Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Défendons la langue française > Les chiffres et les nombres 3 et 4

Les chiffres et les nombres 3 et 4

 Le chiffre et le nombre 3

3 est un chiffre, c’est-à-dire une petite figure représentant un nombre entier (cardinal) ou un numéro (ordinal) dans un système de numération. Le système décimal que nous utilisons dans la vie courante, comporte dix chiffres. Le système utilisé par les ordinateurs comporte seulement deux chiffres : 0 et 1.

Le mot trois est un adjectif numéral cardinal, un adjectif numéral ordinal et un substantif.

Dans le premier cas, il précède un nom commun : les trois côtés d’un triangle, les trois Mousquetaires, un costume trois pièces, l’espace à trois dimensions, un hôtel ou un restaurant trois étoiles, les trois Grâces, les trois Parques (1), la règle des trois unités (unité de temps, de lieu et d’action dans les pièces du théâtre classique), les trois coups qui précèdent le lever de rideau), un bail trois, six, neuf, marcher sur trois pattes, les trois quarts du temps -ou du gâteau-, les trois-huit, un ménage à trois, jamais deux sans trois.

Le drapeau français comporte trois couleurs ; sous l’Ancien Régime, la société française était composée de trois ordres/ états : la noblesse, le clergé et le tiers-état. Les Trois Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1870) désignent la deuxième Révolution française.

Trois peut aussi désigner un petit nombre : rester trois minutes, ne pas dire trois mots, n’écrire que trois lignes, en trois coups de cuillère à pot, trois pelés et un tondu (2).

Trois sert enfin parfois à insister : c’est trois fois rien, ou trois fois trop ; hélas, trois fois hélas !

Quand il est adjectif numéral ordinal, il signifie troisième : Henri III, tome 3, page 3, alinéa 3, paragraphe 3, rester de 3 à 4, le train arrive à 2 heures 3.

Enfin, quand il est un substantif, il désigne le nombre 3 : un, deux, trois, partez ! Un, deux, trois, j’irai dans les bois, la règle de trois, miser sur le trois, trois fois trois = neuf, tirer le 3 de trèfle ou de carreau, habiter 3 place de la République, acte III , scène 3.

(1) Les Trois Parques dans la mythologie latine (les trois Moires dans la mythologie grecque) étaient les divinités du Destin qu’on représentait comme des fileuses : la première Nona (Clotho) filait le fil de la vie des humains, la seconde, Decima (Lachesis) le déroulait et la dernière Morta (Atropos) le tranchait.

(2) les trois pelés sont parfois quatre !

DEVINETTE : qu’est-ce qu’une cuillère à pot ?

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de La Mée : le mot de sept lettres dont on ne prononce le son d’aucune voyelle est OISEAUX

Elisabeth Catala Blondel


 Le chiffre 4

Le chiffre 4 est très présent dans la culture occidentale : dans le livre de la Genèse, quatre fleuves arrosaient le Jardin d’Eden : le Pishon, le Gihon, le Tigre et l’Euphrate. Dans le Nouveau Testament de la Bible, l’Église n’a retenu que quatre Evangiles : ceux qui ont été écrits par Matthieu, Marc, Luc et Jean ; enfin, les vertus cardinales (1) sont au nombre de quatre : la prudence, la tempérance, le courage et la justice.

Dans la médecine antique (2) quatre humeurs : le sang, la pituite- ou phlegme-, la bile jaune et la bile noire définissaient les quatre tempéraments : sanguin, flegmatique, bilieux et atrabilaire qui correspondaient aux quatre éléments : le feu (chaud et sec), l’air (chaud et humide), l’eau (froide et humide) et la terre (froide et sèche).

Quatre points cardinaux- d’où soufflent les quatre vents- permettent de se repérer sur terre et sur mer. L’année est rythmée par quatre saisons (3) semblables aux quatre âges de la vie et la journée, dans certaines régions, par quatre repas.

Enfin l’arithmétique comporte quatre opérations principales : l’addition, la soustraction, la multiplication et la division.

Ce chiffre entre aussi dans un grand nombre d’expressions : jouer un morceau de piano à quatre mains, se mettre en quatre, marcher à quatre pattes, trouver un trèfle à quatre feuilles, ne pas y aller par quatre chemins, couper les cheveux en quatre, monter ou descendre un escalier quatre à quatre, se tenir à quatre (expression désuète qui signifie : faire un grand effort sur soi-même pour se maîtriser), tomber les quatre fers en l’air, aller aux quatre coins du monde, se saigner aux quatre veines, plier un papier en quatre, être tiré à quatre épingles, la semaine des quatre jeudis- qui devrait s’appeler depuis 1972 la semaine des quatre mercredis !, manger comme quatre, n’avoir pas quatre bras, semer aux quatre vents, dire à quelqu’un ses quatre vérités, prendre un « quatre heures », ne pas valoir quatre sous (4), faire le diable à quatre (être très turbulent = faire les quatre cents coups !).

N.B. quatre est invariable mais on écrit « entre quatre-z-yeux », ou « entre quat’zyeux » la locution populaire qui signifie en tête à tête.

(1) cardinal vient du latin cardo, qui signifie pivot, charnière.

(2)La « théorie des humeurs » élaborée par Hippocrate a joué un rôle prépondérant dans l’histoire de la médecine jusqu ‘à la fin du XVIIIe siècle.

(3) Jusqu’au siècle dernier il existait encore des « marchands des quatre saisons » qui vendaient dans la rue fruits et légumes présentés sur une voiturette à bras.

(4) L’Opéra de quat’sous est une œuvre de Kurt Weill écrite sur un texte de Bertold Brecht (1928).

DEVINETTE : que signifie la locution « à la six-quatre-deux » ? Réponse dans le prochain numéro de La Mée.

REPONSE à la DEVINETTE du dernier numéro de La Mée : dans l’expression en deux coups de cuillère à pot, une cuillère à pot est une sorte de grosse louche qui permet de vider rapidement un pot et de servir de grandes louchées de nourriture.
.
Elisabeth Catala Blondel