand-mère y a été femme de chambre. Je connais ce château pratiquement depuis que je marche ! Nous allions souvent nous y promener en famille. Et j’y passais avec ma mère pour acheter des plants de légumes ».

Jean-Paul Legendre est originaire d’Amanlis, petite commune voisine de Piré/Seiche.

Ayant commencé comme apprenti puis ouvrier auprès de son père, Jean-Paul Legendre rachète en 1983 l’entreprise familiale, qui compte alors trois salariés. « On me disait tout le temps que j’étais un bon à rien à l’école. Je leur répondais que j’étais prêt à tout », glisse le sourire en coin le chef d’entreprise, qui a passé la main à son fils au 1er janvier 2016. [Source : Ouest-France].

Les mains

Le groupe Legendre, renommé dans le domaine du BTP, (construction, immobilier, énergie) a franchi le seuil des 1.000 salariés en 2010, il en compte maintenant 1600.
En 2011, Jean-Paul Legendre achète le Château des Pères. Pas pour y mener la vie de château ! Il fait restaurer les bâtiments par des artisans passionnés, pour en faire le symbole du travail bien fait, du travail manuel et des arts. Et ce n’est pas un hasard si une grande main figure sur la pelouse d’entrée !

C’est un lieu unique, à entrée libre ! Vous pouvez venir vous promener dans le parc d’une trentaine d’hectares, dans les allées ou sur l’herbe des prairies. Forêt, potager, étangs, jardins. Rien n’est interdit. Il suffit de respecter les lieux et notamment le vieux cimetière des Pères.

oiseaux

C’est un espace hors du temps, émaillé d’œuvres artistiques : un gorille surveille les lieux, un loup cavale dans la forêt, des oiseaux d’acier s’envolent, une boite à sardines est délaissée au bord d’une allée, des chevaux de fer galopent. L’endroit fascine et questionne, l’imagination s’excite … Les enfants adorent car ils peuvent gambader, toucher.

Au Château, l’exposition est permanente ! Une vingtaine d’œuvres monumentales disséminées dans tout le parc sont mises en valeur par un circuit découverte. Des expositions de peinture et d’ébénisterie prennent place dans les salons. Des stages artistiques sont organisés. L’ensemble peut être loué pour des séminaires et des mariages. Au sommet d’une ancienne tour de transformateur électrique a été aménagée une chambre nuptiale « au septième ciel ».

combattant

Christophe Charbonnel donne à voir le fruit de ses recherches sur la représentation du corps, dans des œuvres monumentales, en résine et poudre de fer, humaines et profondes, exaltées par la vie, la mort, la passion et le pouvoir.

Bois, fer, pierre, terre, façonner la matière c’est laisser la parole à ses mains. Des ateliers permanents initient petits et grands au talent manuel, encadrés par des artistes. Tout est possible : créer une œuvre individuelle ou collective, simple initiation ou séjour de perfectionnement…Très vite la pensée se libère, absorbée par l’élément qu’elle façonne. Une véritable matière à réflexion, valorisante et productive pour une expérience inoubliable. « En une journée vous repartirez avec une œuvre réalisée de vos propres mains ! ».

Parmi les artistes nous avons revu Mickaël Bigot qui, naguère, a exposé à la Foire de Béré et participé à l’atelier d’art de la Hunaudière   en Sion-les-Mines. 

Dîner dans les arbres

Originalité, les mercredis et jeudis, mangez en haut d’un arbre en toute sécurité, à six mètres de hauteur ! La table est montée par Bout’branche un spécialiste de ces installations. Pas recommandé aux enfants, aux personnes âgées et aux femmes enceintes !

Tél 02.23.08.40.80