Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Conseil Général, Conseil Régional > Conseil Régional > CR - B.Retailleau > Conseil Régional : ralentissement

Conseil Régional : ralentissement

Ecrit le 18 octobre 2017

Le ralentissement est confirmé par les chiffres et les faits ! (communiqué du groupe PS).

Depuis des mois, nous pointons le ralentissement de la machine régionale, notamment dans les politiques d’avenir telles que l’éducation, la recherche et l’innovation. Après le compte administratif 2016, la Commission permanente de septembre nous en apporte malheureusement la preuve : dans de nombreux domaines les budgets ne sont pas affectés, signe d’un Conseil régional qui tourne au ralenti.

En effet, à cette période de l’année, les enveloppes budgétaires devraient être largement affectées. Or les chiffres montrent que la Région cale sur nombre de ses politiques.

Par exemple, pour les programmes de recherche régionaux et interrégionaux, 74% de l’enveloppe budgétaire n’a pas été affectée à des projets.

Pour le soutien à l’innovation, ce chiffre atteint 81% !

Dans le domaine de l’éducation, les chiffres sont là-aussi très inquiétants. Alors que seuls 19 M€ avaient été votés au budget primitif pour les travaux dans les lycées en 2017 (contre 105 M€ en 2015), plus de 8 M€ n’ont pas été affectés à ce stade, soit 42%. C’est incompréhensible au regard des besoins dans les établissements.

Même les priorités affichées, tels que les territoires ruraux, pâtissent de ce ralentissement : près de 50% de l’enveloppe « développement des territoires » n’est toujours pas attribuée (soit près de 42M€) ! voir ci-contre

Le Conseil régional s’enferme dans la stricte gestion et renonce à préparer l’avenir. Notre Région court aujourd’hui le risque d’un grand décrochage.


 La fin des billets à 20 euros ?

Voici le bilan 2016 des tarifications mises en place par la Région des Pays de la Loire :

-  la carte Fifti, s’adressant aux 26 ans et plus, est utilisée par 3 268 porteurs. Son utilisation (en termes de voyages par carte) est de 34 trajets réalisés par titulaire pour un total de 219 €, ce qui représente une économie de 154 € par rapport au plein tarif SNCF (déduction faite du prix de la carte de 65 €) ;

- la carte Acti, destinée aux demandeurs d’emploi, est utilisée par 16 896 porteurs. Les titulaires de cette carte gratuite ont réalisé en moyenne 17 voyages, économisant ainsi au total 168 € par rapport au plein tarif SNCF ;

- la carte Tiva est utilisée par 19 839 jeunes. Le nombre moyen de voyages effectués annuellement avec une carte est de 32 trajets. L’économie réalisée par un jeune de 12 à 25 ans porteur de Tiva est de 179 € par rapport au plein tarif SNCF, déduction faite du prix de la carte (25 €) ;

- 12 850 forfaits tribus ont été vendus sur l’année ;

- l’abonnement de travail Pratik et sa déclinaison intermodale Pratik+, ainsi que l’abonnement Métrocéane, poursuivent leur progression avec une hausse de l’ordre de 2,4% du nombre d’abonnés. À noter que ces abonnés peuvent bénéficier de l’aide à la mobilité « 1 € », leur permettant de ne payer qu’un euro par trajet domicile-travail. En 2016, 5 997 aides ont été versées, représentant un total de 516 121,26 €, soit un montant moyen de 86 € par aide trimestrielle ;

- le tarif promotionnel groupes à 20 € valable une journée sur la ligne Nantes – Châteaubriant pour 5 personnes maximum a été mis en place en février 2015. 2 220 billets ont été vendus en 2016. Ce tarif est valable jusqu’au 31 décembre 2017 ;

- les ventes de billets à tarif événementiel à 10 € augmentent par rapport à 2015, en raison de l’occurrence du Vendée Globe (2 152 billets vendus en novembre 2016), pour arriver à un total de 4 303 billets vendus.

La ligne de cars Châteaubriant-Angers a connu 9121 voyages en 2015 et 9314 en 2016 soit une augmentation de 2,1 %. Cette ligne a coûté 318 595 € à la Région en 2016, les ventes de billets ne rapportant que 65 143 €. Les horaires ont été modifiés afin de s’adapter au cadencement mis en place sur le réseau ferroviaire et ainsi proposer plus de correspondances vers Paris. Toutes les lignes régionales sont déficitaires.

Le Tram-train Châteaubriant-Nantes, a connu 612 877 voyages en 2015, et 664 096 en 2016, soit une hausse de 8,4 % due essentiellement aux voyageurs de la proche banlieue nantaise. La fréquentation fait de cette ligne la 10e des Pays de Loire, sur 25, ce qui est une place honorable ! La plus importante est Nantes-Angers avec 2 251 420 voyages en 2016, le moins importante est La Roche s/Yon-la Rochelle, 11 396 voyages.

 Economie sociale et solidaire

Lors de la commission permanente du 30 septembre 2017, la majorité régionale a voté de nombreuses baisses de subventions aux organismes de l’économie sociale et solidaire, refusant de considérer les entreprises issues de l’ESS comme des acteurs du développement économique à part entière.

Ainsi, entre 2015 et 2017, plusieurs réseaux locaux ont subi de nombreuses baisses.

Les Ecossolies (44), l’IRESA (49) et le CEAS 72 ont perdu plus de la moitié de leur subvention (de 145 000 € en 2015 à 67 000 € en 2017 au total). L’Union Régionale des SCOP s’est vu retirer 20 000 € de subventions par rapport à l’année dernière.

Ces décisions sont inacceptables, dit Delphine Coat-Prou, Conseillère régionale

L’économie sociale et solidaire représente 165 000 emplois en Pays de Loire (soit environ 15% des emplois totaux), ce qui fait de notre région la 2e de France. Il est donc incompréhensible que le Conseil régional s’évertue à réduire les moyens de fonctionnement de ceux qui ont un rôle économique majeur dans notre Région.


 Olympiades des métiers

Organisées tous les deux ans, les Olympiades des Métiers font concourir des apprentis, lycéens ou salariés de 18 à 23 ans en plusieurs étapes : sélections régionales, finales nationales puis compétition internationale pour les plus talentueux.

La Région des Pays de Loire organise les sélections régionales, rassemblant plus de 200 concurrents issus d’une quarantaine de métiers : bâtiment et travaux publics, industrie, alimentation-hôtellerie-restauration, agriculture, automobile, création, nouvelles technologies de l’information et de la communication, service à la personne… s’inscrire avant le 10 novembre 2017 -

voir le site base.cofom