Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Thèmes généraux > Energie > EDF-GDF : les pièges des prix libres

EDF-GDF : les pièges des prix libres

Ecrit le 4 juillet 2007

 Ne quittez pas EDF-GDF

Depuis le 1er juillet 2007, il y a deux sortes de prix pour le gaz et l’électricité :

– Les tarifs réglementés sont ceux qui sont actuellement pratiqués par EDF et GDF. Ces derniers seront les seuls à continuer à pouvoir les appliquer. C’est l’État qui garantit le prix d’une année sur l’autre, épargnant ainsi aux abonnés de trop grandes fluctuations des prix.

– Les prix du marché (tarification libre) seront appliqués par les concurrents, qui choisiront librement leurs prix de vente. La liberté c’est pour eux, pas pour l’usager.

La CSF (confédération syndicale des Familles  ), dans un communiqué de presse, appelle les familles à
ne pas changer de contrat
de gaz et d’électricité.

Attention, devant vos yeux ébahis, on va vous présenter de mirobolants contrats en vous promettant de vous faire payer moins cher ! Beaucoup moins cher que le tarif réglementé fixé par l’Etat. Même EDF va vous faire des offres à prix « libres » ... mais surtout ne signez rien.

Une-Eliby-EDF
Dessin de Eliby 06 23 789 305

Voici en effet quelques indications :

Les prix réglementés : en raison de la prédominance du nucléaire dans le parc électrique national, le prix de l’électricité en France pour les particuliers est parmi les plus faibles d’Europe (1)

Or c’est le prix des énergies fossiles qui sert de base au calcul du prix du marché. Quand on voit le prix du fuel, on se doute que le prix de l’électricité ne peut pas baisser durablement.

La concurrence : elle ne fait pas baisser les prix ! Par exemple (selon UFC-Que choisir) le mégawatt/heure au tarif libre d’EDF qui était proposé à moins de 30 euros en 2004 a dépassé 60 euros en 2005 et atteint 70 euros en 2006. Or, sur la même période, les tarifs réglementés n’ont augmenté que de 1,5 %.

Eviter les pièges : pour cela, surtout ne rien faire. La loi prévoit en effet que les consommateurs qui n’auront pas souscrit de contrat à prix libre, conserveront les tarifs réglementés.

 Eligibilté : piège de mots

Attention le piège peut être dans les mots : on pourra vous demander si vous voulez faire « jouer votre éligibilité » ! Malheureux, ne jouez pas ! Sinon on vous fera souscrire un prix libre et tout sera foutu !

Revenir en arrière ? : Non. La loi prévoit que le choix de faire jouer son éligibilité est irréversible. Autrement dit, si l’occupant d’un logement, locataire ou propriétaire, choisit un contrat à prix libre, c’est fi-ni ! ce logement n’aura plus la possibilité de bénéficier des tarifs réglementés.

Ben quoi ! La liberté joue une fois pour le client ! Et après c’est le fournisseur qui sera libre ... d’augmenter les tarifs quand il aura ferré suffisamment de clients !
Simplicité ? En mettant en avant un aspect pratique (une seule facture pour le gaz et l’électricité), la plupart des opérateurs vous proposeront une offre « duale ». Dans ce cas, au moins une de ces énergies sera proposée dans le cadre d’un contrat à prix libre.

Donc, pour continuer à bénéficier des tarifs réglementés pour le gaz et l’électricité, le consommateur doit impérativement se fournir chez GDF pour le gaz et EDF pour l’électricité. Mais, là encore, il devra être bien attentif aux contrats que lui soumettront ces deux entreprises. En effet, EDF et GDF proposent aussi des offres à prix libre.... Le piège !

C’est même pire : pour les logements neufs depuis le 1er juillet 2007, lors du raccordement au gaz, il y a obligation, ardente obligation, de souscrire à une offre du marché, sans avoir la possibilité de choisir les tarifs réglementés (pour le moment, cette contrainte n’est valable que pour le gaz - elle le sera aussi pour l’électricité dès 2010). Cela indique clairement une volonté de l’État de faire passer progressivement tous les foyers français aux prix du marché. On n’en est pas là, mais 2010 c’est dans trois ans !

Peut-on se rétracter ? Oui, pour l’instant. La loi prévoit un délai de sept jours après signature du contrat pendant lequel le consommateur peut se rétracter. Il est vivement conseillé de procéder par lettre recommandée avec accusé de réception.

 Où s’informer ?

Seules les associations de consommateurs et quelques organismes ont mis en place des dispositifs pour informer les particuliers.

A Châteaubriant : CSF - 14 rue César Franck - Les 1er et 3e lundis du mois de 15h30 à 17 h

Internet :
– http://www.csfriquet.org
– http://www.quechoisir.org et 08 11 88 10 88,
– CGT-EDF

Une brochure d’information


Ecrit le 15 juillet 2009

 Hausse de 20% des tarifs d’EDF ?

NouvelObs.com du 09/07 : L’annonce faite par EDF de son intention d’augmenter ses tarifs de 20% sur trois ans pour réduire son endettement a provoqué la colère des associations de consommateurs. Jeudi 9 juillet, le groupe a, de plus, annoncé qu’il avait récolté « environ 3,2 milliards d’euros » avec son emprunt obligataire auprès des particuliers.

Cette demande d’une hausse de 20% « me paraît totalement disproportionnée », a réagi Thierry Saniez, délégué général de l’association de consommateurs CLCV, qui demande « beaucoup plus de transparence » sur la revalorisation des tarifs.

« Il ne faudrait pas que les consommateurs financent des investissements hasardeux en France, comme à l’étranger », a-t-il ajouté, réclamant par ailleurs que les tarifs réglementés et leur réversibilité soient pérennisés.

De son côté, Alain Bazot, président de l’UFC Que Choisir, s’est dit « un peu perplexe » devant les propos « flous » du PDG d’EDF, lui faisant penser à « une provocation ». « Nous sommes d’accord sur le fait que le tarif régulé doit être réaliste, couvrir les coûts et les capacités d’investissement, mais de là à accepter une augmentation aussi importante sans justification, il y a un pas ! », a-t-il ajouté.

Un porte-parole du ministère de l’Économie a indiqué à l’AFP qu’à l’heure actuelle « EDF n’a fait aucune demande d’évolution tarifaire ». Alors qu’à mi-juin, le PDG du groupe Pierre Gadonneix avait à l’inverse assuré sur RMC qu’il allait demander au gouvernement une augmentation « modérée » des tarifs de l’électricité.

Ndlr : c’est sans doute pour favoriser les énergies renouvelables !


Note du 14 septembre 2007

 Les prix régulés : ça ne durera pas !

Voir ci-contre article de Ouest-France

Possibilité de revenir aux prix régulés : projet de loi _
http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-discussion/proposition-loi-relative-aux-tarifs-reglementes-electricite-gaz-naturel.html

Tarifs électricité : une stratégie sournoise


NOTES:

(1) le nucléaire a de gros inconvénients ... mais ce n’est pas le débat de cette fois-ci.