Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Intercommunalité et diverses communes > SCOT Basse loire

SCOT Basse loire

Ecrit le 1er novembre 2006

Le SCOT   de Nantes-St Nazaire

Développer la construction d’appartements ou de maisons ? Faciliter la circulation en voiture, en car, à pieds, à vélo ? Favoriser l’implantation d’entreprises ? De commerces ? De jeunes agriculteurs ?

JPEG - 16.4 ko
SCOT
En vert, le territoire du SCOT de la Basse Loire

Autant de choix qui conditionnent l’avenir d’une ville, d’une région. Tout cela se réfléchit dans un SCOT   : Schéma de Cohérence Territoriale. Les élus de la métropole nantaise auraient pu l’élaborer au niveau de Nantes. Ils ont choisi de le proposer à toute la Basse-Loire (Nantes+ St Nazaire) et aux intercommunalités situées entre ces deux villes soit 57 communes, sur un territoire de 166 000 ha qui regroupe 760 000 habitants soit 67 % de la population du département de Loire-Atlantique.

La réflexion a duré trois ans, le SCOT   est maintenant communiqué aux intercommunalités voisines et c’est dans ce cadre qu’une présentation en a été faite le 18 octobre 2006 à la Communauté de Communes de la Région de Nozay.

Le SCOT  , document d’urbanisme, orientera le développement de la métropole à l’horizon 2020. Dans une logique de développement durable, il orientera le futur de la métropole : localisation des logements, développement économique, politique des transports, protection de l’environnement... Localement, il sera précisé par des schémas de secteurs et devra être coordonné avec les plans locaux d’urbanisme (PLU  ), avec les programmes locaux d’habitat et avec les schémas de déplacement.

« Ce SCOT   évitera les développement anarchiques » a expliqué Patrick Rimbert. « En effet, nous attendons 125 à 150 000 habitants supplémentaires d’ici 2015, il faut nous préparer à les accueillir correctement ». « C’est pourquoi a été prévu un schéma de développement de l’habitat fixant un nombre minimum de constructions nouvelles par commune, définissant des espaces de renouvellement urbain, adaptés aux revenus des gens »

Un exemple de réflexion : le futur aéroport de Notre-Dame des Landes. « Le schéma interdira le développement d’habitat et d’entreprises à proximité immédiate. Le développement devra se faire dans les pôles urbains situés à proximité ».

Le SCOT   prévoit également, à l’échelle de son territoire, la préservation des zones humides et des zones de captage des eaux, et l’implantation des zones industrielles. « Nous avons souhaité concentrer celles-ci à proximité des échangeurs et nous avons prévu des coupures vertes le long des grands axes, pour ne pas réaliser un « boulevard industriel » qui irait sans discontinuer de Nantes à St Nazaire »

Autre exemple : « Nous avons un certain nombre de voies ferrées actuellement inutilisées. Le SCOT   interdit de casser les continuités et de construire à proximité. C’est une mesure conservatoire   pour le cas où une réouverture de ces lignes serait possible »

Agriculture, commerce

Le SCOT   réserve 60 % de son territoire à des espaces naturels (La Brière, le marais de Mazerolles etc) et a prévu de recréer des forêts urbaines. « Si on souhaite l’installation de jeunes agriculteurs, il faut qu’on les rassure à long terme sur la destination des terres ».

De plus le SCOT   a prévu un développement commercial « pour ne pas créer des zones de concentration commerciale et des communes qui se réduiraient au rôle de commune-dortoir »

Ensemble

Actuellement le Pays de Châteaubriant   est le seul à ne pas avoir engagé une réflexion « SCOT   ». Chaque commune en est restée à son « PLU   » (programme local d’urbanisme) sans engager une réflexion d’ensemble. Le SCOT   est, normalement, un lieu de dialogue entre les différents maîtres d’ouvrages porteurs de grands projets, il permet de construire un consensus politique autour de l’identité locale à affirmer et d’élargir la vision des élus des petites communes.

C’est cette occasion de dialogue à grande échelle qui est loupée dans le Pays de Châteaubriant  . C’est sans doute délibéré : une personne qui décide et les autres qui la bouclent.