Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Services publics > Services publics, EDF, Tribunal, Centre des Impôts, menacés

Services publics, EDF, Tribunal, Centre des Impôts, menacés

Ecrit le 13 juin 2007

 Les services publics menacés : perception, tribunal

Voilà la vraie DROITE !

L’UMP ne tarde pas à mettre en œuvre son programme de démantèlement des services publics. En effet, le 4 juin 2007, lors d’une réunion du bureau communautaire de la CC de Derval il a été annoncé la fermeture définitive des perceptions de Derval (contribuables redirigés vers Guémené-Penfao) et de Nozay (contribuables redirigés vers Blain) ce qui par exemple impliquera des déplacements aux habitants de St Vincent des Landes jusqu’à Guémené-Penfao (soit 60 km A/R pour certains en mobylette).

Autre annonce faite aux postiers de Châteaubriant : le non remplacement de 2 départs en retraite chez les facteurs, ce qui après redistribution augmente le temps de travail des autres facteurs de 2h/jour sans contrepartie financière.

La droite libérale est en marche et il ne faut pas se laisser berner par les douceurs affichées.

Signé : Pascal Bioret

Le tribunal, menacé ?

Le tribunal d’instance de Châteaubriant n’est pas le plus petit des Pays de Loire : il est 10e sur 19 . En 2003 il a connu 276 jugements, loin derrière Nantes (2248 jugements), Le Mans (1250 jugements), Angers (926), St Nazaire (602) ... mais mieux que Château-Gontier (115), Mayenne (145), Segré (142)....

A la suite de l’agression dont a été victime un magistrat de Metz, le premier ministre François Fillon a dit « il y a des tribunaux qui doivent être regroupés ». Si c’est le cas, celui de Châteaubriant sera sûrement dans la charrette car, il y a quelques années, un projet prévoyait sa suppression.

Bonjour la justice de proximité !


Ecrit le 20 juin 2007

 EDF : des hausses violentes

L’électricité est libérée à partir du 1er juillet 2007. Youpiii ! La liberté ... ça n’a pas de prix.

L’UFC Que Choisir, dans un communiqué, alerte les consommateurs sur les conséquences de l’abandon des tarifs réglementés. Elle dit :
– « Les risques d’augmentations violentes des prix sur le marché « libre » sont bien réels. Les tarifs réglementés resteront ainsi inférieurs, voire très inférieurs pour l’électricité, aux prix de marché.
– Le choix que feront les consommateurs de souscrire une offre au prix de marché sera irréversible ».

Lorsque l’occupant d’un logement, qu’il soit propriétaire ou locataire, souscrira une offre sur le marché libre, ce logement ne pourra plus jamais bénéficier des tarifs réglementés.

Ainsi, les consommateurs qui abandonneront les tarifs réglementés pourraient voir, comme on l’a constaté pour les entreprises, leur facture grimper de + 65 %, soit une dépense annuelle supplémentaire de 1 222 euros pour un ménage de 4 personnes qui éclaire et chauffe son logement à l’électricité. Le ménage devra faire face à cette augmentation de prix puisque la loi lui interdit de revenir aux tarifs réglementés.......... Bref, restez avec EDF !


 Le tribunal menacé

Voir carte judiciaire


Ecrit le 28 janvier 2009

 Plus d’impôts !

Ou plutôt … plus de Centre des Impôts ? Selon le syndicat Solidaires, trois services de l’Hôtel des Finances de Châteaubriant vont progressivement s’en aller à Nantes : l’enregistrement, la fiscalité immobilière et l’inspection de contrôle et d’expertise. « Comme l’a prouvé l’expérience du Centre Technique France Télécom, ces transferts de services préludent probablement à la disparition du Centre des Impôts de Châteaubriantt » dit Gilles Barracand.

Note du 2 septembre 2009 : Gilles Baracand avait raison : Selon Ouest-France du 26 août 09, deux services quittent l’hôtel des impôts de Châteaubriant : le service d’enregistrement des actes juridiques (au 1er septembre 2009) et la fiscalité immobilière (1er janvier 2010).

On nous annonce que désormais tout se fera par transmission électronique ou par courrier mais que, cependant, un agent, sur place, pourra donner quelques renseignements.

Tout fout le camp : la Sécu, le cabinet dentaire mutualiste, les impôts


Ecrit le 9 décembre 2009

 Et les cartes grises ?

Le service des Cartes Grises (pour les bagnoles ! Pas pour les mariages gris !) a été interrompu plus de 2 mois à la Sous-Préfecture de Châteaubriant. Tout ça parce qu’une salariée est en longue maladie et qu’il n’est pas possible de la remplacer vu que le gouvernement veut supprimer des postes ! Donc les Castelbriantais s’en allaient apporter leur dossier à Nantes, Ancenis ou St Nazaire, parfois pour s’entendre dire que ce dossier n’était pas complet.

Après cette période de galère, après les protestations des usagers et des élus, une solution a été trouvée : les dossiers pourront être apportés en sous-préfecture à Châteaubriant tous les matins, ils seront vérifiés pour voir s’ils sont complets et la personne indiquera la somme à payer (chèque bancaire uniquement). Deux navettes seront organisées par semaine, vers Nantes. La personne se verra remettre une attestation de dépôt, en attendant de recevoir sa carte grise par voie postale. Ouf ! C’est mieux !


Ecrit le 5 mai 2010

 Grise mine

Le service des Cartes Grises est fermé depuis plusieurs semaines à Châteaubriant : il y a du personnel malade et pas de sous pour le remplacer. Cela fait donc des soucis pour les administrés !

Yzonka aller se promener à Nantes !

Et le service est supprimé !


Ecrit le 29 avril 2015

 Revenez demain

À compter du 1er juin 2015, dans les trésoreries se situant dans les communes de moins de 10 000 habitants, la direction locale des Finances Publiques a décidé de réduire les plages d’accueil du public à 16h par semaine, en n’ouvrant plus que le matin. Sont concernés dans un premier temps : Derval, Guémené-Penfao, Blain, Ancenis et d’autres.

Selon la CGT, ’’avec les 24 nouvelles suppressions d’emplois en 2015 (209 en tout depuis 2010), le dé-tricotage du maillage territorial se poursuit et doit nous interpeller en tant qu’usager-e-s, et élu-es. Les agent-es des Finances Publiques ne sont plus en nombre satisfaisant pour faire face à l’ensemble de leurs missions de service public, de conseils aux collectivités locales, et en sont souvent réduit-es à accepter ces fermetures au public’’