Accès rapide : Aller au contenu de l'article |  Aller au menu |  Texte seul |  Liste complète des articles  |  Aide  |  Contact |
bandeau

Accueil > Châteaubriant > Histoire autour de Châteaubriant > 22 octobre 2017, in memoriam ...

22 octobre 2017, in memoriam ...

Ecrit le 1 novembre 2017

22 octobre 2017, in memoriam ...

C’est le matin et il fait froid en ce samedi 21 octobre 2017, la tempête a soufflé sur Châteaubriant la nuit passée ! Au croisement de la rue Guy Môquet et de celle du Camp de Choisel, un hommage, avec une minute de silence, est rendu à Jacqueline Timbaud, mais aussi à Henri Duguy tous deux décédés il y a peu de temps.

Serge Adry, Président du Comité local du Souvenir des Héros de Châteaubriant, après le dépôt des gerbes, laisse la parole à Michèle Gautier, fille de Henri Gautier, résistant communiste et cégétiste. Il a été torturé puis interné à Châteaubriant en 1941 dont il s’évada ; il avait auparavant travaillé à l’évasion de Léon Mauvais, Eugène Hénaff, Henri Raynaud et Fernand Grenier. C’est aussi lui qui fit l’appel aux morts après la fusillade du 22 octobre 1941.

Michèle était la camarade de Jacqueline. C’est non sans émotion qu’elle termine son hommage en lui promettant « de suivre, comme toujours, le même chemin que toi, en faisant connaître et respecter tout ce que nos anciens ont obtenu et souhaité pour une vie plus heureuse dans le monde ouvrier qui a toujours été notre univers  ».

Samedi 21 octobre 2017, au château de Châteaubriant, la pluie est fine, le vent fait flotter de temps à autre le drapeau bleu-blanc-rouge. Le temps d’une accalmie, hommage est rendu aux 27 fusillés du 22 octobre 1941 ; Serge Adry, rappelle que le choix de ces hommes n’est pas dû au hasard, ce sont « 27 dirigeants de grandes fédérations de la CGT, des communistes, des patriotes, des résistants désignés par Pierre Pucheu, l’un des grands représentants du patronat français  ». Une gerbe est déposée devant la plaque chevillée au mur. C’est l’endroit où furent déposés les corps ensanglantés des martyrs avant qu’ils soient dispersés, par leurs criminels, dans neuf cimetières des communes environnantes.

La plaque au château

La quarantaine de personnes s’en ira remonter le temps et assister aux cérémonies officielles du lendemain.

Dimanche 22 octobre 2017, le soleil est rasant sur la campagne castelbriantaise ; il est tôt et le vent souffle sous le ciel bleu en proximité de la forêt de la Blisière, à Juigné-les-Moutiers, devant la stèle, sur le bord de la route, dédiée aux 9 fusillés de 15 décembre 1941.

Les autocars arrivent tant bien que mal ; les représentants associatifs des divers comités du souvenir, de la CGT et du PCF sont présents aux côtés des gerbes à déposer. Michel Pacaud, représentant le Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure, avec une grande émotion, intervient dans son allocution pour rappeler les faits, mais aussi pour dénoncer : «  il est difficile de ne pas s’inquiéter de l’audience grandissante de l’extrême droite et de ses idées dans une période qui présente bien des similitudes avec la montée du fascisme en Europe avant guerre. »

Une partie de la jeunesse présente, après l’hommage, s’en ira en forêt
à l’endroit même où ces hommes furent fusillés, pour rendre un dernier hommage devant la stèle érigée en souvenir.

Dimanche 22 octobre 2017, 14h, la tempête est passée et a laissé des traces dans l’organisation : la couverture de la scène s’est envolée ! Grâce à une poignée de militants et aux employés de la mairie, la résistance au mauvais temps s’est organisée et a permis le déroulement des cérémonies.

Depuis le rond-point Fernand Grenier, fanfare, porteurs de gerbes et citoyens ont marché jusqu’à la carrière de Châteaubriant où les 27 otages du camp de Choisel ont été fusillés par les nazis le 22 octobre 1941. Une trentaine de jeunes des établissements scolaires sont venus avec les terres de divers lieux de martyre de France et d’Allemagne. Elles serviront à remplir les alvéoles prévues à cet effet sous le monument du sculpteur Antoine Rohal, érigé en mémoire de cet acte criminel. Les personnalités ont déposé les gerbes au pied des nouveaux poteaux symboliques placés devant.

Puis, sur la scène improvisée à même le sol, devant 1 500 auditeurs, Jackie Hoffman, Présidente déléguée de l’Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt, rendra d’abord un hommage à Lucette Dubois, Jacqueline Timbaud et à Henri Duguy, Président d’Honneur du Comité départemental du souvenir de la Loire-Atlantique invitant le public à s’unir dans «  l’expression de notre volonté commune de ne pas oublier, et de tout faire pour combattre la bête immonde et toutes les idéologies racistes, xénophobes, d’exclusion de haine et de violence. »

Puis cet hommage s’est clos avec l’évocation théâtrale réalisée par les Tréteaux de France, Centre dramatique national et les élèves de CM1 et CM2 de l’école Jacques Brel de Soudan (44) sous les applaudissements pour cette prestation sympathique, mais non moins émouvante.

Samedi 21 octobre 2017, au musée, l’Association des amis du musée de la Résistance   de Châteaubriant surfe sur les ondes en inaugurant sa nouvelle exposition temporaire « S’engager pour la liberté de la France 1940-1945 » (comme les précédentes, la thématique est basée sur le Concours national de la Résistance et de la Déportation).

Cet événement s’est déroulé avec un plateau radio en direct et en public avec France Bleu Loire Océan. De 16 h à 19 h, les invités de l’histoire et de l’activité castelbriantaise ont ponctué l’émission.

Texte et photos Patrice Morel

Site internet du musée :
voir le site AMRC
Emission France Bleu Loire-Océan :
voir le site FBLO